Le burnout chez les professionnels de la santé

04 janvier, 2020
Les professionnels de la santé sont continuellement exposés à des situations stressantes. Ils travaillent en effet souvent contre la montre pour prendre soin au mieux de la santé des autres et parfois sans disposer de ressources suffisantes. Tout cela génère un stress professionnel important.
 

Travailler dans le domaine de la santé est une tâche ardue et souvent compliquée. Les professionnels de la santé travaillent au maintien et à l’amélioration de la santé de leurs patients, ce qui, par nature, peut être très stressant. Malheureusement, il y a actuellement de plus en plus de cas de syndrome de burnout chez les professionnels de la santé.

Dès 1943, Abraham Maslow plaçait la santé à la base de sa pyramide des besoins, au même titre que d’autres besoins physiologiques tels que le sommeil, l’alimentation, la respiration, etc. Il y a ajouté au deuxième niveau la sécurité physique.

Par conséquent, il est clair que la santé revêt une importance vitale. En son absence, on ressent un manque de sécurité et un sentiment de danger.

Les professionnels de la santé sont sujets au burnout

Les causes du burnout chez les professionnels de la santé

Le milieu hospitalier est un espace propice à des situations émotionnellement fortes qui impliquent les patients, mais aussi les familles et les professionnels de santé. Ainsi, selon des études conduites en milieu hospitalier, les facteurs de stress chez les professionnels de la santé sont principalement les suivants :

 
  • Heures de travail
  • Soins aux malades, parfois dans des situations de crise
  • Sentiments provoqués par la mort
  • Plaintes de personnes insatisfaites des soins reçus

De plus, lorsqu’on interroge les professionnels de la santé, ils soulignent également les points suivants :

  • Difficulté d’annoncer de mauvaises nouvelles aux personnes déjà fragilisées sur le plan physique et émotionnel
  • Niveau d’exigences élevé des patients à l’égard des professionnels de la santé et des soins médicaux
  • Obligation de travailler contre la montre dans des situations de stress important
  • Surcharge de travail
  • Manque de ressources pour pouvoir offrir des soins de qualité aux patients

Et ce n’est pas tout. Il faut aussi mentionner les facteurs interpersonnels qui ne sont pas spécifiques au domaine de la santé. Parmi les aspects les plus fréquents, on peut mentionner l’équilibre entre le travail et la vie privée ou encore les relations entre les professionnels eux-mêmes. Pour toutes ces raisons, il est nécessaire de mettre en place des stratégies pour limiter le stress qui entrave le travail des médecins, des infirmières, du personnel infirmier et autres professionnels du secteur.

Réduire le taux de burnout chez les professionnels de la santé

Le syndrome de burnout chez les professionnels de la santé suscite :

  • Insatisfaction au travail
  • Détérioration de l’environnement de travail
  • Diminution de la qualité du travail
  • Absentéisme professionnel
  • Départ de certains professionnels
 
  • Comportements passifs-agressifs de la part des patients

Des changements devraient être apportés aux méthodes, aux stratégies et aux structures de travail afin de résoudre ces situations. Cependant, le professionnel peut aussi mettre en œuvre certaines mesures pour réduire son niveau de stress au travail. Parmi celles-ci, on peut mentionner les points abordés ci-dessous.

Des aptitudes à la communication

Une étude récente sur le syndrome de burnout visait à déterminer comment les compétences en communication du professionnel de santé peuvent atténuer ses difficultés au travail. Les résultats de l’étude semblent indiquer que les professionnels ayant de bonnes compétences en communication sont moins sujets au burnout. De surcroît, ils s’épanouissent davantage sur le plan personnel au travail.

En outre, ces compétences de communication ne profitent pas seulement au professionnel. Elles ont également une influence positive sur le patient. En fait, la communication avec le patient est une partie essentielle du processus de soins. Cela leur redonne confiance et améliore donc la qualité de la pratique médicale.

Docteur et patient
 

La relation thérapeutique

Les études indiquent que les résultats cliniques augmentent lorsque la relation thérapeutique entre le patient et son médecin est bonne. Cela peut s’expliquer par les raisons suivantes :

  • Tout d’abord, la possibilité pour le médecin d’effectuer un meilleur diagnostic lorsqu’il a connaissance des caractéristiques psychosociales du patient
  • Le renforcement de l’effet placebo
  • Une plus grande adhérence du patient au traitement et au diagnostic
  • Des choix plus pertinents grâce à la participation des patients à la prise de décision

L’intelligence émotionnelle

Il existe une relation négative entre l’intelligence émotionnelle et le stress professionnel. La plupart des études axent leurs analyses sur les soins infirmiers. Cependant, les résultats peuvent être extrapolés à d’autres milieux de la santé. Elles révèlent que plus la formation en intelligence émotionnelle est importante, moins il y a de stress et la prévention du burnout est plus efficace.

Une façon de renforcer l’intelligence émotionnelle consiste à développer une régulation émotionnelle. En effet, la psychologie considère qu’il s’agit d’un processus de base de l’intelligence émotionnelle. Ainsi, grâce à la régulation émotionnelle, une personne est plus à même de contrôler et de gérer ses émotions dans des situations stressantes.

Pour conclure, il est indéniable que les professionnels de la santé sont souvent soumis à des situations génératrices de stress. Bien que le professionnel ne puisse pas toujours peser individuellement sur certains paramètres externes, il peut par contre ajuster certaines de ses variables internes afin de moduler son niveau de stress.

 

 

  • Muñoz, M. D., & de la Fuente, F. V. (2010). La Pirámide de Necesidades de Abraham Maslow. Obtenido de HYPERLINK » http://coebioetica. salud-oaxaca. gob. mx/wp-content/uploads/2018/libros/ceboax-0530. pdf » http://coebioetica. salud-oaxaca. gob. mx/wp-content/uploads/2018/libros/ceboax-0530. pdf.
  • Turienzo, R. (2016). El pequeño libro de la motivación. Alienta.
  • Bianchini Matamoros, M. (1997). El Síndrome del Burnout en personal profesional de la salud. Medicina Legal de Costa Rica, 13(2-1-2), 189-192.
  • Fernández, B. P. (2010). Inteligencia emocional para médicos del siglo XXI. El médico, 22-25.
  • Leal-Costa, C., Díaz-Agea, J. L., Tirado-González, S., Rodríguez-Marín, J., & Van-der Hofstadt, C. J. (2015, August). Las habilidades de comunicación como factor preventivo del síndrome de Burnout en los profesionales de la salud. In Anales del Sistema Sanitario de Navarra (Vol. 38, No. 2, pp. 213-223).
  • Martínez, M. Á. M., & Ibañez, L. M. (2012). La habilidad de comunicar: caminando hacia el paciente. Revista Española de Comunicación en Salud, 3(2), 158-166.
  • Bajo Gallego, Y., & González Hervías, R. (2014). La salud emocional y el desarrollo del bienestar enfermero. Metas de Enfermería, 17(10), 12-16.