La pantophobie : concept, symptômes et traitement

· 19 juillet 2018

Un vieux proverbe écossais dit qu' »il n’y a pas de remède contre la peur ». Ce serait un problème très grave pour les personnes souffrant de pantophobie. D’une manière ou d’une autre, nous avons tous eu le même sentiment qui handicape sévèrement ces personnes : une étrange peur de quelque chose qui nous est inconnu, qui nous est caché, que nous sommes incapables d’expliquer.

Cette peur de l’inconnu a un nom : la pantophobie. Si vous en souffrez, ne vous inquiétez pas, il s’agit d’une phobie qui répond bien à un certain nombre de thérapies. Dans cet article, nous voulons parler de ce qu’elle est véritablement, des symptômes qu’elle cause et de la façon dont nous pouvons nous en débarrasser ou la faire disparaître. Comme pour toutes les autres phobies, le comportement d’évitement dans ce cas n’est pas non plus valable, même si c’est celui que nous avons tous tendance à adopter naturellement.

« Ce qui me fait peur, c’est ta peur. »

-William Shakespeare-

Le concept de pantophobie

La pantophobie est une phobie qui est une vague peur d’une menace inexpliquée provenant d’une source inconnue. C’est une peur irrationnelle qui se déchaîne sans aucune logique. Comme pour toutes les phobies, la personne comprend à quel point cette peur est inadaptée. De plus, cette condition est connue sous le nom de « peur de tout » et s’appelle omniphobie, panphobie ou pantophobie donc. Cependant, l’origine du nom se trouve dans l’ancien dieu grec Pan, qui a inculqué la peur dans le peuple.

Cette phobie se caractérise par une préoccupation excessive pour un ou plusieurs événements. Elle est considérée comme une phobie limitante, car elle influence et conditionne le comportement de la personne qui ressent la peur.

les caractéristiques de la pantophobie

Les causes de la panophobie

Il y a plusieurs causes qui peuvent provoquer ce trouble. Généralement, le patient ne se souvient pas du moment où il l’a ressenti pour la première fois, bien qu’il se souvienne plus souvent du moment où cette peur a commencé à devenir une source majeure d’inconfort.

En règle générale, on prétend que l’origine provient de phobies antérieures plus spécifiques, comme l’arachnophobie ou l’aviophobie. Tous peuvent rendre une personne plus vulnérable à la phobie qui se trouve le plus proche d’elle. Parmi les causes les plus courantes, on trouve l’expérience d’événements traumatisants, l’héritage génétique et aussi la propre expérience – la sienne ou celle des autres – comme celle des enfants qui ont observé l’attitude craintive de leurs parents ou des figures de référence et qui, par exemple, se sont vus inoculer cette peur.

Les symptômes de la pantophobie

Comment savoir si vous avez ce problème ? Il existe un certain nombre de symptômes identifiables, comme la peur irrationnelle des objets, des situations, des personnes, des animaux, etc. Le fait est que le sentiment de peur est constant et difficile à expliquer.

Le problème peut atteindre des niveaux inquiétants lorsque la personne concernée évite les situations, les gens et les contacts à cause de cette peur irrationnelle. C’est le moment de vous mettre entre les mains de professionnels. La personne peut rester dans un état d’hypervigilance, souffrant d’une montée constante d’adrénaline pour maintenir le niveau d’activation qui soutient cette vigilance continue.

De plus, les patients vivent souvent avec d’autres problèmes mentaux, comme la dépression, la tristesse ou l’anxiété. Elle se manifeste également chez les personnes ayant une faible estime de soi, un sentiment élevé de culpabilité et un faible locus de contrôle.

Parfois, il y a une peur de perdre le contrôle ou un désir constant de fuir la situation stressante qui, selon le patien, cause la peur. On peut aussi trouver une corrélation sur le plan physique : tremblements, transpiration excessive, étourdissements, palpitations, tremblements, respiration agitée, vomissements, douleurs corporelles et abdominales et tensions corporelles.

traitement de la pantophobie

Traitement de la pantophobie

Heureusement, c’est une phobie qui a des traitements spécifiques. Bien sûr, n’importe lequel d’entre eux sera appliqué après l’évaluation d’un psychologue qualifié. En tant que spécialiste, il sera chargé d’adapter l’intervention aux caractéristiques du patient. Certains des outils qui sont souvent utilisés dans l’intervention sur cette phobie sont :

  • Désensibilisation systématique : vise à réduire les réactions d’anxiété lors de l’exposition à des situations redoutées et des objets pour éliminer les réactions de fuite.
  • Thérapie cognitive-comportementale : elle est basée sur l’étude des croyances irrationnelles et déformées qui conduisent une personne à développer le trouble afin qu’elle cesse de les percevoir comme un danger.
  • Auto-instructions : dérivées de la thérapie précédente, elles consistent à changer le comportement de la personne affectée en verbalisant la situation qui produit de l’inconfort.
  • Pleine conscience : une technique complémentaire qui invite le patient à vivre le moment présent, en se concentrant sur l’ici et maintenant, en acceptant le désagréable comme faisant partie de son expérience et en renonçant au contrôle direct.
  • Médicaments : les médicaments peuvent être nécessaires dans les cas les plus graves, dans lesquels le patient souffre d’une phobie extrêmement élevée.

Fort heureusement, nous pouvons constater qu’il existe de nombreux outils à disposition des professionnels pour planifier une bonne intervention. Mais, pour que l’intervention soit réussie, il manque un ingrédient fondamental : nous voulons parler de l’attitude du patient, qui devra être disposé à travailler et à faire confiance au spécialiste pour que ce dernier puisse le soigner.