Le microbiote intestinal : la clé de la santé mentale

L'intestin et le cerveau sont connectés de différentes manières. Aujourd'hui en particulier, nous analysons la relation entre le microbiote intestinal et la fonction cérébrale.
Le microbiote intestinal : la clé de la santé mentale

Dernière mise à jour : 31 octobre, 2021

Le microbiote intestinal a été postulé comme une excellente cible thérapeutique pour traiter les différentes pathologies et conditions de santé. Dans cet article, nous concentrerons votre attention sur sa relation avec la santé mentale.

En 1683, Anton van Leeuwenhoek a parlé pour la première fois de quelques “animnacles” qu’il avait vus dans le tractus gastro-intestinal au microscope. Aujourd’hui, ils sont connus sous le nom de microbiote intestinal.

Le microbiote intestinal est défini comme l’ensemble des micro-organismes qui habitent l’intestin dans une relation de symbiose avec l’hôte. On estime qu’il se compose de 100 milliards de micro-organismes et que la plupart se trouvent dans le côlon.

Nous avons plus de micro-organismes que de cellules. Leur poids est d’environ 200 grammes et le rapport entre le nombre de micro-organismes qui nous habitent et nos cellules est de 1,4:1.

Le microbiote et le cerveau.
Le microbiote intestinal est directement connecté au cerveau par l’intestin et son équilibre est essentiel pour bénéficier d’une bonne santé mentale.

Qu’est-ce que le microbiome intestinal ?

Nous parlons du microbiome intestinal pour désigner les micro-organismes intestinaux, leurs gènes et leurs métabolites actifs (substances produites par les micro-organismes et ayant un impact sur le corps de l’hôte).

La formation du microbiote intestinal commence dans la conception et atteint la maturité à l’âge de 2 ans. La période périnatale est critique : les habitudes maternelles pendant la grossesse, le type d’accouchement et le type d’allaitement sont les facteurs les plus influents.

Tout au long de l’âge adulte, il existe différents facteurs qui peuvent modifier le microbiote. Les plus pertinents sont : l’alimentation, les infections, l’utilisation d’antibiotiques, le stress, la pollution de l’environnement, l’hygiène excessive et la consommation de substances toxiques telles que le tabac, l’alcool ou les drogues illégales.

En règle générale, la diversité établie dans l’enfance revient lorsque le facteur qui la modifie est éliminé. Cependant, les modifications alimentaires ont tendance à le maintenir plus stable.

Chaque régime induit un microbiote intestinal avec prédominance de micro-organismes spécialisés dans sa digestion. Le manque de fibres, l’excès de protéines et la consommation de sucres et de graisses malsains favorisent leur altération.

Les bords prédominants sont : les firmicutes (Lactobacillus et Clostridium), les Bacteroids (Bacteroides et Prevotella) et, dans une moindre mesure, les Actinobactéries (Bifidobacterium). Les 3 sont fondamentaux pour déterminer les états d’eubiose (microbiote intestinal sain) et de dysbiose (altération du microbiote intestinal).

En 2011, la revue Nature a publié une étude décrivant trois entérotypes eubiósiques basés sur des variations des trois bords prédominants. Cependant, un an plus tard, le même magazine a mis au jour une nouvelle enquête qui n’a pas trouvé les mêmes conclusions.

Il existe de nombreuses variations individuelles et interindividuelles qui rendent impossible la définition précise des caractéristiques de l’eubiose. En termes généraux, nous pourrions dire qu’un microbiote intestinal sain devrait être diversifié, stable, fonctionnel et symbiotique.

Quelles sont ses fonctions ?

Le microbiote intestinal a des fonctions cérébrales, digestives, immunitaires, métaboliques et endocriniennes, mettant en évidence :

  • Digestion.
  • Synthèse des vitamines K, B5, B8 (biotine) et B9 (acide folique). Il produit également du B12, mais il n’est pas disponible pour l’organisme (il a besoin d’acide gastrique pour se séparer de ses protéines et se lier au facteur intrinsèque pour former un complexe absorbable par l’intestin grêle).
  • Maintien de l’intégrité de la muqueuse intestinale.
  • Absorption intestinale de fer, de calcium et de magnésium.
  • Régulation des acides aminés tels que le tryptophane ou la glutamine.
  • Modulation du système immunitaire.
  • Réduction des niveaux de glucose et de cholestérol.
  • Métabolisme énergétique, régulation de la lipogenèse et oxydation des acides gras.
  • Synthèse des neurotransmetteurs.

