Le ministère du temps

Le Ministère du Temps parvint à réunir les grandes figures du passé sur le petit écran. L'humour et les sauts dans le temps sont les clés de la série.
Le ministère du temps
Leah Padalino

Rédigé et vérifié par critique de cinéma Leah Padalino.

Dernière mise à jour : 26 décembre, 2022

Les séries espagnoles nous surprennent depuis quelques années avec des titres qui fonctionnent parfaitement. Des séries qui attirent le grand public et qui, de surcroît, traversent les frontières. Dans cet article, nous parlons d’une des séries les plus intéressantes de la scène espagnole : Le Ministère du Temps.

Cette fiction de Pablo et Javier Olivares débuta en 2015 sur TVE. Plus tard, grâce à un accord avec Netflix, elle fut distribuée sur la plateforme de streaming, captant l’intérêt du public et des critiques. En 2017, nous lui disions au revoir sans vraiment savoir si nous aimerions à nouveau voyager dans le passé. Enfin, 2020 correspond à son retour, et même si beaucoup d’entre nous avaient des doutes, la vérité est que Le Ministère du Temps nous offre une quatrième saison pleine d’émotions.

Deux ans et demi s’écoulèrent pour profiter à nouveau des aventures de cette série. Deux ans et demi d’attente qui en valaient la peine. Le Ministère du Temps prouva qu’il était capable d’enseigner l’histoire de manière ludique, de passer du comique au tragique en quelques secondes et de lancer des références reconnaissables pour un public particulièrement large.

Connaître le passé pour comprendre le présent

On a toujours entendu dire que l’histoire nous aide à comprendre notre présent, mais aussi à éviter de retomber dans les erreurs qui ont été commises dans le passé. De même, cela nous aide à acquérir une plus grande connaissance du travail artistique. Par exemple, si nous lisons un livre, regardons un film ou regardons un tableau, il est intéressant de connaître le contexte dans lequel se déroula ledit ouvrage.

Le problème est qu’il peut parfois être fastidieux de devoir se remémorer des successions d’événements historiques pleins de noms et de dates. Bien sûr, cela dépend en grande partie de l’intérêt personnel de chaque individu. Mais la vérité est que nous entendons souvent des phrases comme “l’histoire est ennuyeuse”.

Le Ministère du Temps a tous les ingrédients pour plaire aux amateurs d’histoire, d’art ou de littérature. Mais cela peut aussi être une bonne accroche pour plonger les plus sceptiques dans les événements fascinants du passé.

Grâce à une patrouille d’agents travaillant pour un ministère secret, nous accédons à d’innombrables portes qui nous emmènent à des moments clés de l’histoire de l’Espagne. Fréquemment, un problème survient qui pourrait altérer notre présent. Le moindre changement dans le passé aura des répercussions directes aujourd’hui. Ainsi, la série ouvrit différentes lignes temporelles qui nous montrent des futurs alternatifs vraiment intéressants et ce sans perdre son sens de l’humour.

De plus, Le Ministère du Temps nous rapproche de quelques personnages clés de notre passé. Nous connaissons Cervantes et comprenons la valeur incalculable de Don Quichotte, Velázquez y sus Meninas, Federico García Lorca, et des personnages encore plus obscurs, comme Francisco Franco.

Bref, toute une leçon d’histoire dans un format exceptionnel qui parvient à captiver le grand public.

Le ministère du temps : humour et science-fiction

Le Ministère du Temps, au fond, n’est rien d’autre qu’un fantasme, une série de science-fiction. Peut-être que, d’une manière générale, lorsque nous pensons à la science-fiction, nous avons tendance à penser à une esthétique futuriste ou même spatiale. Mais en réalité, la science-fiction n’est rien de plus qu’un genre qui explore les conséquences possibles des avancées scientifiques et technologiques, qui imagine des mondes possibles sur une certaine base scientifique.

En ce sens, on peut parler de science-fiction soft ou de science-fiction hard. S’agit-il de deux sous-genres ? Pas tout à fait. En fait, c’est une sorte de distinction au sein même du genre. C’est-à-dire que nous avons des œuvres dans lesquelles la description de la composante scientifique prévaut (hard) et d’autres dans lesquelles l’univers ou des éléments liés à la société sont davantage explorés (soft).

