Le clonage humain vu de la psychologie

Que pensez-vous du clonage humain ? D'un point de vue bioéthique, la psychologie comprend qu'il s'agit d'une limite à ne pas franchir. Cependant, les progrès de la science sont irrésistibles. Que faut-il envisager dans un tel contexte ? C'est ce que cet article se propose d'éclairer.
Le clonage humain vu de la psychologie
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 02 juin, 2023

Ben Lamm, fondateur de la première entreprise de “désextinction” des espèces, a récemment annoncé que les premiers mammouths laineux pourraient être vus d’ici 2028. La biotechnologie et la science de l’édition de gènes progressent de manière écrasante. Cela conduit à une question intéressante : quelle opinion la psychologie a-t-elle du clonage humain ?

Il existe une perception commune au sein de la communauté médicale et psychologique selon laquelle, à un moment donné, les clones humains deviendront une réalité. D’un point de vue bioéthique, ce n’est pas recommandé, car les implications sociales et émotionnelles seront immenses.

Maintenant, quels arguments pour convaincre les scientifiques de ne pas encourager une telle ingénierie ? De plus, quels effets cela aurait-il sur la société si cela se produisait ? Découvrez ces informations ci-dessous.

La psychologie admet et approuve la thérapie génique à des fins médicales telles que la transplantation d’organes, la guérison des cellules nerveuses et des tissus. Mais le clonage humain a d’autres implications plus problématiques.

Le clonage humain vu de la psychologie

La revue Reproductive Biomedicine Online  souligne dans un article que la question du clonage humain est à l’origine d’un débat controversé depuis des décennies. A cet égard, tant la psychologie que les autres sciences sociales doivent être le support directeur capable de dissuader le progrès ou de constituer l’ossature de sa régulation s’il est réalisé.

La réalité est que, même si une grande partie de la société accueille favorablement l’édition de gènes pour traiter les maladies, se plonger dans la réplication humaine est considérée comme quelque chose d’aberrant. Le clonage de Dolly la brebis en 1997 était vu comme une métaphore : le loup déguisé en brebis et la forte possibilité que cette technologie puisse se matérialiser chez l’homme.

L’impact a été tel que, des mois plus tard, le Conseil de l’Europe a approuvé une règle interdisant cette possibilité. Plus tard, l’Assemblée générale des Nations Unies a réclamé la même chose ; alléguant que le clonage thérapeutique porte irrévocablement atteinte à la dignité humaine. Cependant, des pays comme le Royaume-Uni ont déjà modifié des embryons humains, révèle une étude de 2017 dans Nature.

Il y a la technologie, il est donc clair qu’à un moment donné, le clonage se produira. Alors, quelle est l’opinion de la psychologie par rapport au sujet ?

Image de la chaîne génétique représentant le clonage humain
De nombreuses questions sur le clonage humain doivent être résolues, telles que celles relatives à ses aspects sociaux, psychologiques et éthiques.

Le clonage a de sérieuses considérations

La psychologie est en phase avec les perspectives de l’un des plus grands experts en génétique et en clonage : le Dr Francisco J. Ayala. Dans son livre Cloning Humans? et dans des recherches telles que celles publiées dans PNAS en 2015, il met l’accent sur la même idée. Les gènes peuvent être clonés à des fins médicales, mais jamais les personnes.

Ouvrir la porte au clonage humain donnerait forme aux scénarios futurs les plus utopiques et contraires à l’éthique ; Par exemple, des “copies” pourraient être faites d’individus avec des caractéristiques très spécifiques : grand talent, intelligence ou beauté. De même, il serait possible de produire des enfants d’un génotype spécifique. Quoi d’autre apporterait une telle percée ?

  • Cela modifierait le concept de biodiversité génétique.
  • La possibilité de cloner des êtres chers décédés.
  • La réplication humaine comme forme évidente d’eugénisme.
  • Comme pour le clonage animal, les échecs et les malformations seraient fréquents.
  • L’origine de nombreuses personnes n’est plus due à une causalité biologique, mais à la conception réalisée en laboratoire.
  • Le clonage humain ne respecterait plus la chose la plus précieuse en chacun de nous : notre unicité, être unique dans le monde entier.
  • Toutes les relations de parenté seraient altérées, puisqu’il n’y aurait qu’un seul parent (la figure dont il est répliqué).

