L’effet papillon qui affecte nos problèmes

17, juillet 2017 dans Emotions 10 Partagés

Problèmes, problèmes, problèmes… Quiconque ne cohabite pas avec un problème dans son quotidien  ? Il est normal de se confronter à des situations problématiques dans la vie, même si cela ne signifie pas que nous savons les résoudre… car tout le monde n’est pas maître dans cette pratique.

Il n’est pas rare que nous finissions par nous laisser entraîner par les cercles vicieux que nous refermons autour de nos problèmes. De fait, nos problèmes sont influencés par des modèles de comportement qui deviennent garants de leur survie et donc de notre frustration. C’est ainsi qu’ils se transforment, d’un point de vue systémique, en systèmes de comportements et de significations qui s’alimentent entre eux.

Cela signifie que, comme s’il s’agissait d’un papillon, quand un problème agite ses ailes, il influe beaucoup dans nombre de nos comportements, de nos relations et de nos pensées. Dit autrement, ce sont les problèmes qui finissent par prendre les rênes de nos comportements, provoquant, sans que nous nous rendions compte, un cercle vicieux dans lequel nous stagnons.

Quand un problème agite ses ailes, surgit alors un tremblement de terre qui affecte notre équilibre intérieur.

Comment briser l’effet papillon de nos problèmes ?

Pour briser ce cercle vicieux, qui fait que c’est notre comportement qui commande nos problèmes et non pas nous-même, il faut essayer de bloquer la séquence de comportements dans laquelle s’inscrit le problème. On essaie de générer d’autres alternatives de comportements qui nous rapprochent d’une bonne solution et dans tous les cas, qui nous éloignent de celles qui assurent notre survie.

Cela signifie que, si face à un problème, nous avons tendance à appliquer une solution concrète et qu’elle ne nous donne pas de résultat, changer de stratégie peut nous aider à trouver la bonne solution. C’est pour cela que ce qui est si simple paraît si compliqué. N’oubliez pas que nous sommes des animaux d’habitudes, et que changer notre manière d’agir, de briser « l’effet papillon » que nous déclenchons, est extrêmement compliqué.

L’humain est le seul animal qui est capable de trébucher deux fois sur la même pierre, même si c’est la pierre qui est la cause de tous ses problèmes.

Pour pouvoir changer cette association de comportements, la psychologie systémique propose deux voies :

  • Redéfinir un élément de la séquence ou changer la séquence entière, pour pouvoir se rendre compte de ce qui se passe autour de nous et découvrir ainsi le cercle vicieux des comportements qui alimentent le problème. Un exemple : ne pas considérer une interprétation, un reproche ou une dispute comme évidents, mais demander directement à l’interlocuteur s’il avait l’intention d’agir de cette manière.
  • Faire une tâche qui modifie l’une des séquences de comportements impliqués : avec ces tâches, on essaie de faire en sorte que ce soit nous qui embêtions le problème plutôt que qu’il ne nous embête. Un exemple : on peut ajouter un élément à la séquence du problème. Par exemple, si vous avez un problème avec l’alcool, mettez des gants quand vous allez boire pour altérer le cercle vicieux de ce comportement.

Sentez-vous libre face aux problèmes !

Peut-être que ces solutions vous semblent trop simples pour générer de résultats significatifs, mais altérer la séquence mécanisée de nos problèmes est très efficace. Quand nous prenons conscience de ce que nous faisons, au lieu de nous laisser entraîner par les situations, nous sommes capables de voir plus clairement ce qui survient autour de nous.

Nous commandons notre comportement si nous sommes conscient-e de ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons à chaque moment, sinon ce seront nos problèmes, en agitant leur ailes, qui provoqueront les changements dans notre vie.

Ainsi, pour nous sentir libre face à nos problèmes ou pour essayer de chercher des solutions efficaces, changer ce que nous faisons dans le quotidien, même si c’est un petit détail, nous aidera. Car il ne s’agit pas de passer par la vie sans l’avoir vécue, seulement de nous laisser entraîner par les circonstances, mais de prendre le contrôle et de faire de petits changements. Ces changements feront que, quand le papillon de nos problèmes, agitera ses ailes, surgiront des défis et des opportunités, des tremblements de terre et des tempêtes.

Lisez aussi : Je m’adresse à un bus : je suis libre. Si ça ne lui plaît pas, c’est son problème

A découvrir aussi