Les addictions comportementales les plus courantes

10 décembre, 2020
Certaines des dépendances comportementales les plus courantes peuvent être l'exercice physique, la navigation sur Internet ou l'alimentation. Mais quelles sont leurs principales caractéristiques ?

Dans notre société, le mot addiction est souvent associé à l’abus de substances. Cependant, il existe des addictions comportementales qui se caractérisent par le fait de faire quelque chose qui crée une dépendance. Les personnes y utilisent le même schéma d’action que celui qui apparaît dans la dépendance à une substance.

Un comportement de dépendance est toujours un moyen d’échapper à la réalité, et la consommation d’une substance particulière n’est pas le seul moyen d’y parvenir. Par exemple, une personne qui utilise Internet de manière compulsive plusieurs heures par jour et qui évite toute autre activité peut souffrir d’une dépendance.

Les psychologues doivent établir des critères pour savoir s’il s’agit d’une dépendance ou non. Pour ce faire, ils enregistrent le temps consacré quotidiennement à cette activité, si elle interfère avec la vie quotidienne de la personne et si elle entraîne une gêne ou une souffrance importante.

L'addiction à Internet fait partie des addictions comportementales.

Addictions comportementales : pas de substance, mais “accros” à quelque chose

Si nous disons à quelqu’un que courir est un problème, il réagira par surprise. Il remettra très probablement en question notre approche. Pour autant, il est évident que nous devrons être capables de décrire rapidement et de manière convaincante le comportement de course comme une dépendance.

Un psychologue peut savoir, après une bonne évaluation, si nous sommes confrontés à une dépendance ou non et à quel point nous le sommes. D’autre part, pour la société, s’il est déjà problématique de détecter l’addiction à un comportement toxique, il est plus problématique de savoir s’il s’agit d’une addiction à une activité.

Les addictions comportementales présentent plusieurs caractéristiques principales. Ce sont les suivantes :

  • Les dépendances comportementales sont des comportements répétitifs qui, au moins dans les premières phases, sont agréables et génèrent une dépendance psychologique et une perte de contrôle.
  • La caractéristique du processus de dépendance n’est PAS le comportement lui-même (par exemple, le travail), mais la manière dont la personne se rapporte à ce comportement.
  • Il est urgent de mettre en œuvre ce comportement, malgré les interférences qu’il provoque (perte de la famille, de la santé, etc.).
  • Ces comportements ne sont pas inclus en tant que troubles mentaux dans le DSM ou le DCI, à l’exception du jeu pathologique.

Par conséquent, avec cette définition, le terme de dépendance est étendu et adapté aux nouvelles réalités. L’émergence de nouvelles technologies et de modes de vie sédentaires rendent, par exemple, la dépendance aux nouvelles technologies tout aussi problématique que la dépendance aux substances.

La dépendance à Internet, l’une des addictions comportementales

S’il y a une chose qui caractérise la société actuelle, c’est l’utilisation massive d’Internet. Nous avons besoin du net pour effectuer des virements bancaires, rédiger des courriers électroniques, effectuer des procédures bureaucratiques ou faire du télétravail de manière de plus en plus répandue.

Bien que ces utilisations seraient le moyen de justifier l’utilisation quotidienne du réseau de manière optimale et nécessaire, nous savons tous que notre utilisation effective va beaucoup plus loin. La principale, à des fins que l’on pourrait qualifier de “récréatives”, est l’utilisation des réseaux sociaux, des jeux vidéo en ligne ou la publication dans divers forums ou chats en ligne.

Mais quand cette utilisation devient-elle une dépendance ? Quelles sont les caractéristiques de la dépendance à Internet ?

  • Utilisation excessive en volume horaire : 40-80 heures par semaine avec jusqu’à 20 heures de sessions ininterrompues
  • Dissimulation du comportement de dépendance
  • Utilisation de stimulants
  • Altération des habitudes de sommeil
  • Fatigue excessive
  • Handicap académique ou professionnel
  • Problèmes de santé (par exemple, le syndrome du canal carpien)
  • La dépendance est généralement à une application particulière qui agit comme un déclencheur pour une utilisation excessive d’Internet

Comme le montre cet ensemble de caractéristiques, la dépendance à Internet présente des schémas d’utilisation abusive et des symptômes évidents. Parfois, nous ne savons pas nous-mêmes distinguer une utilisation d’Internet par obligation de travail ou par un comportement de dépendance. Ces caractéristiques sont une aide évidente pour nous guider.

