La théorie de la réactance psychologique : la rébellion sans cause et sans canal

17 février 2019
En quoi consiste la théorie de la réactance psychologique ?

Nous avons tous déjà rencontré une de ces personnes qui semble résister à tout. Si vous lui dites d’aller à gauche, elle va à droite. Si vous lui dites c’est en haut, elle dit que c’est en bas. Lorsque nous lui demandons pourquoi, elle répond généralement qu’elle n’a pas à être comme les autres, ou qu’elle est simplement comme ça, ou des arguments de cette nature. Si vous vous retrouvez dans ce cas de figure, vous êtes face à une attitude qui a donné naissance à une théorie : la théorie de la réactance psychologique.

La théorie de la réactance psychologique affirme que certaines personnes présentent un biais dans leur façon de percevoir l’ordre social et leur place dans celui-ci. C’est pourquoi elles sont réticentes à suivre des règles, des indications ou des modèles. C’est plus motivant pour elles de suivre une voie différente.

Ces personnes considèrent souvent les règles comme une restriction à leur liberté ou comme une imposition inutile. Elles s’enorgueillissent de leur propre rébellion, même si cette rébellion n’a pas pour but d’atteindre un objectif pertinent. En réalité, la plupart du temps, il n’y a pas d’autre objectif que d’aller à l’encontre de la norme pour le plaisir. Parfois elles le font ouvertement et d’autres fois avec dissimulation.

Beaucoup adoptent des attitudes réactives lorsqu’ils sentent que leur liberté est menacée. Cependant, il y a des gens qui poussent cela à l’extrême. On les appelle des « rebelles sans cause ». Cela peut entraîner de nombreux désagréments dans leur vie. Examinons cela plus en détail.

« Puisqu’on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles. »

-James Dean-

réactance psychologique et rébellion
La théorie de la réactance psychologique et ses paramètres

Selon la théorie de la réactance psychologique, il existe une série de paramètres qui définissent si un comportement correspond ou non à la réactivité. Parfois, les gens opposent une résistance aux règles en raison de leur caractère arbitraire ou injuste. Dans d’autres cas, c’est une inclination de leur personnalité qui les y conduit.

Les paramètres clés, selon la théorie de la réactance psychologique, sont les suivants :

  • Perception de la liberté : la personne ne se sent libre que si elle peut se débarrasser d’une certaine norme ou d’un certain paramètre qui s’exerce sur elle. Si cela se produit, elle se sent libre, bien que dans d’autres aspects elle reste contrainte.
  • Proportionnalité avec la menace : plus la menace est forte sur un certain comportement, plus la réactance est élevée. Si une liberté est éliminée, la réactance atteint son point culminant.
  • Importance de la liberté : la personne éprouve une plus grande réactance lorsque les libertés qui sont très importantes pour elle sont restreintes. Si elles ne le sont pas, leur réactance diminuera.
  • Relation avec d’autres libertés : si la liberté menacée est liée à d’autres libertés, la réactance aura tendance à s’activer avec plus de force.
  • Source de la menace : moins la source de la menace à la liberté est légitime, plus la réactance sera forte.

L’exemple le plus typique de réactance est identifié chez les adolescents. Lorsqu’un parent, par exemple, limite son heure de retour, il est fort possible qu’une réactance aiguë soit activée si la figure du parent n’est pas très respectée ou considérée comme légitime. Il est alors probable que l’adolescent cherchera le moyen de ne pas respecter l’ordre donné.

réactance psychologique chez les adolescents

Les effets de la réactance

La théorie de la réactance psychologique souligne que ce type de comportement est problématique et génère une série de conséquences pour la personne et son environnement. C’est une façon déformée de traiter les désaccords, créant un vide normatif inquiétant.

Les principales difficultés sont les suivantes :

  • Ce comportement forge des liens de manipulation mutuelle. Cela se produit lorsque l’un résiste et que l’autre utilise la ruse pour vaincre la résistance. Comme lorsque l’employé viole une règle, que l’entreprise impose une sanction, mais que l’employé viole une autre règle afin de ne pas se conformer à la sanction….
  • Cela implique une dépense inutile d’énergie émotionnelle. Ce que fait la réactance, c’est d’aggraver encore plus tout conflit au lieu de le résoudre. Soutenir un conflit sans capitulation exige de grands efforts, alors qu’en réalité, ce conflit n’en vaut peut-être pas la peine.
  • Elle nourrit les préjugés et les biais. La réactance nous empêche de voir le vrai sens d’une restriction. Toutes les limites à la liberté ne sont pas négatives. Nombre d’entre elles visent à assurer un plus grand degré de justice ou de bien-être collectif.

Lorsqu’une règle ou un mandat porte atteinte à la liberté individuelle dans un domaine essentiel, la rébellion est tout à fait légitime. Cependant, c’est tout à fait différent de l’adoption d’une attitude de désobéissance systématique. Nous parlons ici d’une attitude qui peut énormément épuiser la personne qui s’en sert comme d’un bouclier, mais aussi les personnes de son entourage. De plus, elle va très probablement s’éloigner de ses buts et de ses objectifs originels en se comportant ainsi.

 

DARPY, D. & I. P.-A. (2007). Le rôle de variables psychologiques individuelles dans un cadre relationnel. In Actes du XXIIIème Congrès International de l’AFM, Aix-les-Bains.