L’intelligence émotionnelle au travail : pourquoi est-ce important ?

· 2 mai 2018

L’un des concepts psychologiques les plus répandus en dehors de la sphère académique est celui de l’intelligence émotionnelle. Comparé à l’intelligence traditionnelle, qui se réfère à la capacité à résoudre des problèmes et à utiliser la logique, l’intelligence émotionnelle est liée à notre capacité à comprendre et à gérer les émotions, qu’elles soient propres ou étrangères.

Bien que les compétences liées à ce savoir-faire puissent être appliquées dans un grand nombre de situations, il est particulièrement important d’utiliser l’intelligence émotionnelle au travail. Les personnes qui ont décidé de s’y entraîner et de l’utiliser dans le contexte professionnel remarquent une grande amélioration, tant dans leur satisfaction professionnelle que dans leurs relations avec leurs pairs. Certains experts disent même qu’il s’agit de l’une des clés pour obtenir de meilleurs revenus.

Par conséquent, nous verrons dans le présent article de quelle manière nous pouvons appliquer le concept d’intelligence émotionnelle au travail. Nous nous concentrerons pour cela sur trois domaines essentiels : la recherche d’emploi, la performance professionnelle et le leadership. Mais voyons au préalable ce qu’est l’intelligence émotionnelle et ce qu’elle implique.

groupe pratiquant l'intelligence émotionnelle au travail

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ?

Selon Goleman, créateur du concept, l’intelligence émotionnelle est composée de cinq compétences différentes :

  • Connaissance de soi : autrement dit, la capacité de comprendre nos propres sentiments et humeurs. Cela implique également de savoir qui nous sommes, qu’elles sont nos valeurs, nos objectifs et nos compétences.
  • Auto-régulation : nous parlons de la capacité à contrôler nos émotions. De sorte que nous pouvons les utiliser à notre avantage plutôt que de nous battre contre elles.
  • Motivation : il s’agit de la capacité de se fixer des objectifs exigeants et de se concentrer pour les atteindre malgré les difficultés.
  • Empathie, également connue comme la capacité à comprendre les sentiments, les émotions et les besoins des autres. L’empathie est parfois décrite comme « se mettre à la place de l’autre ».
  • Enfin, les compétences sociales, l’ensemble des compétences qui nous aident à interagir plus efficacement avec les autres. Elles comprennent différentes compétences, telles que le leadership, la persuasion ou l’intuition sociale.

Les cinq dimensions sont fondamentales pour développer l’intelligence émotionnelle au travail, mais  chacune d’elles sera plus utile dans une situation donnée.

L’intelligence émotionnelle au travail : comment l’utiliser pour trouver un emploi

Pour pouvoir utiliser l’intelligence émotionnelle au travail, il faut d’abord l’atteindre. De sorte que l’intelligence émotionnelle est une compétence fondamentale pour obtenir un emploi.

De nos jours, obtenir un « poste de travail intéressant » ne dépend pas seulement des compétences « dures » : notre succès sera lié à l’empathie, à la façon dont nous communiquons ou à nos compétences sociales. En raison de la grande concurrence qui existe sur le marché du travail, la décision prise par le département des ressources humaines pourrait être davantage influencée par les émotions (les leurs et les nôtres) que par notre curriculum vitae.

femme pratiquant l'intelligence émotionnelle au travail

Par ailleurs, l’autorégulation sera également fondamentale lors de notre recherche d’emploi. Sans cela, nous ne serons pas en mesure de persévérer face aux premiers refus, ce qui nous découragerait et ne nous permettrait pas de trouver un emploi qui nous plaise.

L’intelligence émotionnelle au travail

L’utilisation de l’intelligence émotionnelle au travail ne s’arrête pas lorsque nous avons obtenu un emploi. Au contraire. Dans un environnement aussi difficile que celui des entreprises modernes, les cinq compétences décrites par Goleman sont fondamentales. Elles le sont tant pour notre rendement que pour notre bien-être émotionnel.

Bien qu’elle se situe dans la moyenne, en Espagne, 30% des travailleurs se disent insatisfaits de leur emploi. Bien qu’il existe de nombreux facteurs pouvant influencer ce chiffre, le manque d’intelligence émotionnelle a certainement une large responsabilité quant à l’ampleur de ce chiffre :

  • Comment allons-nous choisir un travail qui nous plait…si nous ne nous comprenons pas ? (connaissance de soi)
  • Lorsque quelque chose ne va pas, allons-nous laisser l’apathie prendre les rênes de notre vie ou allons-nous continuer à aller de l’avant ? (autorégulation, motivation)
  • Serons-nous capables de comprendre nos collègues et de nous entendre avec eux malgré les différences que nous pouvons avoir ? (empathie, compétences sociales)

Intelligence émotionnelle pour diriger

Enfin, que se passe-t-il si nous dirigeons une équipe de travail ? Nous pourrions penser que ceux qui ont besoin d’intelligence émotionnelle sont les autres, n’est-ce pas ?

duo pratiquant l'intelligence émotionnelle au travail

Rien n’est plus éloigné de la réalité. Pour un chef d’équipe ou un dirigeant, la capacité de motiver ses employés et de comprendre ce qu’ils ressentent est essentielle à la mise en place d’un environnement de travail agréable. Sans ces compétences, nous ne pouvons pas devenir le leader qui convient le mieux au groupe, de sorte que nous rencontrerons de nombreux problèmes avec nos collègues.