La peur de l'insignifiance : l'épidémie actuelle

De nos jours, nous nous comparons à des personnages inaccessibles, à des produits de marketing, et cela nous fait sentir désavantagés. Cette peur de l'insignifiance est l'une des épidémies modernes. C'est vraiment triste, car la plupart des images sont fausses et très sélectives. Il est très important que les gens apprennent à avoir leurs propres valeurs et leurs propres objectifs.
 

La peur de l’insignifiance est l’une des épidémies actuelles. Les humains sont des comparateurs et des êtres envieux. Nous avons besoin d’une référence pour savoir si nous sommes dans un endroit qui nous permettra de survivre ou non. À qui nous comparons-nous en ce moment ? Aux membres de notre famille ou avec les gens qui sont dans notre ville, ou dans notre quartier. Et eux font exactement la même chose.

Nous nous comparons maintenant à des personnages inatteignables, à des produits de marketing ; des comparaisons dans lesquelles nous sommes toujours « perdants ». Cette peur de l’insignifiance est l’une des épidémies modernes. C’est douloureux car, en réalité, la plupart des images sont manipulées.

Face à cela, il est très important que les gens apprennent à avoir leurs propres valeurs et à se fixer leurs propres objectifs. Comme nous sommes une société qui fonctionne si peu à l’intérieur, la peur de l’insignifiance a gagné du terrain, il y a beaucoup de gens qui grandissent sans savoir clairement ce qui est important pour eux.

Ne le faites pas pour la gloire, vous n’avez pas besoin d’être quelqu’un ; nous sommes tous quelqu’un dès la naissance.

Une femme ayant peur de l'insignifiance

 

La peur de l’insignifiance : face à de nombreux influenceurs, peu de référents

Nous vivons dans un monde technologique, tendant aussi vers un monde encore plus technologique. Nous avons à notre disposition des moyens qui nous permettent de communiquer globalement de manière personnelle ou anonyme.

Les réseaux sociaux nous offrent un espace pour exprimer ce que nous ressentons et pensons. Ils sont utilisés par les marques pour se rapprocher des gens et par les gens pour se rapprocher des marques.

Les entreprises consacrent de plus en plus de budget à l’augmentation de leur communauté d’adeptes actifs sur les réseaux sociaux ; elles recherchent des personnes pour recommander leurs produits et services au lieu de faire de la publicité directement. De plus en plus d’entreprises parient sur cette formule et, surtout, de plus en plus sont prêtes à payer pour l’obtenir.

La plupart des influenceurs sont des marques masquées. Projeter des vies manipulées n’a aucune influence. Le danger que peut générer un grand nombre d’influenceurs réside dans le prototype déformé qu’ils projettent comme référence. Rappelons à ce stade l’importance de l’éducation, de la responsabilité et de l’effort personnel. Nous menons nos jeunes dans le mauvais chemin. Ils ne doivent pas souhaiter une charge légère, mais un dos solide.

 

Nous vivons dans un monde où les marques veulent être des personnes et les gens veulent être des marques

Le stigmate négatif de la médiocrité : la normalité dévalorisée

Une femme envahie par la peur de l'insignifiance

La normalité fait bouger le monde. La normalité a marqué et continuera de marquer notre évolution en tant qu’espèce. Aujourd’hui, le sentiment de dévaluation vers la normalité est de plus en plus présent, alors qu’elle est l’un des piliers fondamentaux du fonctionnement de nos sociétés.

De plus en plus de parents essaient de faire ressortir leurs enfants dans un domaine, sport, école, musique, etc. ; le problème est qu’ils sont prêts à payer un prix très élevé pour y parvenir (dans certains cas, ils ne sont même pas conscients qu’ils en paient le prix). Cela renforce la crainte actuelle de l’insignifiance. Notre mission sera de semer chez les petits l’idée qu’ils sont eux-mêmes responsables des objectifs et des buts qu’ils poursuivent, avec tout ce que cela implique.

Éduquer à la frustration, à l’effort personnel et au collectif, à l’initiative individuelle, donnera à la génération montante une chance de ne pas souffrir de cette épidémie. Pensons que, dans de nombreux cas, cette peur de l’insignifiance se traduit par des troubles d’anxiété et des dépressions.

 

Être important dans la société ne nous garantit pas le bien-être ou le bonheur, et peut même ne pas nous aider ou nous nuire. Les nouvelles épidémies sociales nous détournent de nous-mêmes, de nos propres objectifs. Elles nous bombardent constamment d’objectifs extérieurs et étrangers, créant directement ou indirectement des insatisfactions et des besoins inexistants pour alimenter une consommation excessive.

 

  • Castoriadis, C. (1998). El ascenso de la insignificancia. Universitat de València.
  • Punset, E. (2014). El mundo en tus manos: no es magia, es inteligencia social. Grupo Planeta Spain.