Le paradoxe du menteur : l'un des plus célèbres en logique

Vous êtes-vous déjà senti perdu entre la vérité et le mensonge ? Si oui, vous faites peut-être face au paradoxe du menteur. Dans cet article, nous allons découvrir en quoi consiste exactement cette contradiction.
Le paradoxe du menteur : l'un des plus célèbres en logique

Dernière mise à jour : 08 mars, 2023

Le paradoxe du menteur a rendu perplexes les philosophes, les logiciens et les mathématiciens à travers l’histoire. Et bien que son origine remonte à la Grèce antique, il fait actuellement l’objet d’études et de débats. Dans cet article, nous explorerons en profondeur le paradoxe qui a défié la logique et la raison, en découvrant son véritable sens et ses différentes solutions proposées.

C’est à partir d’une simple phrase que surgissent toutes sortes de théories logiques et philosophiques, rendant ce paradoxe encore plus énigmatique.

Comment est-il possible que la vérité et le mensonge puissent s’entrelacer de manière aussi complexe ? Comment cela affecte-t-il notre vie quotidienne et notre façon d’interagir avec les autres ? Si vous êtes passionné par le monde de la psychologie et que vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet intrigant, continuez à lire.

Qu’est-ce que le paradoxe du menteur ?

La plus ancienne version connue du paradoxe du menteur a été formulée par Épiménide de Crète, poète et prophète grec du VIe siècle av. J-C.

Ce paradoxe soutient que tous les Crétois étaient des menteurs. Il surgit du fait qu’Épiménide était un habitant de Crète, et donc aussi un menteur. Mais s’il affirme cela, la phrase est fausse car ce serait un mensonge, puisque celui qui l’a dit était un Crétois menteur. Si on la considère comme fausse, c’est-à-dire qu’il n’est pas vrai que les Crétois sont des menteurs, elle devient vraie parce que ce qu’il dit est vrai. Par conséquent, il semble qu’il n’y ait pas de solution au problème.

La plus ancienne contradiction du genre en question est celle d’Épiménide le Crétois, qui disait que tous les Crétois étaient des menteurs et que toutes les autres déclarations faites par les Crétois étaient en effet des mensonges. Était-ce un mensonge ?

-Bertrand Russell-

Au fil du temps, ce paradoxe s’est formulé de diverses manières. Le plus populaire dit « cette phrase est fausse ». La contradiction est la même que la phrase d’Épiménide : si elle est vraie, elle devient fausse parce que son contenu est faux ; et si elle est fausse, elle devient vraie parce que ce qu’elle dit est vraie.

Le paradoxe du menteur mêle vérité et mensonge
Le paradoxe du menteur rend difficile l’attribution d’une valeur de vérité aux phrases.

Quel est le problème avec le paradoxe du menteur ?

La logique a trouvé trois problèmes avec ce paradoxe. Le premier renvoie au principe du tiers exclu. Cette règle maintient que dans une proposition ou une phrase, il ne peut y avoir que deux options. Par conséquent, il n’y a que deux valeurs de vérité : vrai et faux.

Dans le cas du paradoxe du menteur, si l’on suit ce principe, il n’y a pas de possibilité de troisième option. Alors, il est soit vrai soit faux. Mais et s’il était les deux à la fois ? Eh bien, dans ce cas, la contradiction logique surgit, puisqu’on ne peut assigner de valeur de vérité sans arriver à une contradiction.

Le deuxième problème est l’autoréférentialité. C’est-à-dire qu’une phrase parle d’elle-même. Dans le paradoxe en question, lui-même dit qu’il est faux. Mais le problème sous-jacent, selon différentes interprétations, est qu’une phrase ne peut rien dire sur elle-même. Dans ce scénario, c’est l’être humain qui dit quelque chose, pas la déclaration. En tout cas, c’est le sujet qui donne un sens aux phrases ou à ce qui est dit, pas la phrase.

Le troisième problème se pose lorsque l’on veut donner une valeur de vérité à la phrase. En ce sens, la logique est critiquée en tant que discipline car dans la vie de tous les jours, nous n’analysons pas tout ce que nous disons. Au contraire, nous énonçons ce que nous voulons et essayons de lui donner sa propre signification.

Exemples de paradoxes du menteur

La contradiction énoncée par Épiménide de Crète a été le début de nombreuses autres formulations qui traitent du même problème. Ainsi, par exemple, certaines d’entre elles sont:

  • Je suis un menteur.
  • Je ne dis jamais la vérité.
  • Cette déclaration est fausse.
  • La phrase suivante est fausse. La phrase précédente est vraie.

La perplexité causée par ce type de contradiction amène à rechercher d’autres exemples similaires, pour voir si on peut parvenir à une résolution.

Le paradoxe du menteur déclenche un jeu de logique
Ce paradoxe persiste comme une énigme non résolue qui encourage l’analyse logique et philosophique.

A-t-il une solution ?

Malgré les multiples tentatives des philosophes pour trouver une solution, aucun n’a réussi à en trouver. Cependant, ils sont parvenus à des conclusions qui encouragent une réflexion plus approfondie sur cette question et sur d’autres.

En effet, certains philosophes comme Alfred Tarski ont proposé comme accord possible de définir précisément la notion de vérité et de fausseté. Selon eux, le problème commence lorsqu’il n’y a pas de description détaillée de ces valeurs.

D’autres, comme Paul Grice, un philosophe britannique du XXe siècle, soutiennent qu’il faut comprendre le contexte dans lequel on utilise le langage. Pour lui, le paradoxe surgit lorsqu’on l’utilise de manière décontextualisée.

D’autre part, Bertrand Russell a été un grand philosophe qui a proposé des solutions à ce paradoxe. Selon lui, il est dû à des défauts de logique ; par conséquent, il a suggéré d’introduire des mots ou des propositions afin que le problème de l’auto-référentialité ne se produise pas.

Bref, on a tenté d’apporter des solutions au paradoxe mais aucune n’a été satisfaisante. Malgré cela, les apports philosophiques à cette contradiction ont servi de moteur pour soulever et problématiser de nouveaux enjeux.

Un problème non résolu mais fascinant

Le paradoxe du menteur est l’une des énigmes les plus difficiles et les plus fascinantes de la logique. À tel point qu’au fil des siècles, philosophes, mathématiciens et logiciens en ont débattu. Bien qu’aucune solution n’ait été trouvée, son étude permet une évolution dans la logique et la philosophie.

De même, son irrésolution nous oblige à continuer à examiner des concepts tels que ceux de vérité et de fausseté ; le sens que nous donnons à ce qui a été dit en tant qu’êtres humains et, bien sûr, cela nous permet d’appliquer des concepts logiques à la vie quotidienne. Parce que parler et dire font partie du quotidien.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.