Le modèle tripartite anxiété-dépression de Clark et Watson

Nous vous présentons ici le modèle tripartite anxiété-dépression des chercheurs Clark et Watson. Ce modèle est une tentative d'unir deux catégories diagnostiques exclusives, généralement assez proches.
Le modèle tripartite anxiété-dépression de Clark et Watson

Dernière mise à jour : 16 mai, 2021

En 1991, les auteurs Clark et Watson ont proposé un “modèle tripartite anxiété-dépression”. Tel qu’établi, le modèle est composé de trois éléments : l’affect négatif ou détresse, l’hyperexcitation physiologique et l’anhédonie ou diminution de l’affect positif.

Clark et Watson suggèrent que la présence de niveaux élevés d’affect négatif est un indicateur courant d’anxiété et de troubles dépressifs. L‘anxiété et la dépression sont deux catégories diagnostiques qui tentent de différencier deux troubles psychologiques différents.

D’une part, l’anxiété est conceptualisée comme une tendance à l’appréhension, une alarme vers un danger futur et une activation physiologique élevée. Entre autres problèmes qui dépendront davantage du trouble spécifique.

Quant à la dépression, elle se caractérise avant tout par une humeur nettement basse associée à une série de symptômes qui, en général, en découlent ou y concourent. Manque d’appétit, anhédonie, apathie, insomnie, etc.

Bien qu’il puisse nous sembler que les deux concepts sont exclusifs, la vérité est que dans la pratique clinique de routine, nous pouvons facilement vérifier qu’ils ont tendance à aller de pair. Le DSM-5 n’a toutefois pas encore créé de catégorie diagnostique qui rassemble les symptômes des deux. L

a CIM-10 inclut comme catégorie le diagnostic de trouble mixte anxiété-dépression. Il s’agit d’un trouble dans lequel le patient présente des symptômes d’anxiété et de dépression, mais aucun d’eux n’est clairement prédominant ou d’une intensité suffisante pour justifier un diagnostic séparé.

La catégorie diagnostique que nous venons de définir est, selon l’OMS, fréquente en médecine primaire. Et plus encore dans la population non clinique (personnes ne nécessitant pas de soins thérapeutiques).

Troubles du modèle tripartite.

Les sous-types des troubles anxieux-dépressifs selon le modèle tripartite

Selon Clark et Watson, il existe, dans la catégorie de l’anxiété-dépression, deux sous-types de troubles. Les patients dont les symptômes prédominants sont non spécifiques et qui  présentent des niveaux modérés des deux facteurs spécifiques doivent être diagnostiqués comme un trouble mixte anxiété-dépression modérée.

Ce serait une catégorie similaire à celle proposée par la CIM-10 dont nous avons discuté précédemment.c D’autre part, lorsque les patients signalent des niveaux très élevés, non seulement dans l’affect négatif, mais aussi dans l’anhédonie et l’hyperactivité psychophysiologique, le diagnostic est un trouble anxieux-dépression mixte sévère.

Selon les auteurs, cette catégorie devrait être réservée aux personnes qui répondent aux deux critères de diagnostic, à savoir l’anxiété et la dépression. Contrairement aux classifications diagnostiques actuelles, Clark et Watson proposent de faire un seul diagnostic.

Affect positif et affect négatif

Le modèle tripartite de Clark et Watson est basé sur le concept d’affect positif et négatif. Avec le questionnaire PANAS, développé par le même groupe de recherche, nous pouvons évaluer les deux dimensions.

L’affect positif serait tout ce qui est contraire à la tristesse, à l’anhédonie ou à l’apathie, par exemple. L’affect négatif – commun dans les deux dimensions – irait de l’irritabilité à la culpabilité ou aux sentiments d’infériorité.

Pour les auteurs, l’anxiété et la dépression partagent de nombreux symptômes de détresse émotionnelle. Mais il est également vrai que les patients souffrant de symptômes dépressifs ne manifestent pas de symptômes anxieux et vice versa.

Le modèle tripartite anxiété-dépression postulé par ces auteurs indique que ce qui caractérise et différencie les patients dépressifs des patients anxieux est précisément le faible affect positif. Voyons cela plus en détail.

Le modèle tripartite anxiété-dépression

Selon le modèle tripartite, d’une part, nous avons la dimension de la dépression qui aurait ses propres caractéristiques. En premier lieu, nous observons un faible affect positif et un désespoir comme points principaux.

D’autres symptômes peuvent s’ajouter. Ces symptômes sont : tristesse, anhédonie, apathie, tendances suicidaires, faible activation sympathique, perte d’appétit, inhibition psychomotrice, sentiments d’inutilité et perception de perte.

Pour sa part, l’anxiété inclut l’hyper excitation physiologique et l’incertitude comme principaux éléments. Les autres symptômes proposés par le modèle tripartite sont : peur, panique, nervosité, évitement, instabilité, forte activation sympathique, tension musculaire, hypervigilance, perception de menace/danger.

Les symptômes cités seraient spécifiques à chaque catégorie. Par conséquent, si un patient présente des symptômes d’un pôle ou de l’autre, il ne peut pas être diagnostiqué avec les deux troubles.

Traitement du modèle tripartite.

Le modèle comprend également une série de symptômes communs aux deux pathologies. L’affect négatif, comme nous l’avons souligné, est au premier plan dans ce cas.

Mais l’impuissance joue également un rôle important dans l’union de l’anxiété et de la dépression. Les symptômes courants sont : l’irritabilité, l’inquiétude, une faible concentration, l’insomnie, la fatigue, l’agitation psychomotrice, les pleurs, un sentiment d’infériorité, de culpabilité et une faible estime de soi.

Au fur et à mesure qu’un symptôme se rapproche du concept général (affect positif faible, affect négatif élevé ou hyper excitation physiologique), cela signifie que le symptôme est approximativement plus proche du concept en question.

Les auteurs notent également qu’un affect négatif élevé, bien que commun à l’anxiété et à la dépression, a tendance à être plus caractéristique de l’anxiété. L’impuissance, bien qu’elle soit également une composante courante, est plus typique de la dépression.

En somme…

Le modèle tripartite anxiété-dépression ouvre la porte au traitement transdiagnostique. Ces types de traitements gagnent de plus en plus en pertinence dans la pratique cliniqu,e car ils se sont avérés efficaces pour traiter plusieurs diagnostics à la fois ou un diagnostic principal avec ses comorbidités.

En plus d’être efficaces, ils sont plus efficients à la fois en termes de temps et de ressources financières. S’il existe des modèles explicatifs qui peuvent clarifier les symptômes de diverses conditions, il y aura des traitements visant à les améliorer tous. Le traitement transdiagnostique de Norton pour les troubles anxieux (2004, 2005) est un exemple.

À partir de ces approches transdiagnostiques, un accent est mis sur les noyaux communs qui sous-tendent les deux troubles. Suivant le modèle tripartite anxiété-dépression de Clark et Watson, la thérapie doit avant tout se concentrer sur l’affect négatif et l’impuissance.

Cela pourrait vous intéresser ...
12 habitudes qui prennent soin du cerveau et réduisent le risque de démence
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
12 habitudes qui prennent soin du cerveau et réduisent le risque de démence

Nous vous invitons à découvrir 12 bonnes habitudes à prendre pour le cerveau, en vue de diminuer le risque de souffrir d'une démence.



  • Belloch, A., Sandín, B. y Ramos, F (2008). Manual de psicopatología. Volúmenes I y II. McGraw-Hill.Madrid
  • Norton, P. J. (2012). Group cognitive-behavioral therapy of anxiety: A transdiagnostic treatment manual. New York: Guilford.