Neurones intestinaux : leur relation avec le cerveau

Dans l'intestin, il existe un vaste écosystème composé de bactéries essentielles. A l'intérieur, 100 millions de neurones effectuent des tâches essentielles et établissent des connexions directes avec le cerveau. Nous en parlons ici.
Neurones intestinaux : leur relation avec le cerveau

Dernière mise à jour : 07 janvier, 2021

On dit souvent que tout ce qui se passe dans le corps humain peut être encore plus fascinant que ce qui se passe dans le cosmos. Le cerveau, par exemple, continue de présenter des énigmes formidables et stimulantes. Tout comme le système entérique et les neurones intestinaux capables de modérer l’humeur et même de protéger notre santé.

Pour comprendre la pertinence de cette partie de l’organisme que l’on appelle communément le “second cerveau”, il suffit de mettre en évidence un fait. Le système nerveux intestinal a jusqu’à 5 fois plus de neurones que la moelle épinière. Ce réseau de neurones extrêmement complexe abrite près de cent millions de neurones.

De plus, l’intestin collabore constamment avec le cerveau, assurant la médiation de fonctions importantes telles que la production de sérotonine. Toutefois, on ne peut pas ignorer ce troisième acteur : le microbiote intestinal. Ce dernier est essentiel dans ce dialogue encore plein de questions et de mystères.

Même si les mystères sont encore nombreux, aujourd’hui, nous pouvons déjà répondre à de multiples questions concernant cette collaboration cruciale entre le cerveau et l’intestin. Nous approfondissons le sujet ci-après.

Un scanner d'un intestin.

Neurones intestinaux : médiateurs du bien-être et de la santé

Les neurones intestinaux remplissent des fonctions digestives, immunitaires, hormonales et métaboliques. Leur pertinence est déterminante tant pour la santé biologique que psychologique. À tel point que ces dernières années, nous avons découvert, par exemple, une relation entre certains troubles dépressifs et des altérations de ce vaste écosystème intestinal.

Certaines études, comme celles menées à l’Université Uskudar d’Istanbul, soulignent que tant le réseau neuronal intestinal que ses micro-organismes sont décisifs pour la production et la distribution de substances neuroactives telles que la sérotonine et l’acide gamma-aminobutyrique. Tout problème dans ces fonctions pourrait avoir un impact sur l’humeur.

Ainsi, et alors que les scientifiques placent leurs microscopes dans ces mondes cachés pour la grande majorité, des données étonnantes sont démêlées. Nous avons à notre disposition un réseau complexe de neurones dans le système intestinal qui travaillent en conjonction avec le cerveau.

Pourquoi avons-nous des neurones dans le système entérique ?

Le système entérique couvre toute la zone de l’œsophage, de l’estomac, de l’intestin grêle, du côlon. On sait que l’ensemble du tube digestif et surtout les intestins ont un réseau neuronal très large.

Ainsi, certaines études telles que celles publiées dans la revue Nature et menées à l’université de Harvard ont réussi à cartographier ces neurones intestinaux aussi bien chez l’homme que chez l’animal. Elles ont découvert ce qui suit :

  • On a longtemps pensé que les cellules nerveuses intestinales avec lesquelles nous sommes nés sont les mêmes que celles avec lesquelles nous mourons. Nous savons maintenant que ce n’est pas entièrement vrai. Une partie de ces cellules intestinales se régénère.
  • En revanche, il convient de noter que le système nerveux entérique possède plusieurs types de neurones.

Si nous nous demandons maintenant pourquoi les humains ont ce grand nombre de cellules nerveuses, la réponse est simple. Les cellules de l’intestin travaillent en collaboration avec le cerveau pour nous protéger des maladies, promouvoir des tâches vitales telles que les tâches digestives, hormonales et métaboliques et médiatiser, à leur tour, les émotions.

Quelles sont les fonctions des neurones intestinaux ?

Savoir que l’intestin compte plus de 100 millions de neurones peut nous faire penser qu’en effet, nous avons un deuxième cerveau. Cependant, nous devons clarifier un point : ce système neuronal dans l’intestin ne pense pas, ne raisonne pas, ne résout pas de problèmes mathématiques ou ne compose pas une poésie. Il modifie, en revanche, notre état d’esprit.

Parmi les classes de cellules nerveuses présentes dans l’intestin, on trouve les motoneurones et les neurones sensoriels. Ils sont collectés dans deux types de ganglions : les plexus myentériques et les plexus sous-muqueux.