En 1908, Méchnikov a dit que les micro-organismes qui nous habitaient étaient bénéfiques pour notre santé. Et qu’ils pouvaient promouvoir la longévité.

Le rôle du microbiote.
Le microbiote intestinal est directement connecté au cerveau par l’intestin.

Axe du microbiote intestinal – intestin – cerveau

Le microbiote intestinal est directement lié au cerveau par l’intestin, il existe de nombreuses preuves de son influence sur le comportement humain. Cette association est due à l’existence d’une multitude de connexions neuronales entre les deux.

Le nerf vague

Ici, le nerf vague acquiert une importance particulière : il suppose une connexion neuronale directe entre l’intestin et le cerveau. Grâce à lui, le microbiote intestinal exerce une grande influence sur les fonctions cérébrales.

Il a été démontré que l’administration de probiotiques pour moduler le microbiote intestinal peut modifier le comportement de l’hôte. Cependant, cette association n’est pas trouvée lorsque l’hôte est vagotomisé (sans nerf vague).

Neurotransmetteurs et hormones

Une partie de l’influence du microbiote intestinal sur le cerveau réside dans sa capacité à produire des neutransmetteurs (sérotonine, dopamine, GABA, norépinéphrine, acétylcholine et cortisol) et des acides aminés (tryptophane) impliqués dans le fonctionnement du cerveau.

Lorsque le microbiote intestinal est altéré (dysbiosbiose), il y a un déséquilibre dans la libération de ces neurotransmetteurs. Le fonctionnement du cerveau est modifié et différentes pathologies apparaissent.

Les effets du microbiote.
Le microbiote intestinal est capable de produire des neurotransmetteurs et des acides aminés qui influencent le fonctionnement du cerveau.

Il convient de noter que le GABA et la sérotonine produits dans l’intestin ne peuvent pas traverser la barrière hémato-encéphalique. Cependant, les acides gras à chaîne courte libérés par les bactéries intestinales peuvent le faire et moduler les niveaux de GABA dans le système nerveux central. En outre, le tryptophane (précurseur de la sérotonine) produit par les bactéries intestinales peut également traverser la barrière hémato-encéphalique.

Perméabilité intestinale

La dysbiose implique une augmentation de la perméabilité intestinale qui augmente le passage de substances toxiques dans l’intestin. Ces substances stimulent la libération de cytokines pro-inflammatoires qui, après avoir atteint le cerveau par le nerf vague, modifient diverses fonctions cérébrales.

La dysbiose intestinale génère un excès de perméabilité intestinale qui ouvre la porte à différents troubles mentaux.

La connexion intestin-cerveau est facile à comprendre si nous observons que la plupart des troubles mentaux surviennent avec des symptômes intestinaux et que la plupart des personnes atteintes de troubles digestifs souffrent de certains troubles mentaux tels que la dépression ou l’anxiété.

L’axe intestin-cerveau se matérialise lorsque nous avons une colite, une dyspepsie et/ou des douleurs abdominales avant un examen, ou lorsque nous observons l’humeur d’une personne atteinte de la maladie de Crohn.

Le microbiote intestinal est la clé des troubles mentaux

Les preuves scientifiques actuelles montrent que le microbiote intestinal joue un rôle important dans le développement de troubles mentaux tels que la dépression, l’anxiété, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, le trouble obsessionnel-compulsif, les troubles de l’alimentation, les troubles du spectre autistique, la sclérose en plaques et l’épilepsie.

Par exemple, la dopamine, impliquée dans le développement de la maladie de Parkinson, est plus faible chez les souris dont l’intestin est exempt de micro-organismes. Si nous passons aux troubles du spectre autistique, nous pouvons voir que 50% de ceux qui en souffrent ont des problèmes gastro-intestinaux.

En outre, ils ont une plus grande perméabilité intestinale et leur microbiote est différent de ceux indemnes de la maladie. Moins de diversité, faibles niveaux de Bifidobacterium et croissance excessive de Clostridium.

