Impact du trouble obsessionnel compulsif sur les relations interpersonnelles

Vous êtes-vous déjà demandé comment se déroulaient les relations entre une personne souffrant de TOC et sa famille ? Pensez-vous que cette maladie complique le fait d'avoir un partenaire ? Découvrez toutes les informations dans cet article.
Impact du trouble obsessionnel compulsif sur les relations interpersonnelles
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 12 juin, 2023

On n’en parle pas toujours, mais l’impact du trouble obsessionnel compulsif (TOC) sur les relations familiales, conjugales et même amicales peut être très problématique. Bien que cette condition fasse partie d’un spectre et que tous les patients ne soient pas identiques, il est courant que des défis notables apparaissent, capables de produire une grande détérioration psychosociale.

La peur, l’anxiété et les boucles de pensée intrusives et persistantes sont courantes dans le TOC. Ceux qui en souffrent mettent à l’épreuve la patience de leur environnement, qui doit vivre avec leurs pensées obsessionnelles et/ou leurs comportements ritualisés, les identifiant comme une source indéniable de souffrance.

Tout le monde ne comprend pas à quoi est dû ce comportement singulier et le rejet vient s’ajouter à l’incompréhension. Continuez à lire et plongez un peu plus dans cette réalité.

Les difficultés d’une personne atteinte de TOC dans son environnement proche dépendront toujours du degré de son état clinique. Ceux qui manifestent un trouble qui est surtout centré dans le domaine de la santé ou de la propreté souffrent davantage dans leurs relations quotidiennes.

Impact du trouble obsessionnel compulsif sur l’environnement social

Femme stressée au travail par l'impact du trouble obsessionnel-compulsif sur les relations
La personne atteinte d’un trouble obsessionnel compulsif craint d’être jugée ou critiquée par des connaissances ou des collègues.

Il existe de grandes différences individuelles dans la façon dont le TOC affecte la famille, le partenaire ou les liens d’amitié. Cependant, nombreux sont les patients qui viennent en consultation fatigués de l’usure que leurs routines provoquent chez les autres, devenant une source de conflits. La détérioration sociale de ceux qui manifestent cette réalité psychologique peut être immense.

Ainsi, dans une étude des docteurs Keith D. Renshaw et Catherine M. Caska publiée par Oxford Academic, on note à quel point il est courant pour une personne atteinte de TOC d’avoir des problèmes importants sur le plan social et interpersonnel. Bien que ces conflits puissent générer de la souffrance dans les relations avec tous les milieux, la famille se distingue par sa fréquence.

Cette souffrance est liée à l’impuissance car les personnes qui veulent aider ceux qui souffrent de TOC sont incapables de le faire efficacement. La psychoéducation, dans ces cas, est essentielle dans les deux sphères, tant chez les patients que dans leur environnement. Découvrez ci-dessous comment le TOC affecte différentes sphères sociales.

1. Impact du trouble obsessionnel compulsif sur la famille

L’impact du trouble obsessionnel compulsif sur la famille est souvent plus complexe qu’on ne le croit. C’est, tout d’abord, parce que cette condition a tendance à être mal diagnostiquée. En effet, près de 50 % des cas sont mal détectés ou reçoivent un traitement inadéquat (Glazier et al., 2013, 2015 ; Perez et al., 2022).

  • Cela se traduit par un entourage souffrant de ne pas savoir comment aider un proche aux prises avec une maladie mentale.
  • Les patients souffrent, tout comme les pères, les mères ou les frères et sœurs qui ne comprennent pas le comportement de ce membre de la famille atteint de TOC.
  • L’environnement réalise des schémas inappropriés, tels que critiquer les rituels du trouble et ridiculiser les comportements ou les préoccupations.
  • La personne atteinte de trouble obsessionnel compulsif, se sentant incomprise, a encore plus de pensées anxieuses et angoissantes.
  • Souvent, ces patients impliquent les membres de leur famille afin qu’ils fassent également partie de leurs rituels. C’est ce qu’on appelle l’accommodement familial et cela consiste à modifier les routines pour permettre à la personne atteinte de TOC d’intégrer ses comportements compulsifs.

