Le modèle ABC-X : comment les familles gèrent-elles les situations de crise ?

Un événement stressant mal géré peut plonger une famille dans une crise. Le modèle ABC-X nous explique de quoi cela dépend et comment le noyau familial peut s'adapter.
Le modèle ABC-X : comment les familles gèrent-elles les situations de crise ?
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par Psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 24 janvier, 2023

Tout comme les gens font face à des situations défavorables, les familles (comprises comme un système ou une organisation) le font aussi. Changements dans le cycle de vie, maladies, séparations, imprévus… Plusieurs circonstances peuvent bouleverser l’équilibre, et il est donc important de savoir protéger le noyau familial de l’impact de la crise. À cet égard, le modèle ABC-X offre des explications et des réponses intéressantes.

Le stress est inévitable et toutes les familles en feront l’expérience à des moments différents. Cependant, toutes n’ont pas le même niveau de vulnérabilité ou ne finissent pas par entrer dans un état de crise. Ce résultat dépend des attitudes et des ressources dont elles disposent. Nous allons parler de ces facteurs ci-dessous.

Parents avec fils bouleversé
Lorsqu’un facteur de stress déséquilibre une famille, une crise survient.

Le modèle ABC-X du stress familial

Lorsque l’on parle de la façon dont les systèmes familiaux gèrent les situations de crise, il est nécessaire de parler du modèle ABC-X de Reuben Hill. Ce sociologue américain, pionnier dans ce domaine d’étude, a développé une proposition qui permet d’identifier la vulnérabilité au stress et de comprendre pourquoi les crises se déclenchent et comment les familles y réagissent.

Car t ous les facteurs de stress ne conduisent pas à une crise. Celle-ci ne se déclenche que lorsque le système familial perd son équilibre, ne peut retrouver sa stabilité et est contraint d’opérer des changements et des transformations importants dans sa structure et son fonctionnement. Mais de quoi cela dépend-il ? Selon le modèle ABC-X, trois éléments sont impliqués :

(A) – Événement stressant

Il s’agit d’une situation à laquelle la famille n’est pas préparée et qui s’impose à elle et à ses membres. Ces facteurs de stress peuvent être de nature très diverse et ne sont pas les mêmes dans toutes les familles.

Ils peuvent aller de situations inattendues, telles que le décès d’un des membres ou la perte d’un emploi, à des décisions souhaitées, telles qu’une séparation ou un divorce, la réinsertion de la mère sur le marché du travail ou un déménagement dans un autre pays. Il ne s’agit donc pas toujours d’adversité, mais plutôt d’ un événement inédit qui génère un certain déséquilibre.

(B) – Ressources familiales

Ce second point fait référence aux ressources et aux capacités dont dispose la famille pour réagir et faire face au facteur de stress. Celles-ci incluent, entre autres :

  • Flexibilité et adaptabilité familiale.
  • Qualité des liens affectifs entre ses membres, ainsi que la santé du mariage et des relations entre parents et enfants.
  • Compétences en communication et résolution de problèmes.
  • Ressources économiques.
  • Expérience antérieure de succès dans d’autres crises.

(C) – Définition de l’événement

Enfin, un troisième facteur en jeu est la définition ou l’ interprétation que la famille fait dudit événement. Le voient-ils comme une catastrophe, comme une demande abordable ou comme une opportunité d’apprendre et de se renforcer ? Maintiennent-ils une attitude optimiste ou pessimiste ? En bref, dans quelle mesure perçoivent-ils que la situation menace le statut, les buts et les objectifs de la famille ?

De la combinaison de ces trois éléments naît le facteur ou résultat X, qui indique la quantité de stress ressenti par le système familial et détermine si une crise se déclenche ou non. Si les exigences du moment dépassent les ressources, il y a une grande tension et un blocage qui rend impossible pour la famille de continuer à fonctionner comme elle l’a toujours fait jusqu’à présent.

Contributions ultérieures au modèle ABC-X

Le modèle ABC-X de Hill a cédé la place à un bon volume de recherches qui ont permis d’affiner et de clarifier ce modèle avec des contributions d’autres auteurs. Ainsi, de nouveaux concepts et construits ont été inclus dans le modèle, qui sont également pertinents pour comprendre le processus d’adaptation à la crise.

Ambiguïté des limites

Ce concept nous renseigne sur la perception et la clarté qu’a la famille de la constitution même du système. C’est-à-dire ce qu’ils entendent ou non par famille, s’il y a une certitude quant aux rôles qui correspondent à chaque membre et quelle ouverture il y a pour accepter de nouveaux stimuli.

Accumulation de stress

D’autre part, on souligne que le stress est cumulatif et que divers événements exigeants peuvent s’ajouter à un système (qu’ils soient dus à des causes externes ou à des tensions intra-familiales).

Lorsque cela se produit et que plusieurs événements se produisent simultanément, les ressources s’épuisent et l’adaptation au stress devient beaucoup plus complexe. Ainsi, s’il y a un événement significatif qui n’a pas été résolu auparavant, il n’y aura pas de capacité dans le système pour s’adapter aux nouveaux qui pourraient apparaître.

Avec cette approche plus complète, on développe le modèle Double ABCX d’ajustement et d’adaptation familiale, formulé par McCubbin et Patterson dans les années 1980. Il propose également qu’il y a deux phases qui se mettent en marche lorsque la famille doit faire face au stress.

D’un côté, lorsque seuls des changements mineurs et simples dans le fonctionnement familial sont requis, un processus d’ajustement se produit. En revanche, lorsque des transformations profondes et une réorganisation importante de la famille sont nécessaires, on parle d’adaptation. La nécessité d’un mécanisme ou d’un autre pour rétablir l’équilibre dépendra des facteurs mentionnés.

fils en colère contre son père
Le modèle Double ABCX d’ajustement et d’adaptation de la famille a été formulé par McCubbin et Patterson.

Le modèle ABC-X nous aide à faire face aux crises

Au-delà d’être une proposition théorique, le modèle ABCX a des applications importantes et utiles. En effet, il nous permet de disséquer le processus d’adaptation au stress et de voir sur quels facteurs et éléments nous avons un contrôle ou pouvoir d’action.

Ainsi, par exemple, il peut être utile pour les familles confrontées à un processus de migration ou pour celles qui reçoivent un diagnostic d’autisme chez un enfant, puisqu’il nous montre et indique l’importance de faire une interprétation appropriée de l’événement et de générer des stratégies d’adaptation saines.

Grâce à ce modèle, les professionnels de différents domaines seront mieux préparés à accompagner les familles dans ces moments incertains.

Cela pourrait vous intéresser ...
La crise, l’occasion d’identifier ce qui est important
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
La crise, l’occasion d’identifier ce qui est important

Cette crise peut nous permettre de découvrir tout ce qui est vraiment important dans nos vies, pour être plus heureux au quotidien.



  • Gonzalez, G. C., & Lemos, M. (2017). Modelo doble ABCX: dos familias de hijos con trastorno del espectro autista. Katharsis, (25), 22-36.
  • McCubbin, H. I., & Patterson, J. M. (2014). The family stress process: The double ABCX model of adjustment and adaptation. In Social stress and the family (pp. 7-37). Routledge.
  • Musitu, G. Buelga, S., Lila, M.S., & Cava, M.J. (2004). Familia y adolescencia: un modelo de análisis e intervención psicosocial. Síntesis

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.