L’origine de la mort selon la mythologie japonaise

27 juillet 2018 dans Histoires et réflexions 0 Partagés
origine de la mort selon la mythologie japonaise

L’origine de la mort selon la mythologie japonaise se trouve dans une curieuse légende sur la création du Japon. Une large partie de la religion et de la mythologie japonaise sont uniques malgré l’influence de l’ancienne civilisation chinoise. Elles contiennent en outre des traditions shintoïstes et bouddhistes, ainsi que des croyances populaires agricoles.

Les mythes traditionnels japonais sont basés sur  Kojiki et NihonshokiKojiki signifie littéralement « registre des choses anciennes » et est le plus ancien livre reconnu sur les mythes, les légendes et l’histoire du Japon. Nihonshoki est le deuxième plus ancien. Il raconte les différentes actions des divinités.

Voyons ci-après ce qu’est l’origine de la mort selon la mythologie japonaise, à travers cette merveilleuse légende.

La légende sur création du Japon

A l’origine des temps, les premiers dieux japonais créèrent deux êtres divins. Un homme nommé Izanigi et une femme, Izanami. Ces dieux ancestraux leur confièrent la mission de créer une terre si merveilleuse qu’elle ne serait comparable à aucune autre.

origine de la mort selon la mythologie japonaise

Des années plus tard, lorsqu’ils achevèrent la mission imposée par les premiers dieux, ils décidèrent qu’il était temps d’avoir une descendance. De leur union naquirent les huit grandes îles japonaises. 

L’harmonie régna dans le monde créé. Les divinités vivaient avec leurs nombreux enfants jusqu’au jour où Izanami engendra Kagutsuchi, dieu du feu. Suite à un accouchement très compliqué, la mère de la création resta un temps très malade puis mourut.

La mort de la divinité fut extrêmement dévastatrice pour Izanigi, qui ne l’accepta pas. Après avoir enterré le corps d’Izanami dans les montagnes, dans le mythique mont Hiba près de Izumo, il décida de partir à la recherche de sa bien-aimée au royaume de Yomi, nom que reçoit la terre des morts.

Izanigi se mit en route vers le territoire des ténèbres et commença à chercher sa femme bien-aimée. Tous les démons qu’il croisait l’avertirent qu’Izanami ne pourrait jamais l’accompagner. Qu’il était impossible de retourner sur la terre des vivants lorsque le fruit de Yomi avait été goûté.

Après plusieurs mois de difficultés et de souffrances, Izanigi trouva finalement sa femme dans un endroit où les ténèbres régnaient. Elle lui dit qu’elle ne pouvait pas retourner avec lui parce qu’il était trop tard. Izanami avait mangé la nourriture de l’au-delà. Elle alla cependant essayer de convaincre les dirigeants Yomi de la laisser partir. Elle demanda à son mari de ne pas entrer pendant qu’elle le ferait.

La seule condition pour obtenir l’approbation des dieux était qu’Izanagi ne regarde pas sa femme lorsqu’elle entrerait de nouveau dans le palais. Mais la divinité, comme dans le mythe d’Orphée, ne résista pas à la tentation et alluma une petite flamme avec l’une des les dents de son peigne et entra dans le palais. Avec cette lumière, Izanigi viola la loi en troublant l’harmonie des ténèbres. Il contempla le corps de sa femme transformé en cadavre pourri, débordant de vers. Les divinités du tonnerre et des éclairs émergeaient de sa tête et de sa poitrine.

De sorte que le dieu s’enfuit de terreur alors que son épouse l’accusait de la couvrir de honte et le poursuivit dans tout le royaume Yomi pour le tuer. Après un harcèlement incessant, Izanami transperça le corps de son mari avec une lance, le laissant gravement blessé.

Le père de la création courut sans repos jusqu’à ce qu’il sente la brise de l’extérieur. Bien que blessé, il put atteindre le royaume des vivants. Avec le peu de force qui lui restait, il scella avec un gros rocher la fine fissure qui séparait les deux mondes.

Izanami, de l’intérieur de la grotte, criait à son mari de la laisser entrer dans le royaume des vivants. Mais, terrifié par tout ce qu’il avait vécu, il refusa catégoriquement. La déesse menaça alors son épous de tuer 1000 humains chaque jour, ce à quoi Izanagi répondit « alors je donnerai la vie à 1500 autres êtres chaque jour ».

C’est ainsi que la mort commença à se répandre sur terre et que le mystique peuple japonais célébra le Jour des Morts, ou l’Obon, pendant plus de 500 ans.

La mort selon la mythologie japonaise

L’origine de la mort selon la mythologie japonaise fait encore partie d’un passé millénaire où les mythes et la religion font partie de la pensée globale de la culture ancestrale.

origine de la mort selon la mythologie japonaise

Le sens de la communauté, de la famille et de la mort s’est aujourd’hui dégradé au Japon. Il laisse place à une pensée plus occidentalisée. La mort reste néanmoins considérée comme emprunte d’une certaine saleté qui doit être purifiée. Il est donc nécessaire de nettoyer, aromatiser, habiller et préparer le plus dignement possible la personne ayant décédé et dont l’âme part pour le monde de l’au-delà.

Pour conclure. Contrairement à la culture occidentale où ce processus est traité comme un sujet tabou, la mort selon la mythologie japonaise est considérée comme inévitable. L’important se situe dans les actions menées pendant la vie. La douleur de la mort d’un être aimé se transforme en une sensation de réconfort en considérant que l’âme du défunt est encore parmi nous.


A découvrir aussi