Beaucoup de familles finissent par s’accommoder des rituels compulsifs du patient atteint de TOC, pour ne pas le contredire et ne pas lui causer plus de stress ou parce qu’elles croient que c’est une habitude passagère.

2. Impact sur les amis, les connaissances et les collègues

Les personnes atteintes de trouble obsessionnel compulsif ont souvent une faible estime de soi. À cette caractéristique s’ajoute une dépression latente due au poids de leurs peurs, de leurs pensées obsessionnelles non traitées. Tout cela dessine une anatomie psychologique pleine de difficultés lorsqu’il s’agit de construire des relations sociales saines.

  • Ces personnes se sentent discriminées par des connaissances ou des collègues.
  • Elles souffrent d’une grande insécurité dans leurs interactions quotidiennes avec leurs connaissances et leurs collègues.
  • Elles sont conditionnées par le sentiment de honte. Par ailleurs, elles craignent d’être jugées, pointées du doigt ou ridiculisées pour leurs obsessions ou leurs rituels.
  • Il leur est difficile de maintenir des amitiés. Elles oscillent souvent entre le besoin de proximité et la validation des autres avec le désir d’isolement.
  • Elles ont aussi du mal à garder leur emploi. Il leur est difficile d’être ponctuelles et productives ; elles craignent d’être pointées du doigt ou stigmatisées par leurs patrons ou leurs collègues, en raison de leur comportement.
  • De nombreuses personnes atteintes de TOC souffrent en silence de ne pas pouvoir s’intégrer dans leur environnement social, de ne pas agir, répondre et performer efficacement comme le font les autres.

3. TOC et relations affectives

L’impact du trouble obsessionnel compulsif sur les relations affectives est souvent problématique. La personne atteinte de TOC doute de tout lien affectif, aussi solide soit-il. Elle en doute encore et encore dans son esprit et est incapable d’apprécier l’amour.

  • Ces personnes sont en outre définies par une combinaison complexe d’attachement anxieux et évitant. Autrement dit, elles recherchent un renforcement constant de la part de l’être cher mais, en même temps, la peur de l’abandon les pousse vers l’évitement et la distance.
  • Ce comportement chaotique épuise leurs partenaires et les abandons et ruptures sont fréquents. Un tel scénario provoque une série de blessures, ce qui encourage davantage le schéma de peur, d’anxiété et de pensées ruminantes.
  • De nombreuses personnes atteintes de trouble obsessionnel compulsif développent un « TOC amoureux relationnel ». Dans cet état, le partenaire occupe tout leur temps et devient leur obsession. La peur de l’abandon et le besoin persistant et autodestructeur de donner à l’autre des signes infinis d’affection apparaissent.

La personne atteinte de « TOC amoureux ou relationnel » n’est pas en mesure d’occuper un emploi ou de se concentrer sur un autre domaine qui n’est pas celui/celle qu’elle aime. L’obsession se combine avec la peur de l’abandon et avec des comportements rituels pour libérer cette angoisse.

Ami soutenant un autre symbolisant l'impact du trouble obsessionnel-compulsif sur les relations
Si vous avez une connaissance qui présente un TOC, pour l’aider, la première chose est de savoir en quoi consiste le trouble.

Comment aider une personne de votre entourage atteinte d’un trouble obsessionnel compulsif ?

Comment pouvez-vous aider si vous êtes un membre de la famille, un partenaire, un ami ou une connaissance ? Le plus important est de savoir en quoi consiste ce trouble. La psychoéducation en TOC contribue à ce que la société ait une vision plus sensible de cette réalité. Voici quelques mesures de soutien dans ces cas.

Laissez de la place à la préoccupation sans renforcer les obsessions

Il y a des familles et des couples qui renforcent les rituels ; par exemple, en aidant cet être cher atteint de TOC à trier les aliments par couleurs. Vous ne pouvez pas vous adapter à son schéma compulsif, ni changer vos routines pour lui. La meilleure chose à faire est de lui donner un espace pour parler de ses peurs et de ses obsessions, mais sans jamais faciliter ses rituels.

