La théorie de l’esprit : le point de départ de l’empathie

30 octobre 2017 dans Psychologie 0 Partagés
théorie de l'esprit

La théorie de l’esprit ou ToM (son acronyme en anglais) fait référence à la capacité de représenter notre propre esprit et celui des autres. Ce qui nous permet d’interpréter et de prédire les comportements à travers les états mentaux que nous attribuons. Ces états mentaux peuvent être des sentiments, des pensées, des croyances, des désirs, etc. Voyons exemple simple afin de mieux comprendre cela.

Imaginez que vous regardez par la fenêtre et que vous voyez votre voisin-e sortir par le portail, ensuite se palper les poches ; puis, se retourner pour revenir et entrer dans sa maison. Vous n’avez probablement eu aucun problème à comprendre son comportement, et vous avez déduit qu’il a oublié quelque chose. C’est parce que vous avez réussi à entrer dans son esprit et à interpréter son comportement. Il s’agit là de la capacité qui en psychologie est abordée sous le concept dénommé théorie de l’esprit.

La théorie de l’esprit en tant que système conceptuel

Le ToM vient du courant du constructivisme dans lequel l’être humain est perçu comme un scientifique créant des théories intuitives d’une réalité basée sur des concepts. Pour cette raison même, le ToM part du principe selon lequel toutes les notions et idées relatives à l’esprit forment un grand système conceptuel. Nous disons que quelque chose est un système conceptuel lorsque, au moment de le définir, au lieu de donner une définition explicite, nous disposons d’un réseau de concepts interdépendants qui le définissent.

théorie de l'esprit

Il existe deux aspects fondamentaux de base pour comprendre ce système conceptuel :

  • Son caractère interprétatif : nous parlons ici des concepts que nous utilisons pour représenter l’état mental. Ce serait le contenu qui nous donnerait les ressources pour construire la réalité mentale.
  • Son caractère inférentiel : entreraient ici toutes les relations logiques entre les concepts. Ces relations nous amènent à pouvoir expliquer et prédire les comportements futurs par la relation cause / effet.

Par conséquent, nous pouvons définir la théorie de l’esprit comme un système cognitif qui, grâce au soutien conceptuel et à certains mécanismes d’inférence, remplit la fonction de gestion, d’interprétation et de prédiction du comportement. De cette définition nous pouvons déduire que l’esprit est ce qui sert de médiateur entre la perception et l’action : si nous parvenons à représenter l’esprit d’un individu, nous pouvons déduire son comportement.

L’esprit comme médiateur du comportement

Nous devons ici poser une question : comment l’esprit parvient-il à servir de médiateur entre la perception et l’action de sorte que nous puissions réaliser des déductions ? Saisir cela est important pour comprendre comment nous sommes capables, juste en devinant les pensées d’une personne, d’anticiper son comportement. Le psychologue Rivière, avec ses collègues, a développé une théorie causale du ToM cherchant à expliquer ceci.

Selon cette théorie, le point de départ résulte du fait qu’à travers la perception nous générons des croyances sur la réalité. Ces croyances ainsi que nos dispositions éducatives et biologiques généreraient des désirs ; désirs qui à leur tour modifieraient nos croyances pour favoriser leur accomplissement. Et cette interaction entre les croyances et les désirs donnerait lieu à une série de comportements destinés à satisfaire les désirs.

Ce modèle présente un déficit : il est trop simpliste pour expliquer la réalité de la production du comportement. Néanmoins nous ne devons pas l’observer du point de vue scientifique, puisque nous cherchons le raisonnement que fait le cerveau, non la réalité : il semble qu’il s’agisse là de la théorie que notre cerveau utilise pour interpréter et anticiper notre propre comportement et celui des autres. Ceci manque peut-être de précision, conduisant parfois à des erreurs, mais il s’agit d’un raccourci rapide qui s’avère souvent juste.

théorie de l'esprit

Développement de la théorie de l’esprit

La théorie de l’esprit ne serait pas une capacité innée mais plutôt une manière de fonctionner pour laquelle la plupart d’entre nous naîtrions avec le potentiel ; en d’autre termes, avec une sorte de pré-installation. Cette pré-installation, pour parler en termes informatiques, pour véritablement s’installer aurait besoin de stimulation lors de certaines périodes sensibles de notre développement.

L’âge d’apparition de la théorie de l’esprit – dans lequel l’installation est achevée – est estimé entre 4-5 ans, lorsque les enfants commencent à résoudre les tests de “fausse croyance”. Cette capacité n’apparaît pas avant ces âges parce que l’enfant doit développer au préalable une série de concepts.

Pour pouvoir utiliser le ToM, l’enfant doit développer deux aspects :

  • Une idée intégrée des désirs-croyances : l’enfant doit comprendre que les personnes régissent leur comportement eu égard à leurs propres désirs et croyances. En tenant compte de ceci, il doit apprendre que les croyances peuvent ne pas être vraies et que les souhaits peuvent ne pas être satisfaits.
  • Qu’il existe une situation subjective face à une réalité objective : l’enfant doit comprendre que le comportement est régi par l’évaluation subjective de la réalité. Il pourra ainsi penser à l’existence de fausses croyances et raisonner à partir de ces dernières.

Néanmoins, une fois que la théorie de l’esprit est développée, cela ne signifie pas qu’il s’agit d’un processus passif de l’être humain. Cette capacité influence le développement d’autres compétences, certaines très importantes pour les personnes ; parmi elles, l’empathie. Lorsque l’enfant commence à comprendre les croyances et les désirs des autres, cela correspond au moment où il commence à se mettre réellement à la place des autres : il s’agit là d’un aspect essentiel pour le bon développement de l’empathie.


A découvrir aussi