Un autre exemple est trouvé chez les sujets atteints d’un trouble obsessionnel-compulsif qui ont une quantité plus faible de GABA et de sérotonine. Les deux sont produits par des bactéries intestinales, et il a été possible de voir comment la modulation du microbiote intestinal avec des probiotiques améliore le trouble.

La constipation touche plus de 80 % des patients atteints de Parkinson. Et 30 % des patients atteints de sclérose en plaques. En outre, la malnutrition, l’infection à Helicobacter Pylori et la prolifération bactérienne dans l’intestin grêle sont fréquentes dans ce dernier.

Le rôle des probiotiques et du microbiote dans la santé mentale

Selon l’OMS, les probiotiques sont “des micro-organismes vivants qui, administrés en quantités suffisantes, confèrent un avantage à la santé de la personne qui les prend”.

Le terme “psychobiotique” a été décrit par un groupe de scientifiques irlandais en 2013. Il fait référence à tout probiotique capable d’exercer des avantages sur le cerveau. En ce sens, il semble que Bifidobacterium Longum, Lactobacillus Ramnhosus et Bifidobacterium Infantis en soient les principaux représentants.

La connexion bidirectionnelle entre l’intestin et le cerveau est incontestable. De plus en plus de recherches soutiennent le rôle du microbiote intestinal dans le développement des troubles mentaux. L’utilisation de probiotiques dans la gestion des maladies mentales, bien qu’elle nécessite d’autres recherches, est étayée par les preuves actuelles.

Bifidobacterium infantis augmente les niveaux de tryptophane et, par conséquent, la production de sérotonine. Lactobacillus Rhamnosus augmente l’expression du GABA et diminue les niveaux de cortisol ou d’anxiété induits par le stress. Bifidobacterium Longun soulage le stress et diminue également la dépression.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce qu’un traumatisme développemental ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Qu’est-ce qu’un traumatisme développemental ?

Savez-vous en quoi consiste un traumatisme développemental ? Nous vous parlons de ses effets dans la suite de cet article.



  • Andreo Martínez, P., García Martínez, P. & Sánchez Samper, E.P. (2017). The gut microbiome and its relation to mental illnesses through the microbiota-gut-brain axis. Discapacidad Clínica Neurociencias, 4(2): 52-58. Consultado el 05/07/2019. Recuperado de: https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=6123886
  • Arumugam, M. et al (2011). Enterotypes of the human gut microbiome. Nature, 12(473): 174-180. Consultado el 05/07/2019. Recuperado de: https://www.nature.com/articles/nature09944
  • Blanco, J.R., Gómez Eguílaz, M., Pérez Martínez, L. & Ramón Trapero, J.L. (2019). El eje microbiota-intestino-cerebro y sus grandes proyecciones. Neurología, 68: 111-117. Consultado el 05/07/2019. Recuperado de: https://www.neurologia.com/articulo/2018223
  • Claes, S., Darzi, Y., Falony, G., Joossens, M., Kurilshikov, A., Raes, J., Schiwech, C., Tigchelaar, E.F., Tito, R.Y., Van Oudenhove, L., Valles Colomer, M., Vieira Silva, S., Wang, J., Wicjmenga, C. & Zhernakova, A. (2019). The neuroactive potential of the human gut microbiota in quality of life and depression. Nature Microbiology, 4(4): 623-632. Consultado el 05/07/2019. Recuperado de: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30718848/ 
  • Gómez Chavarín, M. & Morales Gómez, M.R. (2017). Comunicación bidireccional de la microbiota intestinal en el desarrollo del sistema nervioso central y en la enfermedad de Parkinson. Arch Neurocien., 22(2): 53-71. Consultado el 05/07/2019. Recuperado de: https://www.medigraphic.com/pdfs/arcneu/ane-2017/ane172f.pdf
  • Yatsunenko, T. et al (2012). Human gut microbiome viewed across age and geography. Nature, 486: 222-227. Consultado el 05/07/2019. Recuperado de: https://www.nature.com/articles/nature11053
  • Torrijo Bueno, B. (2017). Influencia de la microbiota en pacientes con trastornos del comportamiento (tesis de máster). Universidad de Cantabria, Cantabria, España. Consultado el 05/07/2019. Recuperado de: https://repositorio.unican.es/xmlui/handle/10902/12432