Jay Haley et la thérapie stratégique

· 11 mars 2019
La thérapie stratégique de Jay Haley se caractérise par le fait que le thérapeute possède une grande initiative.

La thérapie stratégique de Jay Haley se caractérise par le fait que le thérapeute possède une grande initiative. Il doit identifier un certain nombre d’aspects clés. De l’identification des problèmes solubles à la conception d’interventions, en passant par l’établissement d’objectifs. La rétroaction et l’évaluation.

Jay Haley voulait surmonter ce que le moment pouvait dicter et ne pas se concentrer sur les symptômes. Les états mentaux ou les humeurs. Ce qu’il proposait en réalité, c’était de travailler dans des situations sociales. Et non se concentrer sur le travail individuel.

Les postulats de la thérapie stratégique de Jay Haley

Jay Haley a voulu offrir la vision que le problème du client qui vient à la consultation ne réside pas seulement en lui. Puisque les êtres humains sont des êtres sociaux. Tout notre environnement est donc impliqué.

Par conséquent, le patient n’est pas l’unité d’intervention. Tout comme le noyau familial, les autres parents et/ou le groupe de pairs. Sa proposition inclut également des professionnels qui sont en contact avec le problème d’une manière ou d’une autre.

Au sein de la famille, Haley a analysé les hiérarchies établies, ainsi que les règles et le statut ou les rôles du pouvoir au sein de la famille. Il y a des rôles et des règles qui sont plus primaires que d’autres. Ainsi, les analyser aide à mieux comprendre la vie du client.

En certaines occasions, la plainte, le comportement inapproprié ou la raison de la consultation sont le résultat d’une confusion ou d’un déséquilibre dans la hiérarchie. Ce qui perturbe l’adaptation au cycle de vie familial. Si, par exemple, dans une famille, c’est la fille qui est chargée d’essayer d’arbitrer les conflits de ses parents, il y aura un grand déséquilibre qui ne s’adapte pas au rôle qui lui correspond en tant que fille.

la thérapie familiale de Jay Haley

 

L’histoire du modèle stratégique-communicationnel

L’anthropologue Gregory Bateson, le premier grand théoricien systémique dont l’objectif d’étude était les relations humaines, a appliqué certains paradigmes théoriques, tels que la théorie générale des systèmes (GST) et la cybernétique.

Après les travaux de Bateson, on a vu naître le Mental Research Institute (MRI) à Palo Alto (Californie). A travers le MRI, passent d‘importants théoriciens encadrés dans l’approche systémique : John Weakland, Don D. Jackson, Virginia Satir, Jay Haley ou Paul Watzlawick.

Les travaux initiaux d’auteurs comme John Weakland et Jay Haley sont fortement influencés par les idées d’Erickson, un psychiatre américain du milieu du XXe siècle qui a connu beaucoup de succès. L’histoire de la thérapie familiale était à l’origine connue sous le nom de thérapie stratégique au modèle développé par Haley. Par contre, étant donné que les postulats de l’Institut de recherche mentale (IRM) et ceux du modèle développé par Haley étaient très similaires, on les présente souvent ensemble.

La vision qu’a Jay Haley de la personne

Des théoriciens systémiques tels que Jay Haley envisagent le comportement des gens dans leur contexte interactif. C’est plus pertinent – avec plus de pouvoir explicatif – que toute autre variable de personnalité. La théorie générale des systèmes et la théorie de la communication humaine sont les modèles de départ pour comprendre et analyser le fonctionnement des groupes humains. L’interaction est avant tout communicationnelle.

D’une part, un système constitué d’une série d’éléments et de règles qui déterminent ses relations. D’autre part, on peut observer ces relations de manière circulaire, le phénomène de schéma d’interaction, où A produit B et B maintient A.

Complémentarité entre l’IRM et la thérapie stratégique de Jay Haley

Ce qui différencie les modèles systémiques des autres modélisations effectuées à partir d’autres cadres théoriques, c’est qu’ils comprennent les comportements inadaptés comme le produit d’une interaction. Et pas seulement comme le résultat de variables de personnalité.

À l’Institut de recherche en santé mentale (IRM), ils comprennent que les problèmes surviennent parce que les gens automatisent des séquences interactives mal assorties qui se répètent. La thérapie stratégique observe que les problèmes surviennent lorsqu’il y a une répartition particulière du pouvoir au sein du système familial.

la thérapie familiale de Jay Haley

 

Une autre différence entre la thérapie stratégique et l’IRM est que l’IRM comprend que les tentatives de solutions qui ne fonctionnent pas sont celles qui maintiennent le problème. Par conséquent, les problèmes sont en partie le résultat d’échecs dans les tentatives de résolution.

Cependant, Jay Haley de sa thérapie stratégique considère que les symptômes ont une fonction. Même si elle n’est pas adaptative. C’est la raison pour laquelle on peut comprendre les symptômes comme une façon dysfonctionnelle de communiquer quelque chose.

Bref, il s’agit de considérer que nous vivons dans un contexte social, et donc que nous l’influençons. Concentrer une thérapie psychologique en excluant son environnement social, c’est essayer d’étudier un animal sans connaître son environnement.