La théorie des champs de Kurt Lewin

· 26 novembre 2017

Autrefois, avant que n’existe une branche de la psychologie appelée psychologie sociale, les comportements étaient considérés comme de simples réactions. Le comportementalisme était la théorie en vogue et les scientifiques en faisaient usage pour tenter d’expliquer le comportement. Lorsque quelqu’un nous frappe, nous réagissons en nous protégeant afin de détourner l’attaque ou d’en éviter une autre. Dès lors, selon ce paradigme, les comportements étaient façonnés à partir des stimuli et des associations.

Cependant, cette relation stimulus-réponse était trop simple. Le comportementalisme ne prenait pas en considération les cognitions humaines, les pensées. Il ne tenait pas compte du fait que les comportements sont le résultat d’une interaction entre les personnes et l’environnement (Caparrós, 1977). Celui qui en revanche le constata fut Kurt Lewin. Ce psychologue créa, entre autres, la théorie des champs, en focalisant l’attention sur les interactions des groupes avec l’environnement. Ses études l’amenèrent à être considéré comme l’un des pères de la psychologie sociale.

La vie de Kurt Lewin

Kurt Lewin est né en Prusse, à savoir la Pologne actuelle. Sa famille déménagea ensuite en Allemagne, où Kurt étudia la médecine et la biologie, même s’il finit par davantage s’intéresser à la psychologie et la philosophie. Depuis l’Allemagne, Kurt fut envoyé à se battre lors de la Première Guerre mondiale et y fut blessé. À son retour, il commença à travailler à l’Institut de psychologie de Berlin. Avec le soulèvement nazi, Kurt décide de quitter l’Allemagne et finit par s’installer aux États-Unis, où il enseignera dans différentes universités.

Kurt avait été en contact avec des idéologies proches du socialisme, du marxisme et de la lutte pour les droits des femmes. Ces idées l’ont amené à une conclusion : la psychologie pourrait aider à faire évoluer la société vers une société plus égalitaire. Par conséquent, il consacra ses efforts à essayer d’identifier et de comprendre quels facteurs influencent notre comportement.

 

C’est pourquoi il se concentra sur l’étude des groupes. Ses études ont établi l’ancêtre de ce qui serait la psychologie sociale et la psychologie des organisations. Ses expériences tournaient autour de la psychologie des groupes, de la dynamique du changement organisationnel et du leadership.

La théorie des champs

En prenant la théorie des champs à la physique, Kurt Lewin a établi deux conditions fondamentale pour sa théorie des champs. La première est que le comportement doit être déduit d’une totalité d’événements coexistants (Fernández, 1993). La seconde est que ces événements coexistants ont le caractère d’un « champ dynamique », l’état de chacune des parties du champ dépendant de tous les autres.

Un champ, en physique, est une zone d’espace dans laquelle se trouvent des propriétés représentées par des variables physiques (températures, forces, etc.). Lewin a utilisé le concept physique de « champ de forces » (Lewin, 1988) dans sa théorie des champs pour expliquer les facteurs environnementaux qui influencent le comportement humain.

Le comportement, selon lui, ne dépend ni du passé ni du futur, mais des faits et des événements actuels et de la manière dont le sujet les perçoit. Les faits sont interconnectés et constituent un champ de forces dynamique que nous pouvons appeler espace vital.

Par conséquent, l’espace vital, ou le champ psychologique des forces, deviendrait l’environnement englobant la personne et sa perception de la réalité proche. Il s’agit, en somme, d’un espace subjectif, propre, qui reflète la manière dont nous regardons le monde, avec nos aspirations, nos possibilités, nos peurs, nos expériences et nos attentes. De plus, ce champ dispose de quelques limites, établies notamment par les caractéristiques physiques et sociales de l’environnement.

théorie des champs

L’approche de la théorie des champs de Kurt Lewin nous permet d’étudier notre comportement avec une perspective de totalité, sans rester dans une analyse des parties de manière séparée. L’influence du champ psychologique sur le comportement est telle que Lewin considère qu’il parvient à le déterminer : s’il n’existe aucun changement dans le champ, il n’y aura pas de changement dans le comportement.

