Je vis pour être heureux, pas pour être commun

La vie est une et trop courte pour que nous n'en jouissions pas à notre manière, nous avons été éduqués dans le commun, mais si notre bonheur était de l'autre côté ?
Je vis pour être heureux, pas pour être commun
Fátima Servián Franco

Rédigé et vérifié par Psychologue Fátima Servián Franco.

Dernière mise à jour : 02 octobre, 2022

En construisant nos vies, nous répétons des schémas établis par d’autres, comme si en les réalisant nous serions immédiatement heureux, mais est-ce vraiment le cas ? La pression culturelle et sociale nous amena à croire qu’il est commun d’aspirer à la stabilité, qu’elle nous aidera à atteindre notre bien-être.

Diverses études sur le bonheur montrent qu’être avec des personnes positives, reconnaissantes et enthousiastes, qui font des activités inhabituelles, nous aide à répandre ce bien-être. Faire des choses hors du commun nous donne une énergie particulière. Cela nous permet de voir la vie d’une manière plus réconfortante ou de découvrir des activités que nous ignorions et dans lesquelles nous sommes doués.

Le trésor le plus convoité de notre époque est de chérir le bonheur. Mais nous pouvons néanmoins nous tromper dans la façon dont nous le recherchons. Copier et répéter les objectifs des autres sans même les questionner, comme ils s’intégreraient dans nos vies, peut nous rapprocher encore et encore de la frustration.

“Le vrai bonheur est de profiter du présent, sans l’anxiété liée à l’avenir”

-Sénèque-

Vivez-vous pour être heureux ?

Paradoxalement, être obsédé par le bonheur peut conduire à plus de malheur. Une étude de June Gruber, professeur de psychologie à l’université de Yale, suggère que la recherche constante de moyens d’être heureux peut conduire à l’angoisse. Cela se produit lorsque ceux qui le recherchent le font en pensant que tout ce qui est suggéré de faire pour atteindre le bonheur leur convient et devrait donc les conduire à ce but. Cela se produit également lorsque, après avoir conçu une stratégie, les premières étapes ne conduisent pas à de grands progrès.

commun

Par conséquent, plus que d’être heureux, nous devons essayer d’être authentiques. Les personnes authentiques, par définition, ont une bonne estime de soi. Ce qui est original est réel et ce qui est authentique est digne de confiance. Alors arrêtons de suivre des chemins communs pendant un moment et dessinons les nôtres. Au début ce sera plus difficile. Ensuite tout sera plus facile car tout ce que nous verrons derrière nous sera lié à nous. Ainsi, nous nous retrouverons dans n’importe lequel des souvenirs que nous sauvons.

On ne peut pas être heureux en vivant la vie des autres. Chaque personne a des caractéristiques particulières et une vision unique de la vie. Il en va de même avec le bonheur.

Dans une étude de 2008 publiée dans le Journal of Counseling Psychology, des chercheurs britanniques explorèrent le fait que les personnalités authentiques sont en corrélation avec le sentiment de vivre authentiquement d’une personne. Ils constatèrent que les personnes qui expriment un sens élevé de l’authenticité maintiennent également des niveaux plus élevés d’estime de soi et de bien-être.

Les personnes authentiques prennent non seulement le temps de réfléchir à leur point de vue sur la vie et les expériences qui les rendent heureux, mais aussi de le partager avec les autres. La majorité le fait avec le parfum de joie qui embaume la défense d’une œuvre personnelle, unique et représentative.

Le bonheur n’est pas le produit d’une chose, mais d’un style de vie.

Si vous voulez être heureux, soyez peu commun

Le Dr Tal Ben-Shahar, professeur à l’Université de Harvard et expert en psychologie positive, soutient que la joie peut s’apprendre. Apprendre comme on apprend à skier ou à jouer au tennis. Avec technique et pratique. Parmi ses principaux conseils pour se sentir heureux figurent des clés insolites.

commun

Parmi tous, célébrer les échecs est l’un des plus importants. Peu de gens célèbrent leurs échecs. Nous nous blâmons plutôt lorsque nous échouons à quelque chose. Ce docteur propose qu’en acceptant les émotions négatives, nous pourrons nous ouvrir pour profiter de la positivité et de la joie. Ainsi, ne pas savoir se pardonner est lié à la présence de troubles comme la dépression, l’anxiété et une faible estime de soi.

Un autre fait commun dans notre société qui nous éloigne du bonheur a trait à la confusion entre bien-être et argent. Beaucoup de gens veulent le premier, mais passent leur temps sur le second. Ils ignorent alors que le bonheur dépend de notre état d’esprit, pas de notre compte courant.

Le bonheur consiste à identifier ce qui est vraiment important et à se concentrer dessus.

Image principale de Mariana Kalacheva

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Le rire est le meilleur moteur du bonheur
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le rire est le meilleur moteur du bonheur

Le rire est l'un des outils les plus sincères dont nous disposons pour communiquer ou atteindre d'autres personnes et créer du bonheur.