La musique et Alzheimer : le réveil des émotions

· 10 mars 2018

La musique et Alzheimer ont une relation étrange, puissante, fascinante. Des patients à un stade avancé de la maladie font l’expérience soudaine d’un réveil étonnant en écoutant une chanson de leur jeunesse, cette musique pleine de rythme qui, presque sans savoir comment, débloque des souvenirs et des capacités cognitives jusqu’à les envelopper dans un océan de merveilleuses émotions…

Certains disent qu’il s’agit d’un mystère. Les neurologues commentent que notre cerveau, pour une raison que nous ignorons encore, préserve de façon intacte ces aires liées à la mémoire visuelle à long terme. Les psychologues, de leur côté, ainsi que les thérapeutes et les proches qui s’occupent quotidiennement de ces êtres aimés, savent que la musique est par-dessus tout une consolation pour ces personnes souffrant d’une maladie dévastatrice.

Ecouter de la musique ou chanter peut être très bénéfique au niveau émotionnel et comportemental chez des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de tout autre type de démence. 

Le nom de Glen Campbell vous est peut-être familier. Ce fut l’une des icônes de la musique country aux Etats-Unis dans les années 60 et 70. Il décéda il y a peu de temps, après une dure cohabitation avec Alzheimer. Son histoire pourrait être une histoire quelconque, comme celle de tant de gens qui, après avoir eu une vie fabuleuse, pleine de succès, de difficultés et de moments inoubliables, doivent faire face à une maladie qui efface ou embrume les souvenirs.

Or, le cas de Glen Campbell a été l’un des plus frappants d’un point de vue clinique, et pour une raison très concrète: il n’a jamais cessé de chanter ou de jouer de la guitare. Qui plus est, quand il le faisait, il retrouvait une partie de sa lucidité, jusqu’au point de pouvoir réaliser certains concerts au cours desquels il parlait parfois avec son public, commentant que, curieusement, il avait réussi à se débarrasser de l’alcool mais pas de cette « détestable » maladie.

Un cas fascinant, une histoire qui nous invite à nous demander ce qu’il y a derrière cette relation entre la musique et Alzheimer…

glen campbell

La musique et Alzheimer, un mystère qui commence à se résoudre

On le sait depuis longtemps. Les scientifiques ont toujours su qu’il existait un lien singulier entre la musique et Alzheimer, un mur de contention avec lequel un étrange accord était atteint: la dégénération progressive du cerveau n’affecte pas ces structures liées à la mémoire musicale à long terme. Or, il y a peu de temps, grâce aux nouvelles techniques de neuro-imagerie, on a pu observer une chose aussi intéressante que révélatrice.

Selon une étude menée à l’Institut de sciences cognitives et cérébrales humaines Max Planck à Leipzig, on a réussi à replacer pour la première fois ces aires liées à la mémoire musicale, en découvrant, comme s’y attendaient les chercheurs, qu’elles étaient (presque) intactes.

Le docteur Jörn-Henrik Jacobsen, responsable de ce travail, a indiqué que jusqu’à très récemment, on avait maintenu l’idée selon laquelle nos capacités musicales se trouvaient dans les lobes temporaux. Or, les diagnostiques ont très clairement montré autre chose: la mémoire musicale se trouve dans le cortex cérébral moteur supplémentaire. Alzheimer et son ombre destructrice n’arrivent pas avec autant d’impact dans cette aire privilégiée, dans ce coin magique de notre cerveau. La perte de neurones y est moins importante et le dépôt de protéine amyloïde n’est pas aussi affecté. En d’autres termes, la fonction de cette aire reste active, en fonctionnement.

cerveau

Par ailleurs, un autre aspect intéressant qui a pu être observé est le suivant: au fur et à mesure que la maladie avance en usant nos processus cognitifs, de nouvelles connexions apparaissent dans la circonvolution gingivale. C’est comme si le cerveau lui-même essayait de préserver, presque de façon désespérée, une partie de l’essence de la personne en activant ces zones liées à la musique et à nos émotions.

Et c’est là que demeure une trace de notre souffle vital, attendant en silence que la musique nous réveille pendant un instant, un merveilleux fragment de temps au cours duquel nous pouvons (presque et seulement presque) redevenir nous-mêmes…

Les bénéfices de la musique chez des patients atteints d’Alzheimer

Nous savons une chose au sujet de la relation entre la musique et Alzheimer: la première influe sur notre registre autobiographique. Il y a des moments de notre cycle vital qui sont liés à une chanson, à une mélodie, à un contexte déterminé, aux personnes qui le créaient et aux émotions ressenties.

Ainsi, quand une personne souffrant d’Alzheimer écoute une mélodie significative pour elle, en lien avec sa personne et son passé, cette musique parvient à :

  • Réduire l’anxiété et l’angoisse
  • Diminuer l’agitation
  • Améliorer son humeur et faire en sorte que la personne se connecte à nouveau avec son entourage. Le plus fascinant est qu’il s’agit d’une connexion émotionnelle, une sorte de réveil des sentiments, du plaisir et de la joie qui, quelques secondes auparavant, étaient en léthargie totale

Comment aider la personne que j’aime et qui est atteinte d’Alzheimer à travers la musique ?

Une fois arrivés à ce point et en sachant qu’il existe une relation directe très positive entre la musique et Alzheimer, il est possible qu’un grand nombre de nos lecteurs ayant un proche atteint de cette maladie souhaitent profiter d’un instant de connexion avec lui. Qui plus est, nous souhaitons par-dessus tout voir comment se dessine ce sourire sur son visage.

Par conséquent, prenons bien en note ces normes que nous pouvons mettre en oeuvre pour bien agir :

  • Pensez aux préférences musicales de votre proche, ces chansons, ces mélodies, ces ballades ou concerts qui font partie de sa vie
  • Choisissez le moment le plus adéquat, un instant de la journée où il est tranquille
  • Créez un environnement propice, sans stimuli extérieurs, dans une chambre paisible et confortable
  • Mettez des écouteurs à votre proche. L’expérience musicale est plus significative, la concentration est plus intense et l’effet reste plus longtemps dans le cerveau
  • Encouragez le mouvement, aidez-le à suivre le rythme, tapez dans vos mains, faites des mouvements avec les pieds ou essayez de danser avec lui. L’expérience sera encore plus gratifiante
vieille dame

Enfin, faites bien attention à sa réaction. Il est possible que certaines musiques ne lui plaisent pas ou que d’autres l’invitent à réagir de façon plus positive. Quoi qu’il en soit, le plus important est que nous soyons présents avec eux, que nous les sentions en harmonie avec nous et que, pendant un instant, nous les étreignions en sentant comment leur essence et leur être authentique émerge à nouveau…