La créativité et le trouble bipolaire : quel est leur lien ?

28 juillet 2018 dans Art et psychologie 0 Partagés
van gogh

Peintres, écrivains, musiciens… Beaucoup d’artistes déclaraient que leurs expériences de dépression leur permettaient de se connecter plus intensément au monde à travers leurs émotions. Cette conscience interne, ce voyage atavique empreint de sentiments contradictoires nous poussent actuellement à nous demander si la créativité et le trouble bipolaire sont liés.

Avant toute chose, un aspect doit être précise. La majorité des personnes créatives ne souffre d’aucun trouble de l’humeur. S’il y a bien quelque chose qui se trouve à mi-chemin entre la tradition et le romantisme, c’est le fait de penser qu’une bonne partie des artistes les plus reconnus illustraient ce lien que beaucoup appelaient (et continuent d’appeler) « la folie du génie ».

« Le lunatique, l’amant et le poète ont une imagination prodigieuse. »

-Shakespeare-

Il faut savoir que le trouble bipolaire est difficile à diagnostiquer. Nous ne pouvons donc pas nous aventurer à affirmer à 100% que des personnalités comme Van Gogh, Virginia Woolf ou Ernest Hemingway en souffraient. Cependant, les tristes dénouements de leur vie existent bien, tout comme les pistes qu’ils nous ont laissées dans leurs oeuvres.

Nous étiquetons souvent les choses. Nous relions le génie à la folie et le trouble bipolaire à un don permettant d’être particulièrement créatif. Or, rien de cela n’est vrai. Le trouble bipolaire n’est pas un don, c’est une maladie. Nous ne pouvons pas oublier que les cabinets de consultation des psychologues et des psychiatres ne sont pas pleins de fous. Ils sont fréquentés par des personnes qui ressentent trop de choses, qui connectent leurs émotions d’une façon désajustée, parfois incontrôlable…

portrait de van gogh

Y a-t-il une relation directe entre la créativité et le trouble bipolaire? Ce qu’en dit la science

Pour ceux qui souhaiteraient approfondir la relation entre la créativité et le trouble bipolaire, nous vous recommandons la lecture de Kay Redfield JamisonCette psychiatre et professeur à l’Ecole de Médecine de l’Université d’Harvard offre un témoignage direct, décharné mais révélateur sur cette maladie et ce qu’elle implique. Elle-même en souffre. Les témoignages donnés dans des libres comme « Un esprit inquiet » sont tout simplement enrichissants d’un point de vue personnel, humain et clinique.

Lorsque sa maladie est apparue alors qu’elle était adolescente, la vie de Kay Redfield a complètement changé. Elle a vécu des saisons d’exaltation maniaque, des semaines en proie à la colère, à l’euphorie. Elle a aussi présenté des symptômes psychotiques et une grande créativité artistique. Puis elle a franchi le seuil de la dépression et a plusieurs fois essayé de se suicider. Ainsi, même si beaucoup peuvent penser que la seule chose positive du trouble bipolaire est le génie (et la créativité prodigieuse), nous ne pouvons pas oublier une chose: un pourcentage non négligeable de patients qui souffrent de ce trouble finissent par se quitter la vie.

Aucun don ne peut avoir un prix aussi élevé. Kay Redfield le savait et elle a donc dédié sa vie professionnelle à cette maladie. Elle a cherché à comprendre la relation entre la créativité et le trouble bipolaire. Voyons ce que la science nous dit à propos de ce sujet.

cerveau et lien entre créativité et trouble bipolaire

La première étude sur la créativité et les troubles mentaux

La première étude empirique sur la créativité et sa relation avec les troubles mentaux a été menée dans les années 70. L’Université de l’Iowa soutenait l’hypothèse selon laquelle la schizophrénie avait un lien avec la créativité. Pour cela, un large groupe d’artistes, d’écrivains et de musiciens reconnus a été analysé.

Les résultats ont été plus que révélateurs. La schizophrénie n’avait aucun lien avec cette capacité. Ce sont les troubles comme la dépression majeure et la manie qui ont eu un résultat significatif. La moitié des personnes souffraient de cette maladie.

L’euphorie de la manie et un cerveau plus connecté

Le docteur Redfield a commencé ses études et recherches sur le trouble bipolaire dans les années 90. Ainsi, en collaborant avec plusieurs hôpitaux, elle a pu découvrir les choses suivantes:

  • Les états d’âme très intenses stimulent le processus créatif. 
  • Lors des phases de manie, l’enthousiasme, l’énergie et la confiance en soi sont plus élevés. Le cerveau change. On retrouve une plus grande rapidité de pensée, une plus grande capacité à faire des associations et à générer de nouvelles idées.
  • Les personnes se sentent plus libres que jamais pour aller au-delà de l’ordre établi, faire des expériences, mettre de côté ce monde gris. Elles sont prêtes à donner vie à un monde qui offre plus de possibilités.
  • Les personnes souffrant de manie ou d’hypomanie ne ressentent presque pas le besoin de dormir. Elles sont submergées par l’euphorie, le bien-être et des émotions aussi intenses que provocantes.
  • Au cours de cette phase maniaque et créative, les personnes parviennent à étouffer leur angoisse dépressive. Le fait de la faire taire donne encore plus de force au processus de création.

la créativité et le trouble bipolaire

Attention, toutes les personnes atteintes du trouble bipolaire ne sont pas hautement créatives

Toutes les études sur la créativité et le trouble bipolaire soulignent un même point: toutes les personnes atteintes par cette maladie ne sont pas créatives. Et la majorité des gens avec un énorme potentiel créatif ne souffrent pas, comme nous l’avons dit, de troubles mentaux.

Cependant, il est toujours intéressant de voir que les oeuvres d’art ou les compositions musicales les plus frappantes viennent de personnes qui souffrent de cette maladie. Le docteur Kay Redfield Jamison a noté la chose suivante. Les personnes avec ce diagnostic déclarent que leur créativité est beaucoup plus élevée au cours des périodes de rémission ou quand les symptômes sont légers ou absents.

Quelle en est la raison? Lorsqu’elles sont déprimées, elles ne peuvent pas travailler. Au cours des épisodes maniaques ou psychotiques, leur esprit va trop vite. Il est chaotique et peu cohérent. La créativité, pour atteindre l’excellence, a surtout besoin d’un esprit éveillé mais aussi lucide, centré, tranquille. Le chaos, en tant que point de base, n’est pas l’endroit idéal pour vivre ou créer.

A découvrir aussi