Le désamour, le vertige d’un sentiment qui ne passe pas à travers l’âme

· 24 juillet 2018

Le désamour. Cette pente descendante où la plus grande peur est de ressentir la solitude la plus profonde, qui n’est plus occupée par aucune illusion. Ce sentiment de vide déchirant qui survient après la disparition de l’intimité qui vous reliait au monde. Cesser d’aimer est ce terrifiant vertige de voir l’idéal formé par l’autre personne s’effondrer comme l’explique Alfred Hitchcock dans son film Vertigo.

Le manque d’amour est la peur que notre être cher tombe des hauteurs et que nous en soyons témoins, sans pouvoir y mettre un terme. C’est ce processus dans lequel il n’y a pas de remèdes ou d’échafaudages pour le maintenir plus longtemps là-haut, là où il remplissait une fonction exquise dans notre esprit : nous mettre à l’abri de la réalité que nous pouvions voir devant nous. En tant que protagoniste de ce film.

Face à cette situation, nous préférons fuir ou, plutôt, continuer à maintenir une toile dans nos esprits qui met notre bien-aimé en sécurité, un bien-aimé qui n’existe que comme sa propre création dans l’imagination. L’amour est déjà une fabrication de notre fantaisie, de ce que nous aimerions qu’elle soit…

L’absence d’amour résiste parfois à céder à la réalité, mais quand elle le fait, il n’y a pas de solution au traumatisme de la séparation. Nous ne pouvons plus transformer la douleur en magie. C’est vraiment fini.

le désamour et la tristesse

Le sentiment désolant de la désolation

Beaucoup d’entre nous auraient préféré que les histoires d’amour qui ont emporté nos âmes ne reviennent pas sur le devant de la scène Et bien, ne pas se rendre compte qu’il y a un plafond qui ne peut pas être surmonté, ou ne pas savoir que le manque de réciprocité ne nous cause plus d’intrigue ou de mystère, mais plutôt une profonde désillusion.

Le désamour. Ce sentiment que l’autre n’a jamais été ce que nous pensions. Que ce que vous pensiez être l’amour de votre n’était qu’une autre histoire pour votre partenaire. Ce vide de se voir dans une relation dans laquelle l’autre apparaît de plus en plus comme un étranger pour s’effriter et sentir ce trou dans notre estomac, qui ne sert plus la raison ou les illusions.

Quand cela se produit, c’est comme si nous avions un pieu dans notre cœur, un bandage tombant dans nos mains qui nous paralyse. Nous sommes tombés amoureux parce que, une fois pour toutes, nous avons vu la personne telle qu’elle est, sans passer le filtre de la manière dont nous voulons qu’elle soit. Nous voyons la voie à suivre d’une manière plate et sans vie. L’amour donne le vertige quand il n’est plus l’amour, tombant des hauteurs de notre imagination et ne trouvant pas de sol ou de terre pour s’attacher. Peut-être parce qu’il n’a jamais vraiment existé…ou parce qu’il vient de s’éteindre.

Nous aimons construire des images d’amour dans nos esprits. Parfois parce que la réalité est insupportable, il y a un traumatisme que nous vivons seuls ou une profonde déception. Avant d’être confronté au vertige d’un quotidien grossier, asphalté et plat, nous faisons demi-tour une dernière fois. Nous enveloppons la réalité inégalée dans du papier doré et la transformons en fantaisie.

Avec ces idées sur la façon dont nous voulons que l’autre soit, pas vraiment comme il est, nous endurons des mariages et des illusions d’amour platonique, des histoires inachevées qui, à un moment donné, reviendront à leur cours. Nous avons même créé tellement de scénarios que nous avons parfois ignoré de merveilleuses réalités. Des gens qui nous aimaient, qui nous dorlotaient, qui ne nous laisseraient jamais vraiment dans le caniveau.

L’amour vous donne le vertige, mais en même temps vous permet de profiter de la réalité sans l’imaginer

Bien sûr, l’amour a besoin de mystères, pour ne pas être un amant de l’explicite, pour garder des mots et des vérités qui n’ont pas toujours besoin d’être révélées, seulement quand les regards et les silences l’exigent. Parfois, les mots sont le fermoir d’une réalité redoutée et reportée, de quelque chose qui a dû être mis en lumière, une fois conservé comme un trésor intérieur.

Il y a beaucoup d’histoires d’amour différentes, mais si vous pensez que la vôtre correspond à celle que vous avez imaginée 90% du temps, nous avons un problème. Il y a des histoires qui sautent dans le temps mais qui finissent par passer de l’état enfantin, qui évoluent, qui passent de l’image rendue parfaite dans l’imagination à la réalité imparfaite mais excitante et incontrôlable. Mais cela ne peut être réalisé que si vous avez le courage de faire un pas dans le temps avant qu’il ne soit trop tard.