La négligence émotionnelle, l’abandon affectif durant l’enfance

· 28 février 2018

L’OMS définit la maltraitance infantile comme un terme très ample qui comprend les abus et l’inattention envers les enfants ayant moins de 18 ans. Par ailleurs, cela inclut tous les types de mauvais traitements physiques et émotionnels, d’abus sexuels, de négligence, d’exploitation commerciale ou de tout autre genre qui créent des dommages réels ou potentiels au niveau de la santé de l’enfant ou constituent une nuisance pour sa survie, son développement ou sa dignité dans le contexte d’une relation de responsabilité, de confiance ou de pouvoir (OMS, 2003).

Dans notre cas, nous allons nous concentrer sur le domaine de la négligence infantile. Malheureusement, ce n’est pas la première fois que nous entendons parler, dans les journaux télévisés, d’un ou plusieurs enfants enfermés chez eux et totalement négligés, sales ou mal nourris. C’est précisément ce qu’on appelle la négligence infantile.

Qu’est-ce que la négligence et quels types de négligence peut-on rencontrer ? Quelles sont les conséquences de ce type de mauvais traitements pour les enfants ? Nous allons maintenant essayer de répondre à ces questions et d’approfondir le sujet.

Définition et types de négligence infantile

La négligence se définit comme la forme de maltraitance qui consiste en l’échec répété, de la part des parents ou des tuteurs de l’enfant, à lui fournir les standards minimums d’alimentation, de vêtements, d’attention médicale, d’éducation, de sécurité et/ou d’affection. En d’autres termes, la satisfaction de ses besoins basiques, aussi bien physiques qu’émotionnels.

maltraitance infantile

Il existe deux types bien différenciés de négligence :

  • La négligence physique/cognitive : elle fait référence à cette situation au cours de laquelle les besoins physiques de l’enfant, comme l’alimentation, l’habillement et l’hygiène ou les soins médicaux ne sont pas pris en compte par l’adulte qui est responsable de l’enfant, que ce soit de façon temporelle ou permanente.
  • La négligence émotionnelle : elle fait référence au manque persistant de réponse face à des signaux (pleurs, sourires), des expressions émotionnelles et des comportements cherchant à atteindre une proximité et une interaction de la part de l’enfant. Elle concerne aussi le manque d’initiative au niveau de l’interaction et du contact de la part d’une figure adulte stable.

À partir de maintenant, nous allons nous centrer sur ce dernier type de négligence infantile : la négligence émotionnelle.

Les indicateurs d’une négligence émotionnelle infantile

Il existe trois grands indicateurs de négligence émotionnelle qui comprennent les comportements suivants:

  • Ignorer : cela se produit quand les parents ignorent les tentatives et les besoins d’interagir de l’enfant et ne reflètent aucune émotion dans leur relation. Par exemple, il s’agit de parents qui n’interagissent avec leur enfant que quand c’est absolument nécessaire. On se trouve ici face à une absence total d’expressions d’affection, de soin et d’amour envers l’enfant.
  • Rejeter l’attention psychologique : les parents refusent d’initier un traitement pour un problème émotionnel ou comportemental sévère de l’enfant. Dans ce cas, les professionnels compétents ont signalé le besoin d’accéder à un traitement et les parents ont refusé de le suivre.
  • Retarder l’attention psychologique : dans ce cas, les parents ne refusent pas l’attention psychologique d’un professionnel mais ne cherchent pas à fournir l’aide psychologique nécessaire. Cela se produit quand l’altération émotionnelle ou comportementale de l’enfant est évidente et extrême (par exemple, une tentative de suicide).
petite fille et ours

Variables qui interviennent dans l’abandon ou la négligence infantile

Face à ces comportements aussi difficiles à imaginer quand nous parlons d’une relation parents-enfants, il est habituel que nous nous demandions quels types de familles ont plus tendance à mettre en place cette négligence. Diverses études sont d’accord au niveau de l’intervention des variables suivantes:

  • Relations de couple instables. Il existe des difficultés de communication entre les conjoints et un déséquilibre au niveau de l’équilibre du pouvoir.
  • Les relations conflictuelles avec la famille proche. Par exemple, les parents ne demandent pas d’aide aux grands-parents quand ils ont besoin que quelqu’un s’occupe des enfants.
  • Des relations sociales rares, voire nulles, chez les tuteurs. Il n’y a pas de contact avec des voisins et/ou des amis et ils se refusent à demander de l’aide.
  • Aucun adulte n’assume la responsabilité au niveau des tâches domestiques et elles sont souvent réalisées par l’un des enfants.
  • Vivre dans des espaces réduits où la sécurité et l’hygiène sont déficitaires. Dans la majorité des maisons, il manque des services importants comme l’eau chaude.
  • Des habitudes d’éducation, d’attention et de soin inadéquates par rapport à l’enfant. Les parents ne connaissent pas les besoins de leurs enfants, leur perception de ces derniers est complètement négative, ils communiquent très peu entre eux et ne passent pas de temps ensemble.
  • Niveau éducatif des tuteurs/progéniteurs très bas. Les parents n’ont presque pas suivi d’études et ne montrent pas d’intérêt envers leurs enfants dans ce domaine.
  • La situation professionnelle des tuteurs/progéniteurs est habituellement instable. Même si les parents travaillent, il s’agit d’emplois sporadiques qui ne génèrent aucune satisfaction.
  • Antécédents parentaux d’absence de protection: l’un des tuteurs au moins a été victime, au cours de son enfance, de situations d’abandon. Il est habituel de les voir se montrer réticents au moment de parler de leur passé.
négligence infantile

En définitive, la négligence émotionnelle est un problème très complexe et beaucoup de facteurs doivent être pris en compte pour la définir. Cela ne veut pas dire que, même s’il s’agit d’un sujet complexe, son importance n’est pas urgente. Bien au contraire, on a pu observer que les conséquences à long terme chez ces enfants peuvent même être plus graves que dans le cas de la maltraitance physique.