Le Ministère du Temps pourrait se situer dans une soft science-fiction en n’expliquant pas clairement le fonctionnement des portes, par exemple. Cependant, il nous plonge dans un ministère fictif dans lequel des voyages dans le passé sont possibles, un thème très récurrent dans la science-fiction. Malgré cela, il peut être perçu comme une suite d’intrigues, voire policières par moments. De sorte que certains eurent des difficultés à reconnaître la science-fiction.

Il convient de noter que, dans sa dernière saison à ce jour, un pas de plus a été franchi vers la justification de la science-fiction espagnole : ce pas n’est autre que l’apparition de l’anachronopète. Comme nous l’avons dit, Le Ministère du Temps se compose d’interminables clins d’œil à un passé reconnaissable et à un autre un peu plus oublié. De nombreux téléspectateurs ne savaient probablement pas que la machine à voyager dans le temps est une invention espagnole. Pas littéralement, bien sûr, mais en littérature.

Le Ministère du Temps sauva un artifice connu comme la première “invention” dans la littérature d’un appareil qui permettait de voyager dans le temps. Nous parlons de l’œuvre El Anacronópete (1887) d’Enrique Gaspar y Rimbau. Pourquoi souligner ce fait parmi tant d’autres curiosités que la série nous présente ? Car si on dit que la série est une bonne leçon d’histoire, on peut aussi ajouter qu’elle parvint à diffuser la culture.

Ce qui est intéressant, c’est qu’elle est également diffusée sur une chaîne de télévision publique. Et si je puis m’exprimer, je pense que l’une des principales fonctions de la télévision publique est précisément de mettre la culture d’un pays à la portée de tous.

La série n’est pas non plus sans humour. L’un de ses plus grands attraits est, en effet, le sens de l’humour et l’excellent usage de l’ironie. De nombreux épisodes susciteront un joyeux rire, que ce soit pour une ligne pleine d’esprit, l’autodérision ou l’utilisation d’éléments de la culture populaire pour nous faire sourire.

Le succès

Je me suis toujours considéré comme assez sceptique lorsqu’une série dure plus de trois saisons. Parfois, lorsqu’un produit fonctionne bien, il se prolonge inutilement dans le temps, et ce qui était un produit de qualité finit par devenir ennuyeux.

Donc, avant l’annonce du retour du Ministère du Temps, j’avais des doutes. Mais ils se sont vite dissipés quand je me suis retrouvé devant une série qui garde encore sa fraîcheur et qui arrive à faire des virages très intéressants vers l’humour (voir la vidéo de Velázquez).

Le Ministère du Temps réussit à réunir les grands moments du passé avec des futurs dystopiques, de l’humour et une référence constante au spectateur et donne même lieu à quelques critiques du système, sans oublier non plus l’autoréférence et l’autocritique.

Son succès s’est vu sur les réseaux. La réponse des téléspectateurs a été vraiment surprenante et, bien sûr, la campagne de diffusion a atteint son objectif. Le Ministère du Temps n’est pas seulement intéressant en tant que série, mais aussi en tant que produit. Des pages dédiées à la série furent créées, et les réseaux sociaux de TVE, de la série et de ses créateurs ne manquèrent pas l’occasion d’interagir avec les téléspectateurs.

Tout cela s’est également traduit par la possibilité d’adaptations futures dans d’autres pays. Et même si nous ne savons pas si elle reviendra un jour, la vérité est que cette quatrième saison nous laissa une bonne impression. Quoi qu’il en soit, pour l’instant, cela nous offrit une bonne dose de divertissement et de culture à parts égales.

*Note aux créateurs : s’il revient, nous voulons davantage de moments Velázquez.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Normal People : la série romantique qui séduit le public et les critiques
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Normal People : la série romantique qui séduit le public et les critiques

Avez-vous déjà entendu parler de la série Normal People ? Si vous ne la connaissez pas encore, nous vous la présentons à suivre.


Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.