Hans Eysenck et sa théorie des différences individuelles

27 août 2018 dans Auteurs 0 Partagés
Hans Eysenck

Le nom d’Hans Eysenck est l’un des plus respectés dans l’histoire de la psychologie. Pour beaucoup, il a été l’un de ceux qui a donné un véritable statut scientifique à cette discipline. Dans certains secteurs, il est même connu comme « le père de la psychologie ».

Hans Eysenck est né à Berlin (Allemagne) en 1916. Il s’est affilié au Parti National Socialiste à cause de l’ascension progressive d’Hitler. Cela l’a forcé à quitter son pays natal et à aller s’établir en Angleterre. Là, il a intégré l’University College d’Exeter, où il s’est formé en tant que psychologue. Plus tard, il a commencé à travailler au Mill Hill Emergency Hospital de Londres, où il offrait une attention psychiatrique au personnel militaire.

« C’est l’organisation plus ou moins stable et durable du caractère, du tempérament, de l’intellect et du physique d’une personne qui détermine son adaptation unique à l’environnement ».

-Hans Eysenck-

Il est ensuite devenu professeur à l’Université de Londres. C’est là qu’il a commencé à donner forme à ses thèses, inspirées des auteurs comportementalistes classiques comme Ivan Pavlov et John Watson. Il a créé sa propre théorie, dans laquelle se démarquent les facteurs physiologiques et génétiques. Il a par ailleurs montré un grand intérêt pour la mesure des comportements.

Les origines de la théorie d’Hans Eysenck

Beaucoup pensent que la théorie d’Hans Eysenck est davantage associée à l’étude du tempérament qu’à celle de la personnalité. Malgré cela, elle a toujours été considérée comme une théorie de la personnalité. Elle s’est d’abord basée sur la classification des tempéraments effectuée par Galien dans la Grèce Antique : tempérament sanguin, colérique, flegmatique et mélancolique.

mécanismes de l'esprit

Hans Eysenck affirme que chaque être humain a des caractéristiques dans sa façon d’être. Ces caractéristiques maintiennent une stabilité dans le tempsLa configuration du système nerveux de chacun est déterminante. Celui-ci a une génétique et une physiologie propre selon chaque individu et marque donc les différences individuelles.

Hans Eysenck a aussi pris en compte les influence socio-culturelles dans la conformation de la personnalité. Cependant, il a toujours accordé plus d’importance aux facteurs biologiques. L’un des aspects qui l’a différencié des autres psychologues a été sa volonté de donner une base empirique à ses thèses. C’est pour cela qu’il a entrepris une série d’expériences pour appuyer sa théorie. En faisant cela, il a apporté beaucoup d’éléments à la psychométrie.

Les trois dimensions primaires

Hans Eysenck assurait qu’il existe trois dimensions primaires de la personnalitéCelles-ci sont déterminées par l’hérédité et se manifestent sur le plan physiologique. Elles peuvent être mesurées en fonction de la manière dont le système nerveux autonome réagit. Finalement, il en arrive à la définition des trois dimensions de base de la personnalité, en décrivant leur structure et leurs traits.

personnalité et hans eysenck

Ces trois dimensions sont :

  • Extraversion-Introversion : on retrouve des traits comme la vitalité, l’impulsivité, la sociabilité, le dynamisme, la dominance, le dogmatisme et l’exploration.
  • Névrosisme-Emotionalité. : elle inclut des traits comme la timidité, l’irrationalité, l’émotivité, la faible estime de soi, l’anxiété, la culpabilité et l’instabilité.
  • Psychotisme : elle comprend des caractéristiques comme l’agressivité, la froideur, la cruauté, l’égocentrisme et la difficulté à générer de l’empathie.

Pour Hans Eysenck, le développement de tous ces traits dépend des processus d’excitation et d’inhibition corticale. En d’autres termes, la définition basique des traits de la personnalité est déterminée par des facteurs biologiques.

La transcendance d’Hans Eysenck

Hans Eysenck a été un auteur controversé à cause de sa posture comportementaliste radicale. Malgré tout, personne n’ose remettre en question la validité de ses thèses. Son travail expérimental a été impeccable et tout ce qu’il a avancé a été appuyé empiriquement. Ainsi, les systèmes de mesure de la personnalité qu’il a créés sont encore valables. Ils sont en outre reconnus dans le monde entier.

Eysenck a durement critiqué les thérapies qui étaient en vogue à son époque. En général, il considérait les points de vue psychodynamiques et psychanalytiques comme inefficaces. Il a donc passé sa vie à construire une théorie qui se traduirait par des interventions thérapeutiques mesurables et, selon lui, vraiment efficaces. Sa principale réussite est d’avoir donné des bases empiriques à des thérapies comportementalistes.

Certaines des oeuvres les plus célèbres de ce psychologue et chercheur sont: Les bases biologiques de la personnalité (1967), Sexe et personnalité (1976) et Intelligence: la lutte de l’esprit (1981). Il a aussi créé de nombreux questionnaires et tests pour évaluer les traits de la personnalité. Le plus connu d’entre eux est le Eysenck Personality Inventory. Eysenck est décédé à Londres en 1997.

A découvrir aussi