La psychologie recommande que le clonage reproductif reste interdit. Les implications éthiques, sociales, psychologiques et morales seraient immenses. Cependant, dans le cas où à un moment donné cette possibilité s’ouvrirait, elle devrait être réglementée très rigoureusement.

Le consensus scientifique actuel est que le clonage humain est contraire à l’éthique. En fait, de nombreux clones d’animaux présentent de graves malformations, ne survivent pas ou présentent des maladies graves.

Conséquences psychologiques possibles de la légalisation du clonage

Le clonage humain n’est actuellement pas légal, mais quelque part, il y a quelqu’un qui va intervenir et se présenter comme ce pionnier qui a changé les choses dans ce domaine. La psychologie sait que, aussi aberrant que cela puisse paraître aujourd’hui, le clonage reproductif arrivera tôt ou tard.

Mettons-nous donc en situation : quel effet cela aurait-il sur la société ? Et pour la personne clonée ? Nous allons l’analyser immédiatement.

  • Les personnes clonées souffriraient de rejet social et de discrimination.
  • Être un clone impliquerait souvent de vivre de profondes crises existentielles.
  • Les clones seraient fortement conditionnés par les attentes et demandes des parents ou donneurs de génotypes.
  • L’environnement aurait toujours tendance à comparer les réalisations du personnage cloné à celles de la personne d’origine.
  • Des charges psychiques profondes apparaîtraient, tant dans la figure du donneur que dans celle de la personne clonée. Seraient-ils enfants et parents ? Des jumeaux, peut-être ?
  • Les enfants générés par le clonage reproductif souffriraient de problèmes dans la formation de leur identité et dans leur développement psychosocial (Annas, 1998 ; Gonnella et Hojat, 2001 ).
  • Les clones auraient du mal à accepter leur origine et à comprendre qui sont leur famille ou leurs parents. D’après la génétique , il n’en serait qu’un, c’est-à-dire son jumeau monozygote.
  • Mêmes gènes, différentes manières d’être. En 2013, le Dr Michael Zuck est apparu qui voulait cloner John Lennon. Maintenant, quelque chose que je ne savais pas, c’est que le clone aurait le même ADN, mais aucune des expériences de vie qui ont formé sa personnalité. Il ne serait pas l’artiste qui aspirait à revenir à la vie. À l’avenir, il y aurait des clones créés exprès pour remplacer quelqu’un qui est mort ; dans ces cas, ni l’identité ni la personnalité ne seraient les mêmes.
Division cellulaire dans le cadre du clonage humain
Très probablement, à un moment donné, le clonage humain deviendra une réalité.

L’interdiction du clonage protège la dignité humaine

De la psychologie, on pointe des aspects très grotesques qui dériveraient du clonage humain. Un exemple de ceci serait ces parents qui aspirent à avoir un substitut exact pour un enfant décédé. Aussi, essayez de reproduire des figures de grand talent, dans une tentative de créer une société aux accents eugéniques. En l’absence d’une réglementation bioéthique ferme dans ce domaine, ce serait Frankenstein.

A l’heure actuelle, si le clonage n’est pas légalisé c’est que les avancées dans le domaine de la réplication animale sont encore insuffisantes. Malformations, maladies et décès prématurés sont fréquents. Cependant, au moment où des individus forts et en bonne santé se développent, une nouvelle révolution biologique et sociale peut commencer.

La psychologie insiste pour que le pas ne soit pas franchi, car le clonage est une atteinte à la dignité humaine. Déjà “asservi” par la technologie, ce serait une tentative de contrôler ce qui ne devrait pas être sous notre contrôle. Arrêter d’être unique pour devenir la copie d’un autre, c’est une atteinte à l’identité et à l’individualité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le piège de la confluence : se concentrer sur l’autre pour s’oublier
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le piège de la confluence : se concentrer sur l’autre pour s’oublier

La confluence efface les limites entre vous et les autres, vous fait perdre votre identité et devenir dépendant. Découvrez ce que c'est.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.