Je veux mourir jeune, le plus tard possible

8 novembre 2019
Depuis la nuit des temps, les alchimistes et aujourd'hui les chercheurs du monde entier poursuivent un grand rêve : vaincre la mort. Cette bataille entre la science et la vieillesse, nous l'avons vue dans de nombreux films. Nous distinguerons dans cet article le vrai du faux.

Je veux mourir jeune, le plus tard possible. Dans l’émission d’Iñaki Gabilondo, Cuando ya no esté (émission espagnole), un groupe de scientifiques analyse les progrès de la science en termes de rajeunissement cellulaire et l’impact que cela aurait sur le vieillissement de la population. Il n’existe pas de preuve empirique que la longévité ait atteint le seuil limite de 120 ans. Cela ouvre donc une fenêtre sur une plus longue espérance de vie.

Aubrey de Grey, biogérontologue formé à l’université de Cambridge, est un chercheur connu pour sa ferme conviction qu’une espérance de vie indéfinie est possible. Il est sûr que les scientifiques seront capables de stopper le vieillissement du corps humain. Mais également de mettre au point des stratégies pour nous redonner notre jeunesse.

Certains membres de la communauté scientifique défendent également ces préceptes. Il est très possible que dans les 20 ou 30 prochaines années, nous puissions développer des médecines qui soient capables de transformer une personne âgée de 60 ou 70 ans en une personne jeune de 40 voire 30 ans.

Un couple de personnes âgées en train de se promener

Je veux mourir jeune, le plus tard possible

Les personnes qui vivront 130 ans sont déjà nées. C’est dans ce sens que va Juan Carlos Izpisua, un pharmacien espagnol dont les publications se concentrent sur la biologie de cellules souches et leur développement.

Ses études se dirigent vers l’identification des mécanismes moléculaires et cellulaires responsables du développement de l’embryon. Ses contributions présentent un énorme potentiel dans les domaines des greffes et la lutte contre le vieillissement.

Une équipe de chercheurs de l’Institut de technologie de Californie (Caltech) et de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) est parvenue à développer une technique qui permet d’éliminer les dégâts qui s’accumulent dans les cellules avec l’âge. La méthode pourrait aider à stopper, voire à inverser l’une des principales causes du vieillissement.

L’équipe de scientifiques, sous la direction du biologiste Nikolay Kandul, a réussi à trouver, en effet, une manière d’éliminer les mutations génétiques qui s’accumulent dans les mitochondries. Ces dernières sont de petits granules responsables de la production d’énergie à l’intérieur des cellules. L’étude a été publiée en 2016 dans la revue Nature Communications. 

La vie sur notre planète est formée par la combinaison de quatre lettres, ACGT. Une cellule humaine possède environ 3 milliards de lettres. Des erreurs minimes dans l’alphabet d’une cellule provoquent des maladies, certaines d’entre elles incompatibles avec la vie. On peut freiner cela grâce aux nouvelles avancées en matière de régénération cellulaire.

Pourra-t-on un jour freiné le vieillissement progressif du corps humain ?

La preuve que guérir le vieillissement est possible se trouve dans le fait qu’il existe déjà dans la nature des cellules qui ne vieillissent pas, telles que les germinales, les cancérigènes ou certaines bactéries. En biologie, les cellules les plus connues sont les HeLa, grâce auxquelles on a découvert -dès 1951- que le cancer était immortel, il ne vieillit pas.

Cette nouvelle immortalité modifiera le concept de la société dans son ensemble. En effet, tel que c’est le cas avec les cellules souches, qui ne vieillissent jamais, on pourra appliquer cela à tout le corps.

Mourir jeune : le vieillissement actif

Il existe néanmoins une date cruciale : 2029. C’est l’année où le test d’Alan Turing verra le jour. Ce scientifique britannique assura que le jour arriverait où un être humain ne serait plus capable de distinguer s’il parlait avec un pair ou avec une autre forme d’intelligence artificielle.

Chaque technologie aide à créer une nouvelle technologie. On assiste ainsi à une accélération de l’accélération. Cela permettra dans 10 ou 15 ans qu’un cerveau humain puisse se connecter à Internet. La technologie jouera un rôle crucial dans l’inversement du vieillissement.

Dans le futur, le fait-même de parler, qui est une capacité primitive, se fera grâce à la télépathie. Grâce aux progrès technologiques. Comme s’il s’agissait de magie.

 

  • Bolter, J. D., & Enberg, M. (2017). El próximo paso: La vida exponencial. Obtenido de Entornos aumentados y nuevos medios digitales: https://www. bbvaopenmind. com/wpcontent/uploads/2017/01/BBVA-OpenMind-Jay-Davi-Bolter-Maria-Engberg-Entornosaumentados-y-nuevos-medios-digitales. pdf.
  • https://elpais.com/tag/juan_carlos_izpisua/a
  • Kandul, NP, Zhang, T., Hay, BA y Guo, M. (2016). Eliminación selectiva de ADN mitocondrial con deleción en Drosophila heteroplasmática. Nature communications , 7 , 13100.