L’addiction à la nourriture ou actions hyperphagiques

Les problèmes liés à l’alimentation sont généralement étudiés en relation avec la boulimie et l’anorexie. Cependant, dans l’addiction à la nourriture, il n’y a pas de préoccupation quant à la silhouette ou au poids. Elle a, en outre, tous les éléments pour être considérée comme une dépendance à proprement parler.

Voici quelques-unes des principales caractéristiques :

  • Manger avec voracité
  • Manger de grandes quantités de nourriture sans avoir physiquement faim
  • Continuer à manger jusqu’à ce ressentir une désagréable sensation de satiété
  • Sentiment de culpabilité et de désolation après avoir trop mangé.
  • Importance des aspects émotionnels.

L’hyperphagie est généralement le résultat d’états anxieux et d’états dépressifs durables. Ainsi, la dépendance alimentaire présente certaines particularités qui la tiennent à l’écart des troubles alimentaires. L’un des plus grands défis est de savoir comment bien le diagnostiquer.

La dépendance à l’exercice physique

Comme nous l’avons mentionné au début de l’article, des comportements tels que la course ou l’exercice sont loin d’être conceptualisés comme négatifs. Cependant, il existe une dépendance à l’exercice physique comme évitement d’autres activités. Examinons les principales caractéristiques de la dépendance à l’exercice :

  • Préoccupation excessive et pensées obsessionnelles sur l’exercice physique
  • Maintien de l’exercice physique malgré une blessure ou une maladie
  • Présence de symptômes de sevrage lorsque l’on ne fait pas d’exercice

La dépendance au shopping, travail et sexe

Il existe d’autres dépendances comportementales très fréquentes qui, bien qu’elles ne figurent pas dans les manuels de diagnostic, sont tout aussi problématiques que n’importe quelle dépendance à une substance. Elles provoquent les mêmes interférence dans la vie d’une personne. que les dépendances décrites dans les manuels

L’addiction au shopping

En général, la dépendance au shopping se produit chez une femme de 30 à 40 ans. Elle commence entre 18 et 20 ans et fonctionne en continu. Il y a une forte comorbidité avec l’anxiété, la dépression, la dépendance aux substances et les troubles alimentaires.

Avant de faire ses courses, la personne a généralement une humeur dysphorique suivie d’une excitation à l’idée de faire des achats. Divers objets superflus sont agréablement achetés pour laisser place au regret de l’argent dépensé et à la perte de contrôle. Ce cycle est répété à l’infini pour éviter l’inconfort croissant.

L’addiction au travail

Dans cette dépendance, la personne a des pensées récurrentes sur le besoin de produire, en plus des distorsions cognitives concernant les exigences du travail. L’irritabilité, l’anxiété et un état d’esprit labile se produisent lorsque les performances professionnelles sont entravées, par exemple, par les périodes de vacances.

L'addiction au travail fait partie des addictions comportementales.

L’addiction à l’égard du sexe

La personne qui en souffre a des comportements sexuels impulsifs qu’elle ne peut pas contrôler, même si elle ne veut pas les adopter. C’est un comportement non désiré et inqualifiable. La satisfaction personnelle et émotionnelle passe exclusivement par des rapports sexuels consensuels avec des adultes ainsi que par des comportements paraphiles.

Addictions comportementales : le comportement comme source de gratification

Dans toutes ces dépendances comportementales, le début du problème est lié au fait que le comportement apparaît comme la source principale et exclusive de gratification. Nombre de ces comportements ne sont pas pathologiques en soi et sont même, dans de nombreux cas, socialement acceptés et valorisés.

Par conséquent, il convient de rappeler que pour être considéré comme un comportement de dépendance, les caractéristiques cliniques suivantes doivent être présentes : perte de contrôle du comportement, dépendance ou envie psychologique, tolérance, abstinence et effets nocifs graves. Et vous, avez-vous des addictions comportementales ?

Graña, J.L. (1994). Conductas adictivas. Teoría, evaluación y tratamiento. Debate. Madrid.