Pour Lewin, la psychologie ne devait pas se concentrer sur l’étude de la personne et de l’environnement comme s’il s’agissait de deux parties à analyser séparément, mais plutôt percevoir la façon dont ils affectent l’autre en temps réel.

« S’il n’existe aucun changements dans le champ, il n’y aura pas de changement dans le comportement. »

Variables pertinentes

Comme dans un champ de forces, toutes les parties s’influencent mutuellement. Pour comprendre notre comportement, nous devons prendre en compte toutes les variables qui interviennent en temps réel : tant au niveau individuel qu’à celui du groupe. Par ailleurs, ces éléments ne peuvent pas être analysés isolément, mais plutôt se concentrer sur l’étude de leurs interactions afin de disposer d’une vision holistique de ce qui se passe. Pour expliquer cela, Lewin (1988) a présenté trois variables qu’il considérait fondamentales. Ces dernières sont :

  • La force : la force est la cause des actions, de la motivation. Lorsque existe un besoin, une force ou un champ de force est produit, ce qui génère une activité. Ces activités ont une valence qui peut être positive ou négative. À son tour, la valence des activités dirige des forces vers d’autres activités (positives) ou contre elles (négatives). Le comportement en résultant répond au mélange psychologique de différentes forces.
  • La tension : la tension est la différence entre les objectifs proposés et l’état actuel de la personne. La tension est interne et nous pousse à mener à bien l’intention.
  • Le besoin : il s’agit de ce qui initie les tensions motivantes. Lorsqu’il existe un besoin physique ou psychologique chez l’individu, un état de tension interne est éveillé. Cet état de tension amène le système, dans ce cas la personne, à se modifier pour essayer de restaurer l’état initial et satisfaire le besoin.

Lewin affirme que la théorie du champ détermine quels sont les comportements possibles et impossibles de chaque sujet. La connaissance de l’espace vital nous permet de prédire raisonnablement ce que la personne va faire. Tout comportement, ou du moins tout comportement intentionnel, est motivé : les tensions le stimulent, les forces le déplacent, les valences le dirigent, et il possède des objectifs.

cerveau humain

Les motivations

Kurt Lewin (1997) affirme que nos actions peuvent s’expliquer à partir d’un fait : nous percevons des voies et des moyens particuliers pour décharger certaines tensions. Nous sommes attirés par les activités que nous considérons comme des moyens de relâcher les tensions. Pour Kurt, ce type d’activités aurait une valence positive et nous expérimenterions dès lors une force qui nous pousse à les réaliser. D’autres activités auraient l’effet inverse : elles augmenteraient la tension et auraient donc un effet répulsif.

Pour mieux comprendre cela, nous allons parler d’un besoin que nous avons tous : le besoin de reconnaissance.  Lorsque ce besoin se fera sentir, une motivation surgira pour obtenir la reconnaissance dans un domaine qui nous intéresse. Une telle motivation aura une valence positive qui nous amènerait à agir pour être reconnu.

Une tension surgira entre la situation actuelle et la nécessité de parvenir à la reconnaissance. Tout cela nous conduira à réfléchir sur les actions possibles en vue d’obtenir la reconnaissance et, en fonction du domaine dans lequel nous souhaitons être reconnu, nous réaliserons l’action que nous croyons qui nous donnera une chance d’obtenir une telle reconnaissance.

Bibliographie

Caparrós, Antonio (1977). Histoire de la psychologie Barcelone : ​​Circle Editor Universe.

Díaz Guerrero, Rogelio (1972). L’évolution psychologique selon Kurt Lewin : Deux conférences.

Fernández, Alejandra (1993). Kurt Lewin (1890-1947) : Une évaluation actuelle de son importance pour la psychologie. Madrid : Université nationale de l’enseignement à distance.

Lewin, Kurt (1988). La théorie du domaine en sciences sociales. Barcelone : ​​Paidós.

Lewin, Kurt (1997). Résoudre les conflits sociaux : théorie des champs en sciences sociales. Washington, DC : American Psychological Association.