Le Caravage, biographie du peintre des ombres

18 juillet, 2020
Le Caravage était un peintre renommé du XVIe siècle, qui peignait en utilisant des effets contrastant entre la lumière et l'obscurité. Mais sa vie, tout comme son oeuvre, a également été emplie de lumières et d'ombres... Savez-vous ce qu'il a fait de si spécial ? Pourquoi a-t-il été si controversé ?

Le Caravage, ou Caravage (Caravaggio en italien), a été un peintre extrêmement populaire au cours de la période baroque. Il a développé une variante très originale du clair-obscur : le ténébrisme.

Le ténébrisme s’est caractérisé par l’utilisation de contrastes extrêmes de lumière et d’obscurité, dans le but de souligner les détails du geste ou l’expression du visage : un bras ouvert, un regard désespéré ou un désir. Son influence dans le cours de l’art occidental a été immense. Par ailleurs, elle ne s’est pas seulement limitée au domaine de la peinture.

L’oeuvre de Caravage a donné vie, indiscutablement, à celle de nombreux artistes postérieurs, de Rembrandt en Hollande et Diego Velázquez en Espagne à Théodore Géricault en France.

Son sens dramatique de la mise en scène et l’innovant clair-obscur ont directement inspiré un grand nombre de figures marquantes du cinéma, comme Pier Paolo Pasolini et Martin Scorsese.

Enfance et début d’âge adulte de Caravage

Caravage, qui allait devenir l’un des plus célèbres peintres italiens, a été baptisé sous le nom de Michelangelo Merisi et est né le 29 septembre 1571, à proximité de Milan, en Italie – probablement dans la petite ville de Caravaggio, dans le diocèse de Crémone, dont il finirai par prendre le nom.

L’époque à laquelle il est né était violente et parfois instable. Ses premières années d’adulte ont été divisées entre sa ville natale, Caravaggio, et la ville très peuplée de Mila, où son père avait un atelier.

La Vocation de saint Matthieu de Caravage

La Vocation de saint Matthieu

La famille de l’artiste avait des liens avec la noblesse locale du côté de la mère de Caravage. Son grand-père maternel avait été percepteur des loyers de terrains au nom de Francesco Sforza I.

La tante maternelle de Caravage avait été la nourrice des enfants de Francesco Sforza I avec Costanza Colonna. Sforza et Colonna faisaient partie des dynasties les plus puissantes et influentes d’Italie.

Les connexions que Caravaggio a eues avec eux lui ont été d’une importance vitale dans sa vie d’adulte. Costanza Colonna constituera un refuge et un soutien constant dans ses années les plus problématiques.

Pendant l’été 1576, alors que le futur artiste avait à peine 5 ans, une épidémie de peste bubonique frappa Milan. Le père de Caravage en mourut.

À 13 ans, en 1584, sa mère décéda. Apparemment, après sa mort, le jeune homme est devenu l’apprenti du peintre Simone Peterzano.

Les circonstances précises qui entourent son départ de Milan n’ont pas été éclaircies. Cependant, les notes marginales de l’un de ses biographes suggèrent qu’il a été impliqué dans une sorte d’incident violent, lié à l’assassinat d’un policier.

Il semblerait que l’artiste ait commencé sa carrière de la même façon qu’il l’a finie : comme un homme ayant des problèmes avec la loi.

Les débuts de la carrière de Caravage

À la fin de la décennie 1580, le Caravage voyagea à Rome, ville où il travailla avec des peintres variés. Il y développa le style du réalisme, au-dessus du maniérisme dominant à l’époque.

Au cours de la décennie de 1590, l’artiste réalisa de nombreuses peintures qui avaient pour thème la vie quotidienne. Ces peintures n’étaient pas en syntonie avec les thèmes spirituels qui prévalaient à l’époque.

Ses peintures au cours de cette période incluent La Diseuse de bonne aventure, Les Tricheurs, Garçon avec un panier de fruits, Le jeune Bacchus malade et Les Musiciens.

Il décida finalement de travailler de manière indépendante. Il créa beaucoup de peintures et trouva même des acheteurs pour ces pièces artistiques.

Un commerçant qui avait acheté ses peintures présenta son oeuvre au cardinal Francisco del Monte. Celui-ci aima tellement ses peintures qu’il offrit un refuge à Caravage, en plus d’une rétribution.

L’un des grands tournants de sa carrière se produisit quand il fut choisi pour décorer la Chapelle Contarelli en 1597. Les peintures qu’il réalisa pour cette chapelle créèrent une grande controverse. En même temps, elles lui servirent à acquérir une certaine popularité.

Étant donné que ses scènes bibliques étaient emplies des visages de prostitués, de mendiants et de voleurs qu’il avait croisés dans les rues de Rome, un profond chaos naquit entre le public et les autorités de l’Église. Ses portraits réalistes de Saint Matthieu furent considérés comme une déviation du thème spirituel et religieux.

