Les mots sont aussi importants que les faits

· 20 novembre 2018
Les mots que nous employons sont essentiels, de même que la manière que nous avons de le faire.

Les phrases qui disent des choses comme « le vent emporte les mots » ou « ce ne sont que des mots » ont été élaborées et reproduites par des personnes qui ignorent tout du développement de la théorie du langage établie au XXème siècle. Aujourd’hui, nous savons que les mots sont des actes de communication. Chaque personne est un discours ambulant.

Nous sommes faits de mots, et les mots ne sont rien d’autre que la matérialisation des idées. Les idées matérialisent la culture. Nous nous lions à nous-mêmes, aux autres et au monde grâce à cette culture, à ces idées, à ces mots. Le mot est donc l’essence même de l’être humain et a une incidence déterminante.

 « Un seul mot a le pouvoir d’influencer l’expression des gènes qui régulent le stress, aussi bien sur le plan physique que sur le plan émotionnel. »

-Andrew Newberg-

Les seuls mots que le vent emporte sont ceux qui ne nous complètent pas. En revanche, ceux qui sont liés à notre « moi » ou à notre imagination s’installent en nous. Ils ne bougent pas. Ils restent là, façonnant nos sentiments, nos émotions, notre conscience. Aujourd’hui, nous pourrions dire que les expressions verbales sont tout aussi importantes (voire plus) que les faits concrets.

Le langage et son impact sur le cerveau

L’un des points les plus intéressants est le suivant: les neurosciences ont découvert que toute expression parlée génère diverses réactions dans le cerveau. Tous les mots, qu’ils soient positifs ou négatifs, créent des modifications observables. L’une des études les plus complètes à ce sujet a été réalisée par les psychiatres Mark Waldman et Andrew Newberg, auteurs du livres Les mots peuvent changer votre cerveau. 

une femme et les mots

 

Cette oeuvre signale, entre autres aspects, que de curieuses réactions cérébrales ont été observées devant des mots comme « oui » et « non ». Quand une phrase commence par le mot « Non », le cerveau commence à produire plus de cortisol, l’hormone du stress. En revanche, si la phrase débute par « Oui », il y a une plus grande libération de dopamine, l’hormone du bien-être.

Par ailleurs, une expérience réalisée à la Friedrich Schiller University a montré que les expressions affectueuses et positives activaient le cortex préfrontal dorso-médian du cerveau. Cette zone est liée à l’image de soi et à la prise de décisions émotionnelles. Autrement dit, les mots agréables et amoureux améliorent la perception que nous avons de nous-mêmes et facilitent nos décisions émotionnelles.

Les mots positifs et négatifs

Nous appelons « mots négatifs » ceux qui envoient un message violent ou agressif et qui, d’une façon ou d’une autre, sont destructeurs pour quelqu’un. Ce type de mots a apparemment un impact plus fort et durable que les expressions positives. Il suffit de lire plusieurs mots négatifs pendant quelques secondes pour augmenter les niveaux d’anxiétéDes mots comme « mort », « maladie », « tristesse », « douleur », « misère », etc., génèrent cette augmentation.

 

Selon certaines études, l’effet d’un mot négatif n’est pas équivalent à celui d’un mot positif. Ceci est particulièrement vrai quand le mot négatif s’adresse ouvertement à la personne et à ses caractéristiques. On estime que pour dissoudre l’effet d’un mot négatif, il en faut cinq positifs. Une excuse ne suffit donc pas: il faut en faire bien plus.

Par ailleurs, des phénomènes très intéressants sont visibles sur le plan professionnel. On a par exemple découvert que si un employé reçoit fréquemment des mots de reconnaissance et de valorisation pour son travail, il aura tendance à s’engager davantage à son poste. Il sera aussi plus coopératif et productif.

Faire attention à ce que l’on dit

Une personne dit en moyenne 70 000 mots par jour. Etant donné qu’il s’agit d’un acte quotidien et fréquent, nous finissons par lui ôter de l’importance. Or, c’est l’essence même de ce que nous sommes et la base de notre relation avec les autres. Le bon usage des mots a un potentiel énorme pour améliorer ou empirer nos vies.

Il est important de prendre soin de la façon dont nous utilisons le langage. Surtout dans des situations tendues, de conflit ou de mal-être interne. Dans ce cas, nous ne faisons pas seulement référence à ce que nous disons aux autres: nous pensons aussi à ce que nous nous disons à nous-mêmes. Nous avons parfois besoin d’un simple moment de silence pour trouver les mots qui expriment le mieux ce que nous pensons ou ressentons.

les mots sont importants dans le couple

Le potentiel des mots est immense. Le psychiatre colombien Carlos Cuéllar nous recommande de commencer et de finir notre journée en disant merci d’être en vie. Il signale que cet acte peut, à lui seul, améliorer considérablement notre santé physique et mentale. Faisons donc des mots nos alliés pour connaître un plus grand bien-être.