La fille avec les bracelets au poignet

· 29 octobre 2018
Par où commencer pour raconter cette histoire. Mon histoire. Comment vous dire que j'avais tout et que je l'ai perdu sans savoir comment. Comment vous faire comprendre que ce qui est arrivé n'est pas de ma faute. Que ce fut une question de tout ou rien. De vouloir être aimée et d'éviter le vide que je ressens tous les jours.

J’avais tout, mais quelque chose appelé trouble de la personnalité limite a fait que je l’ai perdu petit à petit pour devenir la fille avec les bracelets au poignet.

Peut-être que vous ne serez pas capable de me comprendre, la plupart des personnes ne le comprennent pas. Il est très difficile de se mettre à la place de l’autre lorsque l’autre ne se comporte pas, ne ressent pas ou ne pense pas comme la plupart des gens. Mais je vais vous raconter un secret. Même si nous ne pensons pas ou n’agissons pas comme vous, cela ne signifie pas que nous n’avons pas de sentiments.

Je vous demande de lire désormais, de m’écouter et d’essayer de vous mettre à ma place. Je veux vous raconter mon histoire même si je ne sais pas quand cela a commencé ou si elle est arrivée à son terme. Je veux que vous sachiez ce que l’on ressent lorsque nous souffrons d’une maladie mentale et que personne ne vous comprend, obtenant ainsi en retour tout ce que nous essayons d’éviter : la solitude et le rejet.

« Entre vous et moi, il n’y a qu’un seul diagnostic de différence. Mais cette étiquette sert à me déshumaniser et à vous faire croire que vous êtes meilleur que moi. »
fille avec les bracelets au poignet

L’histoire de la fille avec les bracelets au poignet

Comme je l’ai dit, je ne sais pas exactement quand tout a commencé. Même si je pense que cela aurait pu intervenir avec le changement de ville, lorsque j’ai commencé l’université. Je n’avais jamais été seule dans un nouvel endroit, j’avais toujours vécu au même endroit avec les mêmes personnes. Cela m’a généré une grande anxiété, parce que l’idée de ne pas être conforme, d’être seule, me faisait de plus en plus peur.

C’est pourquoi, dès le début, j’ai décidé d’être la fille cool du groupe universitaire. Cela impliquait d’être mince et toujours parfaite, du moins le pensais-je. J’ai commencé à vomir lorsque je pensais que je mangeais trop. J’ai même sauté des repas ou essayais de ne pas manger devant les autres. Je buvais trop également, à en perdre le contrôle. Parce que je pensais que de cette façon ils m’accepteraient mieux. Et que je me débarrasserais de ma timidité.

Et puis il est apparu. Le garçon au sourire parfait. Le garçon de mes rêves. Et le but de toute mon existence était basé sur le fait qu’il m’aime autant que je l’aimais. Cela n’avait pas d’importance s’il avait déjà une partenaire, cela n’avait pas d’importance qu’il ne s’intéresse pas à moi. Je l’aimais et aurais fait n’importe quoi pour que cela soit réciproque. Je pensais, non, je ne pensais pas. J’étais convaincu que personne, jamais, ne pourrait lui apporter ce que je pourrais moi.

J’ai découvert où il vivait et ai commencé à lui laisser des lettres d’amour dans la boîte aux lettres. Je me faisais des films dans ma tête dans lesquels nous étions les protagonistes d’une belle histoire d’amour. Que j’ai fini par considérer, avec le temps, comme étant réelle. J’ai essayé de convaincre le reste du monde que sa petite amie était la méchante afin qu’ils se séparent. J’étais tellement obsédée qu’il constituait mon monde, mais un monde qui n’existait pas, ce qui faisait grandir le vide en moi.

fille avec les bracelets au poignet

Les bracelets qui couvrent ma honte

J’ai perdu le contrôle, même de mes sentiments. Tout est devenu blanc ou noir, à m’aimer ou me détester, dans ces « soit tu es avec moi, soit tu es contre moi ». Parce que j’étais la propriétaire des extrêmes de la réalité. Et me refusais de voir les points intermédiaires. Je devins un ouragan de sentiments. J’aimais seulement avec la plus grande intensité. Ou je détestais de toutes mes forces. Mais dans cet ouragan se trouvait l’œil du cyclone, un œil qui montrait le vide qui devenait de plus en plus grand en moi.

Ce vide, qui devenait de plus en plus fort, maquillait de ma réalité une telle sorte que tout n’était qu’émotion envers l’extérieur. Mais moi je ne sentais rien. Alors, cherchant à laisser derrière moi ce vide, cherchant à sentir, j’ai commencé à me couper les poignets. Et c’est à ce moment-là que je suis devenue la fille avec les bracelets au poignet. Car ces bracelets étaient les seuls à couvrir ce que je ne voulais pas montrer.

Mais les bracelets ne guérissent pas tout, ils ne font que cacher ce que je ne veux pas montrer. Cacher la partie de moi que je ne contrôle pas. Cette partie pour laquelle je suis la risée de ceux qui me connaissent parce que pour eux je suis la folle qui exagère. Et moi…moi…je veux juste m’intégrer et sentir quelque chose d’agréable, c’est pourquoi j’ai décidé de demander de l’aide.

Je sais que le chemin sera long. Très long. Mais maintenant il y a de l’espoir. Grâce au traitement que je suis avec mon psychologue clinicien et à certains médicaments prescrits par un psychiatre, je deviens un peu plus moi-même, conforme à mon moi intérieur. J’ai été courageuse et j’ai cherché de l’aide. C’est pourquoi je raconte mon histoire. Si vous ressentez la même chose ou si vous connaissez quelqu’un comme moi, ne riez pas. Derrière ce que vous voyez se trouve un être humain qui se sent perdu. Et qui peut, comme moi, cacher sous les bracelets ce qui lui génère de la douleur. Et en même temps, la honte.