Le jour où mon enfant a perdu son sourire à cause de l’abus sexuel

· 20 juin 2017

Il y a des articles que nous aimerions ne pas avoir à écrire car il y a des mots qui font plus mal que ce que nous croyons. Mais depuis que mon enfant a perdu son sourire à cause d’abus sexuels, je pense que j’aurais dû reconnaître les signes qu’il montrait quand tout cela se déroulait pour pouvoir lui éviter toute la douleur par laquelle il est passé.

C’est pour que vous et vos ami-e-s n’ayez pas à souffrir de cette douleur si difficile à décrire si quelqu’un sans âme fait du mal à votre enfant, que je vous conseille de lire cet article. Ici, je vais expliquer quels sont les signes et les symptômes que présenterait sûrement votre enfant s’il souffrait d’abus sexuels et comment l’aider, en tant que parent, à surmonter cela.

Je sais qu’il s’agit d’un texte dur, mais je sais aussi que ces mots peuvent prévenir d’autres cas. Je préférerais ne pas avoir à écrire là-dessus mais malheureusement, ce type d’abus existe et nos enfants peuvent devenir des victimes potentielles.

J’aimerais pouvoir protéger mes enfants de tout le mal qu’il y a dans le monde, j’aimerais pouvoir éviter leur souffrance et qu’ils soient éternellement heureux. Je sais que je ne peux pas le faire, mais je peux les éduquer pour qu’il soit beaucoup plus difficile de leur faire du mal.

L’abus sexuel de l’enfant, un traumatisme silencieux

L’abus sexuel de l’enfant est plus commun que ce que nous avons tendance à penser car les données montrent que nous ne connaissons que 2% des cas. En effet, dans la plupart des cas, l’enfant ressent de la honte, de la peur et même de la culpabilité à cause de ce qui se passe.

Les abus sexuels sur les enfants ne sont souvent pas effectués de manière agressive, mais sont gardés sous silence grâce à une manipulation émotionnelle perverse, mélangée à un abus de pouvoir qu’un adulte pédophile exerce sur un enfant sans défense.

Le pédophile utilise souvent la manipulation émotionnelle de l’enfant pour atteindre ses objectifs et pour que l’enfant garde le silence. Cette manipulation lui permet d’implanter la culpabilité ou la peur du rejet si ses parents se rendaient compte de ce qui se passe.

De plus, il ne faut pas oublier que malheureusement, la plupart des abus sexuels dans l’enfance sont perpétrés par un membre de la famille. Dans ces cas, ce sont souvent les propres adultes qui gardent le silence par honte face au « qu’en dira-t-on » au lieu d’aider les victimes. Mais ils ne se produisent pas seulement dans la famille. Ils peuvent aussi venir des personnes qui ont un lien avec l’enfant, comme les professeur-e-s, les ami-e-s des parents ou n’importe quel autre adulte, et même des inconnu-e-s.

Signes d’alerte sur un possible abus sexuel de l’enfant

Les signes d’alerte d’abus sexuel que peut montrer votre enfant sont très divers, voici certains d’entre eux :

  • Les changements dans le comportement : des changements brusques d’humeur ou le retrait par rapport au comportement habituel peuvent être le signe que l’enfant traverse une période difficile.
  • Les cauchemars ou l’énurésie qui réapparaît alors que c’était déjà un problème résolu. Le retour à des comportements plus enfantins et la peur sont de grands indicateurs d’abus.
  • La peur face à certains lieux ou personnes : cela peut indiquer que l’enfant a peur de ces endroits car il s’y est passé quelque chose, surtout s’il n’avait auparavant pas peur d’y aller.
  • La thématique sexuelle dans les dessins ou dans les jeux, tout comme l’utilisation d’un langage très sexualisé. Connaître ces termes n’est pas habituel pour les petit-e-s.
  • La douleur, les démangeaisons ou les saignements au niveau des parties intimes : dans ce cas, il est très important de consulter un médecin pour écarter tout abus ou maladies du tractus urinaire.

Comment se comporter avec son enfant quand on a abusé de lui ?

La première chose à faire est de clarifier une chose : même si on a abusé de votre enfant, vous n’êtes pas coupable. Il n’y a pas de recette magique pour éviter que vos enfants souffrent d’abus sexuel car, comme nous l’avons dit, ils peuvent être maltraités par des personnes qui ont votre confiance, comme des proches ou des professeur-e-s.

Ainsi, la première mesure à prendre contre l’abus sexuel se trouve dans la création d’une relation de confiance avec votre enfant. Pour cela, il est nécessaire de savoir que s’il décide de parler, vous allez l’écouter, le croire et surtout le protéger. Il faut qu’il ait la sensation que vous allez l’aider même s’il a l’impression d’avoir fait quelque chose de mal, car c’est sûrement cette sensation qu’il aura. Il aura l’impression d’avoir mal agi et que tout est de sa faute. Votre patience est donc primordiale ici pour dialoguer avec lui, ainsi que votre capacité à lui faire comprendre que même s’il se trompe, vous ne cesserez jamais de l’aimer, que votre soutien est inconditionnel et que vous avez confiance dans ses paroles.

Quand votre enfant souffre d’abus sexuel, ni lui ni vous êtes coupables.

Si, malheureusement, l’abus est déjà passé et que votre enfant a déjà perdu son sourire à cause de cela, n’essayez pas de le sur-protéger ou de le stigmatiser. Ne le faites pas culpabiliser et ne culpabilisez pas non plus. La meilleure chose que vous puissiez faire, c’est de lui permettre de s’exprimer et qu’il se sente écouté-e, lui donner de la tendresse et lui faire comprendre qu’il n’a aucune responsabilité dans ce qui s’est passé.

De plus, votre mission est de lui faire comprendre que vous comprenez qu’il a souffert, qu’il a été très courageux d’affronter cette situation et de lui apporter de l’aide, aussi bien médicale que psychologique. Souvenez-vous que quelqu’un a pu momentanément effacer le sourire de votre enfant, mais il ne lui a pas volé et avec le temps et une aide adaptée, il le récupérera.

Lisez aussi : Les cinq signes qui doivent vous alerter d’un abus sexuel infantile