Le COVID-19 pourrait provoquer une autre épidémie que nous devons éviter: la dépression

22 mai, 2020
Le COVID-19 pourrait entraîner une nouvelle épidémie dans les mois à venir : la hausse des dépressions. La santé mentale est donc une autre urgence à laquelle nous devons faire face en prenant des mesures de prévention et d'adaptation appropriées. Les voici.
 

Le COVID-19 pourrait provoquer une autre épidémie qui, cette fois-ci et sans être fataliste, peut être perçue. Nous parlons des troubles dépressifs. Malheureusement, différents facteurs se combinent dans ce substrat où les émotions, l’incertitude, l’épuisement, le manque de contrôle et même le sentiment de vide peuvent gravement affecter notre santé mentale.

Nous aimerions nous assurer que cela n’arrivera pas. Il serait encourageant de penser que, comme le dit la “psychologie populaire” de toute adversité nous ressortons plus forts et plus sages.

Il est vrai que cela peut être le cas chez certaines personnes. Les neurosciences nous disent qu’il y a des personnes qui sont plus compétentes pour gérer le stress. Ces dernières ont une approche plus résistante et sont clairement préparées à ce genre de contexte.

Cependant, nous ne sommes pas tous comme ça. Nous ne venons pas tous au monde avec ce tremplin unique pour faire face au changement, à la crise, à la perte ou à l’incertitude elle-même.

Il n’est pas déraisonnable de penser que lorsque nous sortirons de notre confinement et devrons faire face à la réalité post-coronavirus, nos troubles de l’humeur pourront s’aggraver. C’est une probabilité à laquelle il vaut la peine d’être préparé.

Un homme regardant l'horizon avec le COVID-19 en tête
 

Le COVID-19 pourrait engendrer une autre épidémie et nous devons y faire face

On dit parfois des épidémies qu’elles agissent comme des facteurs d’égalité. Elles ne font pas de discrimination à l’égard des classes sociales, des nationalités ou des religions. Le coronavirus nous donne une leçon que nous n’oublierons peut-être jamais. Il nous rappelle que nous sommes plus vulnérables que nous le pensions.

Il est tout à fait possible que notre vie avant cette pandémie n’ait pas été parfaite. Cependant, malgré tout cela, nous étions plus heureux et nous ne le savions pas. Nous l’étions parce que nous avions le sentiment de contrôler la situation, parce que les jours se ressemblaient et qu’il n’y avait pas d’anxiété face à un lendemain incertain.

Face à une urgence sanitaire qui érode également notre économie, il est inévitable de ressentir aussi la piqûre de cette vulnérabilité.

Il y a quelques semaines, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, a écrit dans un article du Psychiatric Times qu’outre la propagation de l’infection, nous verrions également d’autres phénomènes.

Le COVID-19 pourrait provoquer une autre épidémie, a-t-il dit, à savoir celle des troubles liés au stress et à l’anxiété. C’est ce que nous constatons actuellement avec les achats compulsifs, la panique et l’anxiété que les gens ressentent dans cette situation confinée.

Or, dans un autre article publié par les psychologues cliniques du Center for Social Connection Science de l’université de Washington, ils nous mettent en garde contre autre chose. Lorsque la contagion sera réduite et que nous reviendrons (dans la mesure du possible) à la normale, le nombre de dépressions augmentera.

 
Une jeune fille réfléchissant les yeux fermés

Pourquoi les cas de dépression pourraient-ils augmenter ?

Il serait naïf de penser qu’une crise comme celle que nous traversons actuellement ne nous laissera pas de séquelles psychologiques. Nous les vivons maintenant de multiples façons.

Il y a ceux qui ont perdu un de leurs proches. Il y a aussi ceux qui ont perdu leur emploi ou qui voient l’avenir avec crainte. De même, nous ne pouvons pas négliger les personnes qui vivaient ou qui venaient de surmonter une dépression ou un trouble anxieux. Dans ces situations, il est très fréquent que ces conditions mentales soient réactivées.

Cependant, les situations que l’on pourra observer demain, lorsqu’il faudra s’adapter au nouveau contexte qui ouvrira l’ère post-coronavirus, seront les suivantes :

  • Un baromètre émotionnel complexe : en nous, la tristesse, l’irritabilité et la colère s’entremêleront. Peut-être même le désespoir
  • L’incertitude : ce mot qui se répète si souvent de nos jours sera un éternel leitmotiv
  • L’instabilité économique : un facteur qui alimente irrémédiablement les problèmes psychologiques
  • Mais aussi l’épuisement, l’impuissance et le sentiment de ne pas avoir de contrôle sur sa propre réalité
 
  • Dans de nombreux cas, des crises existentielles pourront également survenir

Toutes ces situations sont communes et nous pouvons les ressentir absolument toutes à un moment donné. Cependant, si ces sensations sont constantes et s’éternisent pendant des semaines ou des mois, l’ombre de la dépression fera sentir sa présence.

Dans ces situations, notre capacité à résoudre des problèmes diminue. D’autres part, l’insomnie, le manque de motivation et l’apathie chronique font leur apparition.

COVID-19 pourrait provoquer une nouvelle épidémie. Comment éviter l’apparition de dépressions ?

Le COVID-19 pourrait entraîner une autre épidémie. Mais celle-ci est d’ordre psychologique. Comme nous vous l’expliquons depuis le début de cet article, le nombre de dépressions pourrait s’accroître considérablement. Compte tenu de ce risque, il est conseillé de prendre des mesures de prévention et d’adaptation. Ainsi, il convient de préciser que chaque personne présente un cadre clinique unique et singulier. Aucune dépression n’est identique à une autre.

Chacun vivra la situation actuelle d’une manière ou d’une autre ; cependant, nous savons que dans un scénario de pandémie, le principal déclencheur de la dépression est généralement le stress environnemental.

Nous devons donc aborder les dimensions suivantes :

  • Le confinement va être un déclencheur de dépression, surtout si nous avons été seuls ou s’il y a des problèmes à la maison. Dans ces situations, il est essentiel que nous recherchions l’aide de psychologues spécialisés. Il est important qu’ils soient toujours des professionnels qualifiés
 
  • Nous devons apprendre à gérer le stress quotidien et à nous occuper de chaque émotion ressentie. Ce que nous négligeons aujourd’hui peut faire place demain à un état de grande impuissance. Facilitons donc l’autocompassion émotionnelle, en nous préoccupant de ce que nous ressentons ici et maintenant
  • Il est essentiel que chaque ville offre des services et un soutien psychologique à toute personne qui souffre d’une perte due au coronavirus
  • Les difficultés financières vont être un autre déclencheur de problèmes de santé mentale. C’est un autre facteur essentiel à prendre en compte
  • Enfin et surtout, il faut créer des réseaux d’assistance. Soit entre amis et famille, soit entre professionnels pour être proche de ceux qui en ont besoin aujourd’hui et demain. Ce renforcement direct dans la vie quotidienne peut atténuer la douleur émotionnelle. Il est réconfortant de sentir que nous ne sommes pas seuls et que nous traversons tous, d’une certaine manière, la même chose

En conclusion, puisque le COVID-19 pourrait entraîner une autre épidémie et qu’elle n’est autre que celle concernant la santé mentale, préparons-nous donc à cette urgence et agissons.