Comment aider une personne âgée qui est triste

· 13 avril 2018

La tristesse fait partie de la vie et personne n’y échappe. Cependant, il y a des étapes au cours desquelles elle nous inonde plus facilement. L’une d’elles est celle du troisième âge, ce moment où nous commençons à voir la jeunesse comme un horizon lointain qui s’éloigne progressivement. Beaucoup de gens se demandent comment aider une personne âgée qui est triste et se sent prisonnière de cette émotion qui devient récurrente.

Plusieurs raisons expliquent cette tristesse à cette période de la vie. Comme au cours de l’adolescence, le corps change soudainement et cela échappe à notre contrôle. La relation avec la famille et l’environnement social se transforme également. Beaucoup cessent de travailler lors de cette étape et d’autres doivent faire face à la mort de leur conjoint-e, de leurs amis et de leurs rêves qui ne se réaliseront probablement plus.

Aider une personne âgée qui est triste n’est pas une intervention aussi compliqué que l’on pourrait le croire. Il est vrai que les limitations physiques sont plus grandes, ce qui restreint l’éventail de possibilités. Cependant, la marge est normalement grande et il est possible de trouver des alternatives, des plans et des projets qui peuvent enthousiasmer la personne.

« L’art de vieillir est l’art de conserver un espoir. »

André Maurois

Facteurs de risque pour la dépression

La meilleure façon d’aider une personne âgée pouvant souffrir de dépression est de connaître son niveau de vulnérabilité et de faire attention à ces facteurs qui peuvent augmenter le risque qu’elle en ressente les symptômes. Nous devons bien garder à l’esprit qu’à ce moment de la vie, les pertes sont plus fréquentes et les gains plus exceptionnels, au contraire de ce qu’il se produit pendant l’enfance.

personne âgée

Par ailleurs, il existe d’autres circonstances qui pourraient contribuer à augmenter le risque de souffrir d’une dépression au cours de cette étape de la vie. Voici les principales causes :

  • L’état de santé. S’il existe des problèmes de santé, et plus particulièrement s’ils sont chroniques, le risque de dépression devient plus grand. Surtout dans les cas où des maladies dégénératives sont présentes ou quand la personne ressent une douleur physique fréquente.
  • La personnalitéUne personne peu sûre d’elle-même ou possédant une faible auto-estime aura plus tendance à se laisser emporter par la tristesse à cette époque de sa vie.
  • La condition socio-économique. La dépendance économique ou le manque de ressources lors de cette étape génèrent un plus grand risque.
  • Vivre seul.
  • Avoir un réseau de relations sociales faible ou nul.

En étant conscient de ces facteurs de risque, on peut discerner les premières pistes nous indiquant comment aider une personne âgée qui est triste. Par conséquent, au début, l’essentiel est d’évaluer ces facteurs de risque, d’en parler avec la personne concernée et de chercher des moyens pour qu’ils ne se transforment pas en dépression.

Aider une personne âgée qui est triste

Aider une personne âgée qui est triste ne signifie pas prendre en charge sa tristesse. Une personne déprimée n’a pas besoin qu’on « l’adopte » et encore moins qu’on ait pitié d’elle. Une personne déprimée a besoin de motivation, d’affection, de compagnie et de soutien. Et, surtout, de respect. Il faut accepter ses moments, ses décisions, ses préférences. En la conseillant, en la motivant et en la laissant prendre ses propres décisions. De cette façon, les changements qui se produiront seront plus susceptibles de durer.

regard d'une personne âgée

L’aide, en plus d’être plus efficace quand elle est intelligente et adaptée à la personne, est également plus positive quand elle vient de l’honnêteté et du cœur. Quand nous le faisons parce que la personne nous importe et non pas pour qu’elle cesse de nous ennuyer.

Bien, mais que pouvez-vous faire pour aider une personne âgée qui ne se sent pas bien sur le plan émotionnel ? Voici quelques mesures ponctuelles :

  • Essayez de faire en sorte qu’elle remette en question ses pensées négatives ; son état d’âme la pousse déjà à faire la même chose avec ses pensées positives. Faites-le avec affection. Si elle vous dit qu’elle a l’impression de ne plus pouvoir faire quelque chose de bien, demandez-lui si vous pourriez faire quelque chose pour que cela change. Si elle vous dit que rien ne l’intéresse, laissez-la parler librement de ses raisons, sans les confronter.
  • Ne la laissez pas rester sans rien faire. Aidez-la à trouver de petites tâches productives qui lui permettront de se sentir utile.
  • Développez des sentiments positifs. Aidez-la à se souvenir de bons moments, de grandes réussites, etc. Demandez-lui son opinion et faites-lui savoir que vous accordez de l’importance à sa sagesse et son expérience. Faites-lui savoir que son opinion compte pour vous.
  • Offrez-lui des stimulus pour qu’elle trouve des activités gratifiantes, aussi petites qu’elles soient. Une promenade matinale, la lecture, le jardinage, toute activité est positive.
  • Aidez-la à mettre une routine en place. La tristesse et la dépression poussent souvent la personne à rester au lit ou à passer son temps devant la télévision. Nous pouvons nous asseoir avec elle et réorganiser sa journée. Nous pouvons proposer des choses mais nous ne devons pas oublier que c’est elle qui doit avoir le dernier mot. Si ce n’est pas le cas, nous devrons effectuer un travail de supervision constante pour qu’elle réalise ces tâches.
personne âgée enlacée

Savoir vieillir est un processus au cours duquel il existe de nombreux moments compliqués sur le plan émotionnel. Nous apprenons beaucoup quand nous découvrons que soutenir ces personnes plus vulnérables est aussi une manière de nous faire nous sentir mieux. De donner un sens à notre vie et à la personne que nous sommes.

*Note d’édition tri: la tristesse, dans son sens le plus strict, est une émotion et ne peut donc pas se prolonger beaucoup dans le temps. Dans cet article, lorsque nous employons le terme de « tristesse », nous faisons davantage référence à un état au cours duquel prédominent la mélancolie, le désespoir et la tristesse.