Le hasard de la vie, la nécessité d'accepter l'imprévu

23 août, 2020
Beaucoup d'entre nous ont du mal à gérer l'inconnu et l'imprévu.
 

Notre vie est régie par de nombreuses variables. L’une d’elle est le hasard. Nous sommes dès lors prisonniers de ce dernier alors même que nous considérons souvent disposer d’un étroit contrôle sur nos réalités. Nous avons néanmoins beaucoup de mal à accepter l’imprévu et à accepter ce petit pourcentage de chaos qui nous entoure.

Kurt Vonnegut Jr, écrivain de romans de science-fiction, déclarait que, dans un monde où l’ordre et la prévisibilité ne règnent pas, nous devons savoir comment gérer le chaos nous-mêmes. Mais sans devenir chaotique, évidemment. Le sentiment selon lequel le destin est souvent capricieux et nous place dans des situations que nous n’avions jamais prévues, n’est toutefois pas quelque chose de fréquent.

Nous pouvons vivre en toute tranquillité pendant des années, satisfait d’un présent où tout est à sa place. Nous rentrons et sortons de chez nous, nous allons travailler, nous interagissons, nous partageons du temps avec les nôtres, sans chaos. Jusqu’à ce que, soudain, surgisse cette inflexion, ce changement de destin, l’inhabituel et l’imprévu.

Il s’agit de moments où nous avons besoin de capacités, d’aptitudes et d’approches mentales que nous n’avions jamais utilisées auparavant. Il existe des individus qui, aussi surprenant que cela puisse nous paraître, répondent parfaitement. C’est comme s’il y avait un sous-programme ou un code extraordinaire prêt à être activé face à l’adversité dans leur code génétique ou dans un coin caché de leur univers cérébral. Et en effet, ils répondent de la meilleure façon.

 

Approfondissons le sujet.

Accepter l'imprévu, comme par exemple une averse soudaine.

La difficulté à accepter l’imprévu

Il y a des jours où le soleil brille de tout son astre, sans qu’il y ait la moindre nébulosité dans le ciel. Rien ne fait toutefois obstacle à ce que le temps s’assombrisse soudainement, annonçant par la même la venue d’une tempête. Il ne sert alors en rien de se plaindre. Ils convient de se mettre à couvert.

Il y a des moments où la stabilité gouverne tout. Nous parvenons à réaliser tout ce qui est à l’ordre du jour. Nous arrivons à assumer normalement et de manière satisfaisante tous nos projets, rendez-vous et voyages. C’est alors que survient un événement imprévu.

Notons par ailleurs que les événements imprévus n’arrivent jamais seuls. Ils apportent en effet généralement davantage de changements et d’incertitudes. Il est inutile de se plaindre, de regretter ou de rester immobile dans de telles circonstancesNous devons répondre, nous devons agir. Il n’est toutefois jamais facile de le faire, ce pour de nombreuses raisons. Analysons-les.

Notre cerveau n’aime pas le hasard

Comment accepter le hasard si notre cerveau ne le tolère pas ? Cet organe exceptionnel a en effet une tendance presque obsessionnelle à rechercher des modèles. Il tire également des leçons des expériences pour nous aider à mieux réagir aux situations quotidiennes. Il aime tout contrôler car tout événement imprévu, tout stimulus inconnu, non traité ou non expérimenté, active un système d’alarme et est interprété comme une menace.

 

Cela signifie-t-il néanmoins que nous sommes incapables de réagir au hasard ou au chaos ? La réponse est non. Les individus peuvent en effet faire face à ce type de circonstances. Et, aussi frappant que cela puisse nous paraître, nous nous en sommes assez bien sortis au fil du temps.

Nous sommes des êtres créatifs. Nous disposons en outre de grandes ressources psychologiques pour innover, réagir et surmonter l’adversité. C’est ainsi que nous avons réussi à survivre. C’est ainsi que nous continuerons d’avancer malgré les changements, malgré la peur inévitable que les événements imprévus génèrent…

Accepter l’imprévu en se souvenant de nos objectifs

La science nous répète souvent que la vie est un sous-produit accidentel dans un univers aléatoire. Rappelons également ce que soulignait le célèbre physicien Wermer Heisenberg : “ce que nous observons dans la matière ne sont pas des choses (ou des particules) mais des ondes de probabilité”.

Cette idée l’a aidé à formuler sa fameuse Théorie du principe d’incertitude. Cette dernière garantissait qu’il était impossible de mesurer ou de prédire la position et le mouvement d’une particule. Nous pouvons, évidement, faire des suppositions. Toutefois, même le monde de la physique quantique reconnaît ce petit pourcentage de chaos. Heinseberg soulignait d’ailleurs que, dans un monde incertain, nous devons être préparés à l’imprévu.

Qu’il en soit ainsi n’est ni bon ni mauvais. Il s’agit d’une réalité évidente. Certains en titrent profit. Ils n’ont aucun problème à accepter l’imprévu et à avancer de manière courageuse et créative. D’autres, en revanche, le ressentent comme quelque chose de paralysant. L’esprit se sent capable, lorsque nous passons tant d’années immergés dans une tranquillité apparente, de prédire ce qui va se passer. Jusqu’à ce que, soudain, apparaisse le cygne noir dont nous parlait l’essayiste Nassim Nicholas Taleb.

 

Dès lors, comment affronter l’inévitable variable de l’incertitude dans notre quotidien ? Voyons quelques dimensions sur lesquelles réfléchir.

Réussi à accepter l'imprévu.

L’exercice d’accepter et d’affronter l’imprévu

Il est nécessaire d’accepter et d’affronter l’imprévu en tenant compte des considérations suivantes :

  • La première étape pour accepter l’imprévu est de se souvenir de nos objectifs : peu importe à quel point notre réalité actuelle est chaotique si nous avons des priorités claires. Nous trouverons en effet la force et l’ingéniosité pour agir
  • La deuxième étape consiste à contrôler ce que nous “pouvons vraiment contrôler” : un exemple de ceci sont nos décisions, nos approches mentales et nos actions
  • Nous devons ensuite comprendre qu’il faut toujours prendre des risques  au milieu de l’incertitude. Cela peut être préoccupant, c’est vrai. Il est toutefois nécessaire de prendre des mesures innovantes pour aller de l’avant
  • Il est donc important d’éveiller ces compétences que nous avons tous : la curiosité, la créativité, la réceptivité. Nous devons dès lors être ouvert à l’environnement, écouter, accepter les conseils et, plus tard, agir en conséquence en suivant notre boussole interne. Ce que nous pouvons tirer de ces circonstances peut en outre être très enrichissant
 

Pour conclure. La clé pour affronter l’imprévu, quelles que soient ses dimensions, est d’être courageux. La souffrance sera d’autant plus grande si nous restons immobiles, regrettant cette particule de chaos dans nos vies. Nous devons donc être proactifs, ingénieux, capables de rationaliser les peurs et de mettre nos émotions et notre créativité de notre côté.