Harvard étudie comment le bonheur impacte la santé

13 décembre 2019
L'université d'Harvard s'est penchée sur l'impact qu'a le bonheur sur la santé. Il a ainsi été constaté que les personnes heureuses vivaient plus longtemps et étaient moins susceptibles de souffrir d'un handicap.

Le bonheur peut-il bénéficier à la santé ? Telle était le nom d’un symposium sur la science de la santé et du bonheur au New Research Building. Sur le campus Longwood d’Harvard aux Etats-Unis. En outre, il a été souligné que les soins de santé modernes ne se focalisent pas sur la santé, mais sur la maladie.

Toutefois, le symposium a souligné l’importance de mettre l’accent sur les aspects positifs des choses. Par exemple, les éléments qui participent à nous maintenir en bonne santé. Ou encore sur ceux qui nous aident à nous rétablir plus rapidement d’une maladie ou d’une blessure.

À cet égard, le Dr Laura Kubzansky a déclaré. « Il est urgent de mener des recherches plus rigoureuses pour comprendre ces aspects positifs. Et aussi comment les promouvoir auprès de millions de personnes dans le monde ».

Comment l’enquête a-t-elle débuté ?

Tout a commencé lorsque la famille Lee Kum Kee a fait un don à la TH Chan School of Public Health de Harvard. Cette donation avait comme objectif de créer un nouveau centre de la santé et du bonheur. Cela a permis de financer un centre pour étudier comment le bonheur et la santé sont liés dans la vie quotidienne.

Plus précisément, la question était de savoir comment le bonheur peut avoir un effet positif sur la santé. En effet, il s’agit de parler du bonheur comme de l’un des facteurs déterminants de l’existence. Et non simplement comme d’un joli mot.

Laura Kubzansky, codirectrice du Lee Kum Sheung Center for Health and Happiness de la Harvard’s Chan School, a déclaré lors du symposium qu’il s’agit d’un domaine d’étude opaque depuis longtemps. Cependant, il permet d’appuyer l’idée que santé, bien-être et bonheur sont étroitement liés.

Une femme ressentant le bonheur

 

Par ailleurs, Francesca Dominici, doyenne associée à la recherche de la Harvard Chan School, a déclaré que « le nouveau centre se concentrera sur le développement d’une science rigoureuse ». Et plus particulièrement sur la façon dont les facteurs psychologiques et sociaux positifs peuvent influencer la santé. Enfin, comment traduire ces résultats en politiques publiques afin d’améliorer la santé générale ».

L’événement visait donc aussi à déterminer comment traduire les résultats en politiques publiques. Et ce, afin d’en faire profiter les citoyens dans leur vie quotidienne.

Pourquoi le bonheur favorise-t-il notre santé ?

Non seulement le fait d’être heureux conduit à un état de satisfaction psychique totale, mais il semble aussi avoir une influence notable sur le plan physique. De plus en plus de découvertes sont faites dans ce sens. Ainsi, le changement d’un état de bonheur à un état de tristesse a même été observé au niveau chimique.

Le bonheur est ressenti et transféré à tout le corps. En effet, la moelle épinière et la circulation sanguine libèrent de grandes quantités d’endorphines dans tout l’organisme. Cela se produit par exemple à chaque fois que vous êtes avec des êtres chers. Ou quand vous écoutez votre chanson préférée. Ou encore lorsque vous faites simplement une promenade. De cette façon, l’individu remarque une amélioration de son humeur et même une diminution de l’intensité de certaines douleurs.

Andrew Steptoe, directeur de l’Institute of Epidemiology and Health Care de l’University College London, a indiqué qu’il existe un lien entre les mesures d’aide sociale et la santé. En effet, les personnes qui jouissent d’une meilleure qualité de vie vivent plus longtemps. Mais leur vieillissement est aussi plus lent.

De plus, Harvard rapporte qu’une autre étude a montré que les personnes qui sont plus satisfaites de leur vie sont plus susceptibles de faire de l’activité physique, de manger sainement, d’utiliser des crèmes solaires et de moins fumer.

A contrario, il a été démontré que les personnes moins heureuses ont des niveaux plus élevés de graisse et de cortisol, l’hormone qui génère le stress. Cependant, malgré la multiplication des études sur l’incidence qu’a le bonheur sur la santé, de nombreuses questions demeurent sans réponse.

Le bonheur d'une femme dans la nature

Etre heureux…. malgré tout

La question du bonheur est une problématique inhérente à l’existence humaine. Cependant, cette préoccupation doit coexister avec beaucoup d’autres. Et, elles ne sont pas toujours compatibles…

En effet, la protection de notre condition physique et psychologique réside en grande partie dans le présent. Non dans l’avenir. Comprendre cette réalité est un travail de longue haleine. Cependant, une fois que nous avons vraiment commencé à travailler la-dessus, les problèmes ont tendance à devenir des défis plutôt que des préoccupations. Cette attitude nous offre enfin de nombreuses opportunités de croissance personnelle.