Les 5 plus étranges rites sociaux du monde

· 9 février 2019
Il n'est pas facile de faire une sélection des rites sociaux les plus étranges du monde. En voici 5 !

Si vous approfondissez un peu le sujet, vous réaliserez que la planète est peuplée de coutumes très différentes de celles qui vous entourent. Beaucoup d’entre elles sont curieuses et même accablantes.

Les rites sociaux remplissent l’objectif de célébrer en communauté les moments les plus transcendants de la vie. Principalement les naissances, les décès, le passage de l’enfance à l’âge adulte et l’union conjugale. Ce sont des moments qui changent tout et c’est pourquoi ils finissent par être ritualisés.

En Occident, il existe aussi des rituels qui peuvent sembler étranges à ces communautés. En fait, nous sommes plus semblables qu’il n’y paraît à première vue. La forme change, mais le fond, pas tellement. En faisant cette réserve, regardons cinq des rites sociaux les plus étranges du monde, du moins aux yeux des Occidentaux.

« Qu’est-ce qu’un rite ? dit le petit prince. C’est aussi quelque chose de trop oublié, dit le renard. C’est ce qui rend un jour différent des autres jours.

-Antoine de Saint-Exupery-

1. Le rituel d’initiation dans la tribu Satere-Mawé

Les rituels d’initiation, en particulier chez les hommes, comprennent souvent des pratiques cruelles ou très difficiles à surmonter. L’un des rites sociaux les plus étranges au monde est précisément l’initiation. Il se déroule dans la tribu Satere-Mawé, une communauté installée en Amazonie et qui vient d’entrer en contact avec la civilisation occidentale.

Vous n’avez peut-être pas entendu parler de Satere-Mawé, mais vous connaissez probablement le « guaraná ». Ce sont eux qui en ont découvert les propriétés et qui l’ont apporté en Occident. Dans cette communauté, pour qu’un enfant soit accepté en tant qu’homme, il doit passer un test très difficile. Il doit porter, 20 fois de suite et pendant environ 10 minutes, des gants remplis de fourmis balles de fusil.

Les fourmis balles de fusil provoquent des morsures très douloureuses, que certains comparent au toucher au fer chaud. Au cours du rituel, beaucoup perdent connaissance. Et la récupération prend plusieurs semaines. Cependant, c’est à ce prix qu’ils sont acceptés comme adultes au sein de la tribu.

rites sociaux

2. Les Yanomami ont l’un des rites sociaux les plus étranges

La mort est une autre des circonstances qui donne lieu aux plus étranges rites sociaux du monde. Les Yanomami, qui vivent dans la jungle du Venezuela et du Brésil, effectuent un rituel curieux. Quand quelqu’un meurt, son corps est exposé pendant une journée. Le lendemain matin, les femmes doivent peindre leur visage de couleur sombre pour exprimer leur chagrin. Elles doivent aussi pleurer.

Le défunt et tous ses biens sont rassemblés, et le tout est incendié. Si la combustion n’est pas complète, c’est que la personne a fait de son vivant quelque chose qui ne peut être pardonné. Le mois suivant, la famille doit revenir, ramasser les cendres et les verser sur une soupe à la banane. Tout le monde en mange. C’est un moyen pour la personne décédée de rester avec ceux qui lui ont survécu.

3. Un rituel de mort dans la vallée de Baliem

En Papouasie, en Nouvelle-Guinée, vit la tribu Dani. Ils sont une autre de ces communautés qui maintiennent l’un des rites sociaux les plus étranges, également lié à la mort. Lorsqu’un homme meurt, on s’attend à ce que les femmes et les enfants de sa famille se permettent d’amputer un ou plusieurs de ses doigts. Celui qui est chargé de le faire est un prêtre.

Le prêtre observe la réaction des femmes et des enfants au moment de l’amputation. S’ils résistent ou montrent beaucoup de douleur, ils n’en amputent pas un, mais plusieurs doigts. Avec les pièces amputées, un collier est fabriqué et il est présenté à la personne décédée avant d’être enterré. Aujourd’hui encore, les Danis perpétuent ce cruel rituel.

rites sociaux

4. Un rituel de naissance indien

La naissance est un autre de ces moments qui donne lieu aux rituels les plus étranges du monde. L’un d’entre eux existe depuis 700 ans, dans les États du Maharashtra et du Karnataka, en Inde. Il s’agit d’une vieille superstition selon laquelle santé et prospérité sont assurées si on jette des bébés d’une hauteur de 9 mètres sur une feuille étendue.

Les autorités ont interdit ce rituel. Pourtant, ceux qui le pratiquent assurent qu’il ne nuit pas aux enfants. Malgré la restriction, le rituel a continué à être pratiqué. La superstition a été plus forte que les lois ou la raison.

5. Un rituel de mariage intéressant

L’union matrimoniale donne également lieu à plusieurs rituels étranges à travers le monde. L’un des plus curieux se déroule dans certaines régions d’Écosse. Peu de temps avant le mariage, le marié et la mariée sont enduits d’aliments collants. On les baigne dans du thé et on les recouvre d’œufs crus, de beurre, de pudding, etc.

Ensuite, le couple doit sortir et se promener en ville. Cette humiliation publique permet de les préparer, et de faire en sorte qu’aucun problème que le couple pourra rencontrer ne génère une plus grande honte chez eux que ce rituel.

Tous ces rituels, d’une manière ou d’une autre, visent à célébrer ou à marquer les moments les plus importants de la vie. Parfois, ils sont difficiles à comprendre, mais pour chaque société et pour chaque tribu, ils ont une valeur particulière, dont le rôle est de donner un sens aux expériences de la vie.

 

Turner, V. (2002). Dramas sociales y metáforas rituales. Ingrid Geist, compiladora, Antropología del ritual, México, enah/inah.