Federico García Lorca : biographie du poète réduit au silence

Federico García Lorca est l'un des écrivains espagnols les plus célèbres au niveau mondial et international. Son travail est essentiel pour tous les érudits de la littérature, et sa figure est une référence.
Federico García Lorca : biographie du poète réduit au silence

Dernière mise à jour : 29 juin, 2021

Si Federico García Lorca n’avait pas été abattu, nous aurions récemment fêté son 121e anniversaire (en supposant qu’il ait également eu une vie plus longue que la normale). Sa mort est l’une des plus évoquées dans la conscience nationale espagnole, un rappel de ce que signifiait la guerre civile, un épisode difficile à oublier.

Lorca n’est qu’une des victimes laissées par la guerre. Victimes dont les noms ne sont pas tous si familiers, mais dont le désir de vivre a été injustement arraché par la cruauté du fascisme. La figure de García Lorca devient ainsi encore plus pertinente, car il n’est pas seulement l’un des meilleurs écrivains d’Espagne, mais aussi l’une des innombrables victimes de la guerre civile.

Dans le présent, nous étudions Lorca avec étonnement et enthousiasme, mais sa fin tragique nous laisse un goût amer. Son travail, si acclamé aujourd’hui, n’a pas été aussi acclamé dans la vie. Et ce n’est qu’après sa mort qu’il a obtenu une reconnaissance unanime. Il ne faut pas oublier que certaines de ses œuvres les plus reconnues ont été publiées à titre posthume.

Dans cet article, nous vous proposons de lui rendre un petit hommage, de se souvenir de son travail et de célébrer sa vie. Et ce, sans laisser de côté son destin cruel qui nous aide aujourd’hui à nous rappeler où nous ne voulons pas naviguer.

La vie de Federico García Lorca

Federico García Lorca est né le 5 juin 1898 à Fuente Vaqueros dans la province de Grenade, dans une famille à la situation économique stable. Il n’a pas développé un grand intérêt pour les études, mais il a développé un grand intérêt pour l’écriture. Il a étudié au lycée à Almería, où il a démontré une grande capacité pour la musique. C’était un homme interdisciplinaire.

Il étudie la philosophie, les lettres et le droit à l’Université de Grenade. Mais son séjour en Andalousie ne dure pas longtemps.

En 1919, il décide de s’installer à Madrid dans la Residencia de Estudiantes, un lieu où passent de grands intellectuels et où il cultive une amitié avec d’autres figures fondamentales de la culture espagnole de l’époque telles que Luis Buñuel, Salvador Dalí ou encore Juan Ramón Jiménez.

Tout au long de sa vie, il a maintenu un lien étroit avec sa terre et, surtout, avec sa famille. Cette trace avec la tradition se reflétera également dans son travail.

En 1920, la première pièce de Lorca est jouée au Théâtre Eslava de Madrid, El maleficio de la mariposa. Il s’agit d’un poème sur les animaux dont le thème pourrait être qualifié de “ringard”, bien que l’amour caractéristique de Lorca commence déjà à apparaître.

La pièce est un succès : au cours de la décennie, plusieurs premières théâtrales ont lieu et avec lesquelles le dramaturge a obtenu un certain prestige. En ce sens, des œuvres telles que La Zapatera Prodigiosa, Bodas de Sangre et Yerma se démarquent. Fin 1932, il voyage en Argentine, un voyage qui lui permet d’être reconnu en Amérique latine.

Federico García Lorca est le dramaturge espagnol le plus représenté, et sa production prend des proportions démesurées qui, au-delà du théâtre, inondent la poésie. La complexité de l’étude de Lorca contraste avec la diffusion limitée de son travail au cours de sa vie.

Les oeuvres de Lorca.

La mort de Lorca

Le 18 août 1936, Federico García Lorca est assassiné entre Víznar et Alfacar (Grenade). En réalité, le dramaturge aurait pu échapper à la mort, il aurait pu s’exiler en Amérique latine, mais il a plutôt préféré se réfugier avec sa famille dans la Huerta de San Vicente, sa résidence familiale dans la province de Grenade.

La guerre civile venait d’éclater. Le beau-frère de Lorca, Manuel Fernández Montesinos, était le maire socialiste de Grenade à l’époque. Il est abattu peu de temps avant le meurtre de Federico.

Le dramaturge ne s’est jamais vraiment positionné sur la politique, mais c’était un homme du monde et, de surcroît, homosexuel. Son homosexualité et une prétendue infiltration avec les Russes l’ont conduit à la mort, bien qu’il ait chanté plus d’une fois l’Espagne et ses racines.

Lorca était un ami de Luis Rosales, un poète phalangiste. Il décide de se réfugier dans sa maison familiale. Cependant, le 16 août 1936, il est arrêté.

A partir de ce moment, une série de clair-obscur survole la mort de Lorca, car on ne sait pas avec certitude ce qui est réellement arrivé au poète. Mais nous connaissons l’implication de Ramón Ruiz Alonso. En plus de son homosexualité, on dit de Lorca qu’il a collaboré avec le socialiste Fernando de los Ríos et avec les Russes.

Juan Luis Trescastro, un avocat fidèle à la phalange, semble avoir été impliqué dans son exécution. Ils prétendent même l’avoir entendu dire : “Je viens de donner à García Lorca deux coups dans le cul, pour une clope”.

