La conspiration du tabac : vérité et mensonge ?

En raison de la conspiration du tabac, de nombreux fumeurs dans le monde n'ont jamais connu le véritable danger du tabagisme. D'autres ont été manipulés pour augmenter leur dépendance. La cigarette électronique semble être un chapitre de plus dans cette histoire.
La conspiration du tabac : vérité et mensonge ?

Dernière mise à jour : 14 juin, 2021

Le terme conspiration du tabac renvoie à un ensemble de stratégies menées par les industries du tabac. On les soupçonne d’avoir cherché à manipuler les gens pour les rendre dépendants, à dissimuler les données médicales sur les méfaits du tabagisme et à utiliser des mécanismes de lobbying pour empêcher toute législation contraire à leurs intérêts.

De nombreuses soi-disant théories de conspiration intrigantes circulent dans le monde. Elles nous parlent de menaces mondiales, d’actions secrètes et autres. La plupart d’entre elles sont fausses et ne servent qu’à captiver l’intérêt des imprudents et à gagner de l’argent avec les publications.

Cependant, la conspiration du tabac a des preuves à l’appui. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) elle-même a publié des études et des preuves à cet égard. A présent, la conspiration semble avoir été exposée. Cependant, de nouvelles menaces se profilent.

“L’amour, le tabac, le café et, en général, tous les poisons qui ne sont pas assez forts pour nous tuer en un instant, deviennent une nécessité quotidienne.”

– Enrique Jardiel Poncela –

Cigarette polluant le monde.

Le tabac, une mine d’or

Pour les Indiens d’Amérique, le tabac était (et, en fait, est) une plante sacrée. Pour cette raison, il n’est pas d’usage quotidien, mais il est utilisé lors de rituels et de moments spécifiques. Lorsque Christophe Colomb est arrivé en Amérique, il a vu que les Indiens fumaient, bien que dans une plus large mesure ils mâchaient la feuille.

Les Espagnols ont apporté le tabac en Europe. Au début, on ne l’utilisait pas pour fumer, mais pour le priser, c’est-à-dire l’aspirer par le nez. Son utilisation s’est rapidement répandue. À tel point que les prêtres prisaient en disant leur messe, jusqu’à ce que le pape Urbain VIII ait dû interdire cette pratique.

À partir du XVIIIe siècle, l’usage du tabac s’est répandu et le tabac a donc été commercialisé dans le monde entier. Son niveau de rentabilité était/est très élevé, car c’est une plante qui pousse dans pratiquement tous les climats. De plus, sa culture est bon marché et le résultat est très productif.

Une entreprise massive

Les compagnies de tabac ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour augmenter massivement la consommation de tabac, en particulier chez les jeunes. Pendant la Première Guerre mondiale, les cigarettes faisaient partie de la ration donnée aux soldats. Dans les années 1920, l’idée s’est répandue que fumer était un signe d’égalité des sexes.

Plus tard, des cas de problèmes respiratoires ont commencé à apparaître dans le monde entier. La science a mis en garde contre cette situation. Les cigarettes étaient la cause de nombre de ces problèmes. On a découvert que la nicotine créait une forte dépendance.

Le point le plus problématique se trouve dans ce qu’on appelle “la sauce”. Une cigarette n’est pas composée uniquement de tabac, mais d’un grand nombre d’autres éléments. Il s’agit de “la sauce”, qui comprend le mercure, l’ammoniac, l’acétone et d’autres composés dangereux.

Une nouvelle phase de la conspiration du tabac a alors commencé. Ses producteurs ont utilisé des moyens tels que la corruption, la contrefaçon et le mensonge pur et simple pour dissimuler ou minimiser les dommages causés par le tabac. Ce n’est que bien plus tard qu’ils ont été réellement découverts.

La conspiration du tabac

L’un des moyens préférés des producteurs de tabac pour assurer leur survie face au mouvement social contre le tabac a été de pénétrer les structures mêmes de l’État. D’un moment à l’autre, ils sont devenus des sponsors de programmes d’État dans de nombreux endroits. Ils ont placé des personnes soumises à leurs intérêts dans divers gouvernements et même à l’Organisation mondiale de la santé.

Dans le même temps, on pense qu’ils ont commencé à utiliser des concentrations et des combinaisons de plus en plus addictives pour les utilisateurs. Ils ont trompé les consommateurs en leur faisant croire que les cigarettes légères ou “à faible teneur en nicotine” étaient moins nocives. Tout cela n’était qu’un mensonge.

L’un des tournants de la conspiration du tabac a eu lieu lorsque Ian Uydess, un ancien employé de Philip Morris (la plus grande entreprise de tabac au monde), a révélé les pratiques de cette entreprise pour rendre les cigarettes plus addictives. L’affaire a abouti au tribunal et le procès s’est terminé par une sentence en sa faveur.

Un homme qui casse une cigarette.

Une nouvelle menace

Une fois que l’effet nocif du tabac a été prouvé, la législation de la plupart des pays est devenue plus rigide pour freiner sa consommation. Cela a eu un impact sur le marché. Puis, dans le monde entier, des initiatives ont commencé à voir le jour, avec une tendance à changer les modes de consommation du tabac, en utilisant la technologie pour ce faire.

La conspiration du tabac est entrée dans une nouvelle phase. Les industries ont commencé à promouvoir l’idée que c’était la fumée le problème. Elles se sont donc concentrées sur le développement de cigares, ou d’articles similaires, qui ne produisent pas de fumée. C’est ainsi que les cigarettes électroniques sont nées.

Philip Morris lui-même a entrepris une campagne intitulée “Un monde sans fumée” et a déjà une e-cigarette sur le marché. Des initiés ont déclaré que de tels dispositifs ne sont pas sûrs. En fait, ils peuvent être dangereux en raison de leur forte teneur en nicotine.

Pourtant, ils comptent déjà des millions de consommateurs dans le monde. Apparemment, la conspiration du tabac n’est pas terminée et produit encore des “coups”.

Cela pourrait vous intéresser ...
Ce que la fumée de cigarette vous empêche de voir
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Ce que la fumée de cigarette vous empêche de voir

“L'habitude est plus forte que la raison" (George Sanayana)



  • Soto-Mas, F., Villalbi, J. R., Granero, L., Jacobson, H., & Balcázar, H. (2003). Los documentos internos de la industria tabaquera y la prevención del tabaquismo en España. Gaceta Sanitaria, 17, 09-14.