Quand le désespoir d'uriner devient trop fort

17 août, 2020
Parfois, nous avons l'impression que nous sommes sur le point d'exploser, et que nous avons besoin d'uriner. Une sensation qui semble augmenter à mesure que nous nous rapprochons des toilettes. Comment ce phénomène est-il expliqué par la science ?

Combien de fois avons-nous assisté à une réunion centrée sur un sujet important et avons négligé (ou n’avions pas réalisé) que nous voulions vraiment uriner ?

Nous montons dans la voiture, continuons avec les propositions de la rencontre dans nos esprits et écoutons de la musique jusqu’à ce que nous atteignions notre destination et nous garons.

Et c’est à ce moment-là, lorsque nous sortons de la voiture et sortons les clés de la maison et bien sûr que le sujet de la rencontre a été laissé pour compte, que notre envie de faire pipi augmente et que nous sentons notre vessie sur le point d’éclater.

Ces 200 mètres qu’il nous reste pour ouvrir la porte de notre maison deviennent interminables. Oui, sans fin. On essaie de se détendre, de marcher plus vite, mais parfois c’est inefficace. Vient ensuite l’épicentre du désespoir, le moment où nous insérons la clé dans la porte du bâtiment, ouverte, et, comme l’indique la loi de Murphy, l’ascenseur est au 12ème étage.

Le retard de l’ascenseur entraîne un retard de la miction imminente de quelques minutes supplémentaires. Le problème, c’est que quand il arrive et qu’on s’en approche, le sentiment désespéré augmente jusqu’à ce que les clés soient placées dans la serrure de ce qui serait à ce moment-là les portes du paradis.

La course aux toilettes

Nous plongeons directement dans les toilettes et ne voyons rien d’autre que ce que nous cherchons. Un trône qui nous assure de ressentir l’immense plaisir qu’implique le fait de vider notre pauvre vessie torturée. Et surtout, le fait de ne pas nous uriner dessus.

Comment contenir l'envie d'uriner.

Ce même effet se produit avec la motilité intestinale. Tout semble respecter le contrôle le plus strict jusqu’à ce que nous nous en rendions compte et que nous n’ayons pas de salle de bain à proximité. Le problème est de savoir si l’alerte du besoin de vider les intestins dure, car lorsqu’elle dure, elle augmente.

Cela augmente immédiatement l’anxiété et la tension, produits d’une concentration consciente sur le besoin. Même les personnes les plus pointilleuses et obsessionnelles, qui ne rêveraient jamais d’aller aux toilettes publiques, en raison de la tension désespérée de la possible catastrophe excrémentielle, vont dans n’importe quelle salle de bain, propre, sale, insalubre, etc.

La scène du retour désespéré à la maison, comme l’exemple des toilettes publiques, s’applique aux deux besoins. Mais la grande question est : quelle est la raison de ce besoin de faire pipi qui augmente alors que nous nous rapprochons de la destination ? Quels sont les mécanismes qui augmentent le désir d’expulser les déchets de notre corps ? Comment sont-ils activés ? Creusons plus profondément.

Nous sommes une unité

Sans aucun doute, il existe une union profonde entre le besoin physiologique, l’organe (intestins et vessie), l’esprit et le cerveau, le foyer d’attention et de vigilance, le contexte situationnel et les émotions (anxiété, tension, désespoir) qui structurent un ensemble qui donne vie aux scènes précédentes.

Même si elle peut être comprise comme un questionnement superficiel, cette situation a une explication scientifique. Plus spécifiquement neurophysiologique, biochimique, émotionnelle et cognitive.

Il faut maintenant garder à l’esprit que notre manière de penser insiste sur la dissociation du corps d’une part et de l’esprit d’autre part. C’est parce que la dichotomie cartésienne continue de persister parmi nous comme un germe sans fin.

Cependant, la neuroscience, plus spécifiquement la psychoimmunoneuroendocrinologie, a montré et démontré que nous sommes un corps et un esprit. Et qu’aucun des systèmes, ni immunitaire, ni endocrinien, ni nerveux, ne fonctionne séparément. Et c’est ici que nous trouvons une explication à ce phénomène qui pourrait être considéré comme un sujet banal.