Sa mort et ses restes, à ce jour, sont encore entourés de mystère. Mais il ne fait aucun doute que le régime franquiste a mis fin à sa vie, la vie de l’un des meilleurs écrivains.Bien que certains rapports de police du moment semblent faire la lumière sur les événements entourant le meurtre de Lorca, le dramaturge n’a pas été la seule victime d’une guerre injuste.

Federico García Lorca et la génération ’27

Lorsque nous abordons une étude générationnelle de la littérature espagnole, il est important de clarifier ce que nous entendons exactement par “génération”. Selon certains chercheurs tels que Petersen ou Dámaso Alonso, nous pouvons assister à différentes circonstances communes parmi les auteurs de cette génération :

  • Âge similaire
  • Homogénéité dans l’enseignement
  • Relations personnelles intenses entre les membres
  • Existence d’une référence ou d’un modèle
  • Langage générationnel
  • Désir de rompre avec la génération précédente

Dámaso Alonso essaie de définir ce qui s’est passé dans la poésie espagnole entre les années 20 et 30. L’approche de Damaso est une tentative approximative de définir ce que ce groupe de poètes signifie. Il mentionne des poètes tels que : Jorge Guillén, Pedro Salinas, Gerardo Diego, Federico García Lorca, Rafael Alberti, Vicente Aleixandre, etc.

Dámaso Alonso insiste sur un acte dans la formation du groupe pour défendre le nom du groupe : Le centenaire de la mort de Luis de Góngora, qui impliquait une réunion à l’Ateneo de Sevilla. Ses participants ont commencé à collaborer très tôt dans des magazines, ils ont donc travaillé à La Pluma, l’Espagne, etc.

Au début des années 1920, les vies de ces lettrés commencent à se croiser. Ils entreprendront une série de travaux communs. À son tour, la Residiencia de Estudiantes deviendra l’un des noyaux qui rassembleront les intellectuels du moment.

García Lorca a vécu dans la Residencia de Estudiantes avec d’autres artistes. Il a participé aux grands moments littéraires de sa génération et, sans aucun doute, c’est l’un des noms qui résonnent le plus lorsque l’on parle de la Génération ’27.

Ses oeuvres

Ses manuscrits s’entassent dans les tiroirs et mettent longtemps à être publiés. L’une de ses œuvres les plus connues, Poema del cante Jondo, a été écrite à la fin de 1921. Elle n’est pourtant publiée que dix ans plus tard.

Au cours des dernières années des années 20, Lorca publie Canciones. Une œuvre qui, pour de nombreux artistes, est l’un des recueils de poésie fondamentaux de l’auteur. Dans les dernières années de sa vie, la production de Lorca est immense, mais peu d’œuvres voient le jour. Parmi elles, figurent El llonto por Sánchez Mejías et Poemas Gallegos.

On observe une grande variété de registres et un lien fort avec le monde de la musique. Lorca écrit des paroles de chansons, mais il le fait à partir d’une position de recherche. Il brise les barrières les plus traditionnelles et introduit des éléments d’autres cultures telles que la culture arabe. Nous sommes ainsi confrontés à une production riche et innovante.

Lorca montre ses racines andalouses dans le Poema del cante jondo. Un livre dans lequel on retrouve la Baladilla de los tres rios. Il y parcourt la géographie andalouse. Il ne tombe pas dans le descriptif, mais opte plutôt pour la suggestion, en puisant dans son apprentissage du flamenco.

Des villes andalouses apparaissent : Séville d’une manière majestueuse, Grenade à travers des rivières plus petites. Outre la géographie, des questions telles que l’amour impossible sont abordées. Il est proche de la culture populaire, mais il ne laisse pas de côté l’exercice cultivé de sa poésie.

D’autres inspirations

Ce lien avec ses racines conduit Lorca à travailler longtemps sur l’écriture d’un livre d’amour dans lequel la culture gitane a une présence particulière. C’est ainsi que Romancero gitano commence à prendre forme. Une œuvre critiquée et qui, selon de nombreux contemporains, et qui renvoie au “costumbrismo”.

Le poète s’inspirait d’éléments culturels, mais il était familier avec la poésie de Góngora. Et, finalement, le résultat est un recueil de 18 histoires qui combinent sa connaissance de la poésie cultivée avec la poésie populaire.

Les gitans deviennent protagonistes dans son œuvre, et le lyrique prend le dessus sur le roman. Dans le récit, il y a des dialogues entre personnages et même des interpellations qui dépassent le poème. Lorca recueille des phrases populaires et les transforme en langage théâtral. Il enquête sur l’âme et les profondeurs d’une culture considérée comme marginale.

Lorca est le poète assassiné par le régime franquiste, le poète qui s’est élevé au mythe d’être la “première personne importante assassinée”. Une tache sombre dans l’histoire de l’Espagne. C’est sans aucun doute une figure qui nous rappelle l’horreur du passé et la magie de la littérature.

Cela pourrait vous intéresser ...
Wassily Kandinsky, une vie autour de la couleur
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Wassily Kandinsky, une vie autour de la couleur

Wassily Kandinsky fut le premier peintre à fonder la peinture sur des moyens d'expression purement picturaux. Sachez-en plus ici.



  • Colecchia, F.: García Lorca. A selectively annotated bibliography of criticism (Nueva York-Londres, 1979).
  • Gil, Ildefonso-Manuel (ed.): Federico García Lorca (Madrid, 1973).