1. Plexus sous-muqueux ou de Meissner : stimulation des hormones et des enzymes

Ce réseau de cellules nerveuses s’étend de l’œsophage et atteint l’anus. Ses principales tâches sont de faciliter la sécrétion d’hormones, d’enzymes et de toutes ces substances essentielles aux processus digestifs. Ce premier réseau remplit essentiellement des tâches stimulantes.

2. Myenteric ou Plexus d’Auerbach : laboratoire de chimie du cerveau

Le plexus d’Auerbach est le plus pertinent. La raison ? Ce groupe de neurones dans l’intestin a une connexion directe avec le système nerveux central. Ainsi, cette zone comprend des neurones afférents ou sensoriels, des interneurones et des motoneurones. Les fonctions qu’il exécute sont les suivantes :

  • Il régule les mouvements gastro-intestinaux.
  • Il se connecte à la vésicule biliaire, au pancréas et même aux ganglions du système circulatoire.
  • Les neurones de l’intestin agissent comme un véritable laboratoire de chimie. Ils stimulent la production de sérotonine, de dopamine, d’opiacés contre la douleur, etc.
  • Ce réseau nerveux est capable de détecter la présence de bactéries et de stimuler des processus tels que la diarrhée pour éliminer leur présence. Ces décisions sont prises sans ordre du cerveau.
  • 70 % des cellules du système immunitaire vivent dans la région intestinale.
  • Nous savons également que les neurones de l’intestin peuvent réagir en activant les cellules immunitaires lorsqu’ils détectent une inflammation dans le tissu intestinal.
Une illustration représentant des neurones intestinaux.

La connexion entre le cerveau et les cellules intestinales

La communication entre le cerveau et les cellules de l’intestin est bidirectionnelle. Autrement dit, ils envoient et reçoivent mutuellement des données, via un réseau neuronal spécifique et propre. Les messages arrivent donc presque immédiatement.

Une étude récente menée par le Dr Diego Bohórdez montre que cette communication est produite par le nerf vague qui se connecte au tronc cérébral. Aussi, ce processus est orchestré grâce au glutamate. Il s’agit d’un type de neurotransmetteur capable d’optimiser et d’accélérer la communication entre l’intestin et le cerveau.

D’autre part, il a également été découvert que ces messages sont transmis en 100 millisecondes : c’est beaucoup plus rapidement qu’un simple clignotement. Le cerveau peut ainsi assurer la médiation des processus digestifs, métaboliques, hormonaux, etc.

Toutefois, les cellules de l’intestin envoient jusqu’à 90% plus d’informations au cerveau que l’inverse. Cela semble indiquer que le système entérique prend de nombreuses décisions par lui-même. Les neurones de l’intestin et le microbiome sont essentiels pour nous protéger des maladies et pour réguler l’humeur. Et ce, via la production de sérotonine.

Pour conclure, nous ne savons pas encore tout sur cette connexion cerveau-intestin. Il n’y a pas non plus de données concluantes sur la façon dont le microbiote intestinal adopte, par exemple, un comportement de conditionnement. Cependant, tous les jours nous en apprenons un peu plus, et nous pouvons ainsi mieux prendre soin de nous.

Cela pourrait vous intéresser ...
Stress et syndrome algo-dysfonctionel de l’appareil manducateur
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Stress et syndrome algo-dysfonctionel de l’appareil manducateur

Le stress et le syndrome algo-dysfonctionel de l'appareil manducateur apparaissent généralement de façon conjointe. Découvrez pourquoi.



  • Calvani, R., Picca, A., Lo Monaco, M. R., Landi, F., Bernabei, R., & Marzetti, E. (2018, March 1). Of microbes and minds: A narrative review on the second brain aging. Frontiers in Medicine. Frontiers Media S.A. https://doi.org/10.3389/fmed.2018.00053
  • Ridaura, V., & Belkaid, Y. (2015, April 9). Gut microbiota: The link to your second brain. Cell. Cell Press. https://doi.org/10.1016/j.cell.2015.03.033
  • Muller, P. A., Schneeberger, M., Matheis, F., Wang, P., Kerner, Z., Ilanges, A., … Mucida, D. (2020). Microbiota modulate sympathetic neurons via a gut–brain circuit. Nature583(7816), 441–446. https://doi.org/10.1038/s41586-020-2474-7
  • A gut-brain neural circuit for nutrient sensory transduction. Melanie Maya Kaelberer et al. Science  21 Sep 2018: Vol. 361, Issue 6408, eaat5236. DOI: 10.1126/science.aat5236
  • Whalley, K. (2020). Mapping gut neurons. Nature Reviews Neuroscience21(11), 593. https://doi.org/10.1038/s41583-020-00386-9