Vie personnelle et Résurrection

Caravage fut arrêté à de nombreuses reprises, tout au long de sa vie. Selon ce qu’on peut lire dans différents registres, il ne s’est jamais marié et n’a pas non plus eu d’enfants.

L’absence de compagnes dans les registres, tout comme celle de personnages féminins érotiques dans son oeuvre, et l’abondance de portraits sensuels d’hommes jeunes ont fait naître, en de maintes occasions, un débat autour de sa sexualité. Les experts ont essayé de faire une infinité de lectures homo-érotiques de son oeuvre.

Ce peintre est connu pour avoir eu un caractère tempétueux et, apparemment, pour avoir été volage et bagarreur. Finalement, en 1606, après s’être battu en duel, il fut accusé d’avoir assassiné un procureur romain du nom de Ranuccio Tomassoni.

Le Caravage est alors condamné à mort par contumace. Peu de temps après, pour échapper à la peine, il quitta Rome et voyagea à travers l’Italie.

Après un conflit avec un frère de l’Ordre de Saint Jean en 1608, Caravage va en prison. Le lieu d’emprisonnement était une cellule creusée dans la roche, dans le château de Sant’Angelo. Il était, selon les dires, impossible de s’échapper de ce lieu. Cependant, avec l’aide d’un complice, le peintre y parvint en échappant à la surveillance de la garde du château, en escaladant les murailles et en descendant par un précipice de 61 mètres, jusqu’à une barque qui l’attendait.

L'incrédulité de saint Thomas par Le Caravage

– L’incrédulité de saint Thomas –

L’espoir d’une grâce : une mort assurée

En 1610, il décida de repartir à Rome en s’accrochant à l’espoir de pouvoir négocier une grâce. Scipione Borghese, le neveu du pape, était en charge du système de justice papal. C’était également un fervent collectionneur des œuvres de Caravage. L’artiste voyagea donc par la mer, chargé de plusieurs peintures qu’il espérait offrir à Borghese en échange de sa liberté.

Pour des raisons encore très obscures, Caravage fut arrêté et emprisonné au port de Palo. Quelques heures après, il sortit de prison. Il prit alors la mer vers Porto Ercole, destination finale de son voyage, pour récupérer ses précieuses peintures. Mais les efforts, la chaleur de l’été et son état de santé ne jouèrent pas en sa faveur.

Il arriva bien à Porto Ercole. Cependant, il y mourut peu de temps après son arrivée, probablement le 18 ou 19 juillet, à l’âge de 38 ans. Il fut enterré dans une tombe sans nom ni épitaphe.

Même si Caravage a été rejeté après sa mort, avec le temps, il a fini par être reconnu comme l’un des pères fondateurs de la peinture moderne. Son travail a eu une grande influence sur de grands maîtres postérieurs. À Rome, en 2010, une exposition de ses œuvres qui marquait le 400e anniversaire de sa mort a attiré plus de 580 000 visiteurs.

L’héritage de Caravage

Les représentations populaires de figures religieuses de Caravage ont été novatrices, en montrant des personnages bibliques de façon non idéalisée, à travers l’addition de signes d’âge et de pauvreté et l’utilisation de vêtements contemporains.

Ceci a servi à humaniser le divin, en le rendant plus accessible au spectateur lambda. Ainsi, le travail de Caravage a représenté un type de populisme spirituel.

Les pieds nus et sales des figures de Caravage ont uni les œuvres de l’artiste, avec des enseignements de l’église qui soulignaient la pauvreté du Christ. Malgré cet alignement avec le dogme actuel, ces représentations ont été la source de certaines des critiques les plus dures de Caravage.

S’il est vrai que la technique du clair-obscur n’a pas été introduite par Caravage, il a tout de même été le premier peintre à l’incorporer en tant qu’élément stylistique dominant, en obscurcissant les ombres et en utilisant les rayons de lumières clairement définis pour souligner l’histoire de l’image. Ce style est devenu de plus en plus fréquent dans son travail postérieur et est devenu la marque de ses œuvres les plus matures.

L’héritage artistique de Caravage est incalculable ; sa maîtrise du clair-obscur a été étudiée, imitée et applaudie partout. Sa figure est également l’une des plus controversées de son époque. Tout en lui a été l’objet de polémique, que ce soit une peinture qui se détachait du style de l’époque, son orientation sexuelle ou ses problèmes avec la loi. Sa vie, comme son oeuvre, a été une succession de clairs-obscurs.

 

  • De Villena, L. A. (2000). Caravaggio, exquisito y violento. Planeta.
  • Graham-Dixon, A. (2012). Caravaggio: una vida sagrada y profana. Taurus.
  • Castellotti, M. B. (2011). La paradoja de Caravaggio (Vol. 427). Encuentro.
  • Venturi, L., & Fabricant, L. (1960). Cuatro pasos hacia el arte moderno: Giorgione, Caravaggio, Manet, Cézanne. Nueva Visión.