Le cas Aimée, ou paranoïa d’auto-punition

16 septembre 2018 dans Thérapies 0 Partagés
cas Aimée

Le cas Aimée constitue l’un des plus célèbres cas de l’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse. Il l’est surtout pour deux raisons. La première est que ce cas a représenté le fondement de la thèse de doctorat de Jacques Lacan. La seconde est qu’il a permis d’effectuer des progrès énormes sur ce que l’on connaissait comme la « psychose paranoïaque ».

Jacques Lacan est peut-être le plus grand représentant de la psychanalyse après Sigmund Freud. Ses postulats ont débouché sur des avancées significatives dans la psychanalyse classique. Le cas Aimée est celui qui l’a catapulté comme nouveau penseur lucide dans ce domaine.

Ce cas a aussi déclenché une polémique en raison des conditions particulières du traitement et de sa présentation à la communauté scientifique. Sans oublier ses conséquences, à la longue, chez les descendants de cette célèbre patiente. Nous parlons bien d’un chapitre fascinant dans l’histoire des sciences de la santé mentale.

… »ce qui a été rejeté dans le monde symbolique réapparaît dans la réalité ».

-Jacques Lacan-

femme assise

Marguerite Pantaine, l’Aimée de Lacan

Marguerite Pantaine est entrée dans l’histoire sous le nom d’Aimée. Il s’agissait du prénom de l’une des personnages d’un roman qu’elle avait écrit. Et de celui que Lacan lui a donné dans sa thèse de doctorat. Elle est née dans une famille catholique et paysanne de France. Elle a apparemment commencé à vivre des délires de persécution à 28 ans.

Le premier a eu lieu lorsqu’elle était enceinte. Elle pensait qu’on voulait lui faire du mal et a donc développé des comportements violents. Son premier enfant est mort-né mais Marguerite s’est convaincue que l’une de ses amies l’avait tué. Elle a ensuite connu une période tranquille mais, au cours de sa deuxième grossesse, les idées de persécution sont revenues. C’est pour cette raison qu’elle n’a laissé personne s’occuper de son fils Didier pendant les cinq premiers mois de sa vie.

Puis ses délires s’intensifient. On l’interne donc pour la première fois dans un hôpital psychiatrique. Une fois sortie, elle part vivre seule à Paris. Là, elle est sûre qu’une actrice, Huguette Duflos, veut faire du mal à son fils. Elle écrit donc des lettres au Prince de Galles pour lui faire part de ses soupçons. Enfin, en avril 1931, Marguerite attaque l’actrice avec un couteau. Elle est envoyée en prison.

Le développement du cas Aimée

Marguerite est envoyée à l’hôpital psychiatrique de Santa Ana où elle est traitée par Jacques Lacan pendant un an et demi. Ses symptômes avaient disparu dès son entrée en prison. C’est ce qui pousse Lacan à déterminer qu’elle souffre d’une « paranoïa d’auto-punition ». En d’autres termes, le fait d’être punie la tranquillise. Elle souffre d’une culpabilité inconsciente et puisqu’elle l’évacue à travers une peine de prison, le délire devient obsolète.

Sans entrer dans les détails psychanalytiques du cas Aimée, il faut savoir qu’il a connu un développement et un dénouement très particuliers. Jacques Lacan a par cette femme et sa situation. En fait, le prénom Aimée ne semble pas anodin. Il est curieux que Lacan l’ait appelée de cette façon. Il n’a pas entretenu de relation amoureuse avec elle. Or, il a trouvé, grâce à elle, beaucoup de clés pour développer sa théorie face à la psychose.

Marguerite écrivait des romans que personne ne publiait. Lors de son traitement, elle les remis à Lacan qui les garda. Paradoxalement, cette femme est devenue célèbre grâce aux écrits de Lacan. Avant même de commencer son traitement, Marguerite pensait que des gens voulaient lui voler ses textes.

Elle accusa l’écrivain Pierre Binot de lui avoir dérobé ses idées pour écrire ses histoires. Et c’est un peu ce qui arriva au cours de son expérience avec Lacan.

Un dénouement inattendu

Selon Jacques Lacan, Marguerite a tout simplement été guérie par sa sévère punition pour sa tentative d’homicide. On sait que certains de ses délires sont réapparus plus tard. Or, ils n’ont pas rendu sa vie invivable. Ils ne l’ont pas non plus menée à être de nouveau hospitalisée. La thèse de base de Lacan a donc été jugée correcte.

Le plus surprenant dans toute cette histoire est que le fils de Marguerite, Didier, a décidé de devenir psychanalyste. Dans son autobiographie, il a signalé qu’une profonde solitude et que le problème de sa mère l’avaient poussé à emprunter cette direction. Sans le savoir, Didier se rendit au cabinet de Lacan pour être psychanalysé. Il ignorait totalement que le cas Aimée faisait référence à sa mère.

jacques lacan et le cas aimée

Puis il commença à avoir des doutes. Il fit davantage de recherches sur le sujet et en voulut à Lacan de ne rien lui avoir dit. Celui-ci lui avoua qu’il ne s’était même pas rendu compte que c’était son fils. Du moins pas au début. Il n’en avait donc pas parlé.

Didier essaya de récupérer les romans de sa mère mais n’y parvint pas. Puis il devint lui-même écrivain. Un beau dénouement. Le fils d’une mère délirante qui devient psychanalyste. Il ne sut jamais ce que sa mère avait écrit. Or, il finit par prendre la plume et en faire son métier.

A découvrir aussi