Ne le laissez pas tomber dans des comportements évasifs

Cet ami ou cette connaissance atteint d’un TOC que n’importe qui a peut éviter de plus en plus de responsabilités et de tâches simples. La personne atteinte de trouble obsessionnel compulsif se définit par un comportement d’évitement qui alimente son anxiété. Ne lui facilitez pas la vie à cet égard, raisonnez avec cette personne et soutenez-la afin qu’elle ne tombe pas dans cette boucle d’évasion persistante.

Le TOC se traite. Encouragez cette personne à rechercher une aide spécialisée

L’impact du trouble obsessionnel compulsif sur les relations interpersonnelles peut être immense. Cela conduit la personne à un état de grand épuisement psychosocial dans lequel apparaissent d’autres comorbidités comme la dépression. Si vous avez un membre de votre famille, un partenaire ou une connaissance atteint de TOC, guidez-le pour qu’il demande l’aide d’un professionnel.

La thérapie comportementale d’exposition avec prévention de la réponse est très efficace pour traiter cette condition. Il s’agit d’un modèle qui, selon une étude de la Northwestern University, a de bonnes preuves scientifiques ; cela permet à la personne de comprendre plus facilement le trouble et de réduire son anxiété pour éviter les compulsions ou les rituels.

C’est un voyage thérapeutique pour abandonner de nombreuses peurs et façonner une approche mentale plus saine. Tout le monde mérite de construire des relations heureuses et épanouissantes ; soyez cette main tendue qui guide un être cher vers le bien-être.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Cain, N. M., Ansell, E. B., Simpson, H. B., & Pinto, A. (2015). Interpersonal functioning in obsessive-compulsive personality disorder. Journal of personality assessment97(1), 90–99. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25046040/
  • Doron, G., Derby, D., Szepsenwol, O., Nahaloni, E., & Moulding, R. (2016). Relationship Obsessive-Compulsive Disorder: Interference, Symptoms, and Maladaptive Beliefs. Frontiers in psychiatry7, 58. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4834420/
  • Fischer, M. S., Baucom, D. H., Abramowitz, J. S., & Baucom, B. R. W. (2022). Interpersonal emotion dynamics in obsessive–compulsive disorder: Associations with symptom severity, accommodation, and treatment outcome. Couple and Family Psychology: Research and Practice. Advance online publication. https://psycnet.apa.org/doiLanding?doi=10.1037%2Fcfp0000218
  • Glazier, K., Swing, M., & McGinn, L. K. (2015). Half of obsessive-compulsive disorder cases misdiagnosed: vignette-based survey of primary care physicians. The Journal of clinical psychiatry76(6), e761–e767. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26132683/
  • Law, C., & Boisseau, C. L. (2019). Exposure and Response Prevention in the Treatment of Obsessive-Compulsive Disorder: Current Perspectives. Psychology research and behavior management12, 1167–1174. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6935308/#:~:text=Overall%2C%20about%2050%E2%80%9360%25,to%20be%20maintained%20long-term.
  • Solem, S., Haaland, A., Hagen, K., Launes, G., Hansen, B., Vogel, P., & Himle, J. (2015). Interpersonal style in obsessive compulsive disorder. The Cognitive Behaviour Therapist, 8, E29. doi:10.1017/S1754470X15000719
  • Renshaw, Keith D. and others. (2023). ‘ The Role of Family and Social Relationships in OCD and Spectrum Conditions’, in Gail Steketee (ed.)The Oxford Handbook of Obsessive Compulsive and Spectrum Disorders, Oxford Library of Psychology (2011; online edn, Oxford Academic, 18 Sept. 2012). https://doi.org/10.1093/oxfordhb/9780195376210.013.0035, accessed 26 Apr. 2023.
  • Tibi, L., van Oppen, P., van Balkom, A. J. L. M., Eikelenboom, M., Emmelkamp, P. M. G., & Anholt, G. E. (2019). Predictors of treatment outcome in OCD: An interpersonal perspective. Journal of anxiety disorders68, 102153. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31704634/
  • Walseth, Liv & Haaland, Vegard & Launes, Gunvor & Himle, Joseph & Håland, Åshild Tellefsen. (2017). Obsessive-Compulsive Disorder’s Impact on Partner Relationships: A Qualitative Study. Journal of Family Psychotherapy. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/08975353.2017.1291239?journalCode=wjfp20

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.