Une explication du désespoir d’uriner par la science

Il y a un certain nombre de changements biochimiques qui se produisent au moment où nous nous rapprochons de la destination. En principe, la reconnaissance et la vigilance de notre vessie ou de notre intestin est complète. Cette concentration d’attention accélère le besoin activé d’évacuer. Plus il est concentré, plus il est activé.

En revanche, la proximité de notre maison, qui est le lieu où l’on retrouve sécurité et tranquillité, accélère le besoin. Sans aucun doute, c’est une situation de stress qui, ajoutée aux mécanismes de la peur (pour la surmonter), active l’adrénaline et le cortisol et tout un ensemble de muscles abdominaux stressants et la prolifération de l’idée fixe d’aller aux toilettes.

De plus, la sensation urgente d’uriner est également liée au besoin d’évacuation des intestins. Ce phénomène montre le lien entre la vessie, les intestins (plutôt le système gastro-intestinal) et le cerveau. Et si vous arrivez à tenir, la vessie, par exemple, l’associe lorsque vous rentrez chez vous et cela active le désir.

Quelques autres explications

Quand je pense au tintement des clés en essayant d’ouvrir la porte, je n’arrête pas de penser à la cloche de Pavlov. Ce phénomène appartient au groupe des réflexes conditionnés, au même titre que l’expérience pavlovienne.

Ce type d’incontinence est comparable à l’expérience menée par le psychologue russe Ivan Pavlov, qui nourrissait un chien en même temps qu’il sonnait une cloche. Après un temps de systématisation de l’expérience, il a fait sonner la cloche mais n’a pas présenté la nourriture, et a observé que le chien salivait malgré le fait qu’il n’y avait pas de nourriture.

Si nous faisons un parallèle avec cette expérience, c’est la même chose qui arrive aux personnes qui ont envie d’uriner. “Nous associons la salle de bain à notre besoin physiologique et cela active notre prise de conscience de nos sensations physiques, qui indiquent que nous voulons aller aux toilettes “, explique le Dr Héctor Galván, directeur de l’Institut de psychologie de Madrid.

Un homme qui a envie d'uriner.

Ghei et Malone-Lee ont identifié 4 facteurs environnementaux qui produisent l’urgence d’uriner. Se lever le matin, les clés à la porte de la maison, le robinet qui laisse couler l’eau et le froid, différenciant l’urgence du “je n’en peux plus” de l’incontinence “oups, j’ai fait pipi”. Ils ont également noté que l’inquiétude et la fatigue exacerbaient ces états.

Par exemple, écouter le bruit de l’eau courante revient à uriner dans les toilettes. Lorsque nous entendons un bruit similaire à celui de l’expulsion de l’urine, une association immédiate se produit et provoque une augmentation de la contractilité du muscle de la vessie (le détrusor).

D’autre part, trois chercheurs de l’Université de Columbia (Victor, O’Connell, Blavias) ont mené une étude pilote pour évaluer les signaux environnementaux qui peuvent constituer des stimuli à réflexes conditionnés dans ces circonstances.

Les résultats coïncidaient en partie avec les études de Ghei et Malone. D’abord, se lever le matin, en second (88 %), être sur le chemin d’une salle de bain. En troisième (76 %), avoir la vessie pleine et en quatrième (71 %) ouvrir la porte d’entrée.

Le besoin d’uriner selon la quantité

On remarque la nécessité d’aller aux toilettes pour uriner étant entre 150 ou 200 ml et lorsque notre vessie est très pleine il est possible qu’un éternuement, une toux ou un rire puisse provoquer des fuites. Bien sûr, tout n’est pas perdu, il est possible de contrôler le désir irrépressible d’uriner.

Vous devez simplement vous calmer, réduire l’anxiété, ne pas penser que vous êtes près des toilettes et vous brouiller ou vous distraire en pensant à autre chose. Tout cela aide à se contrôler. Bien sûr, sans en abuser, car nous devons prendre soin de notre vessie et de nos intestins.

En fin de compte, tout se joue dans notre cerveau. Comme un grand commandant, il modèle, construit et déconstruit les réalités dans un jeu d’équipe. Une synergie impliquant l’esprit, le cerveau, les émotions, les cognitions et tous les systèmes du corps.