Grandir, c'est rire de quelque chose qui vous a fait pleurer

Ce sentiment de force que vous ressentez lorsque vous sortez d'une situation compliquée et la voyez différemment s'appelle grandir.
Grandir, c'est rire de quelque chose qui vous a fait pleurer

Dernière mise à jour : 02 août, 2022

Regarder en arrière ne sera pas une tâche facile si vous n’avez pas été capable de le surmonter avec le courage approprié. En fait, vous verrez que vous y êtes parvenu lorsque vous vous retrouverez à rire d’une chose dans laquelle vous vous étiez noyé. Ce sentiment de force que vous ressentez lorsque vous sortez d’une situation compliquée et la voyez différemment s’appelle grandir.

Lorsque vous traversez une période difficile, la quantité d’obscurité peut vous empêcher, d’une certaine manière, de voir la sortie et de vous diriger vers celle-ci. Peut-être préférez-vous alors rester immobile, sans vous opposer à vos peurs, sans affronter tous les êtres imaginaires que vous percevez comme une grande menace.

Cependant, si vous vous souvenez d’autres situations dans lesquelles vous avez ressenti cela, même si les circonstances n’étaient pas les mêmes – elles ne le sont jamais, tout comme nous ne traversons jamais deux fois le même fleuve, vous comprendrez que les difficultés qui semblent maintenant gigantesques ont généralement des faiblesses aussi grandes. Ainsi, au moment où vous les trouverez, vous pourrez regarder en arrière et voir à quel point vous pouvez sourire avec fierté de votre propre expérience, de vos propres peurs.

Peut-être qu’en lisant ceci, vous vous êtes souvenu de la phrase qui dit qu’« on mûrit avec les dégâts, pas avec les années ». Il y a là une partie de vérité : tout à coup, ces blessures qui sont devenues des cicatrices ne piquent plus et sont la preuve la plus palpable que vous avez grandi et qu’elles vous ont appris énormément.

« Il n’y a pas d’autre chemin vers la maturité que d’apprendre à résister aux coups de la vie »

-William Shakespeare-

Rire de ce qui nous blesse

Les coups se seront attachés à vous pour toujours et, selon la dureté de chacun d’eux, vous serez tenu d’y résister dans une mesure plus ou moins large : ils vous accompagneront partout où vous voudrez aller, vous ne pourrez pas leur échapper et ils seront gravés dans ce livre qu’on dit être votre vie. Ils le feront sans exception, mais ils finiront par n’être que des pages passées : celles que vous avez déjà lues et que vous ne pourrez relire que si vous le souhaitez.

femme sous l'eau avec une couronne de fleurs

De plus, vous avez l’avantage de décider si vous voulez ou non les relire, mais le plus important de tout est que vous avez le pouvoir de vous en souvenir de la manière la plus appropriée, avec l’attitude que vous considérez devoir leur accorder.

C’est pourquoi je vous dis que rire de ce qui a fait mal, c’est grandir, car grandir, c’est aussi apprendre de soi et être sûr de qui l’on est. Vous avez trouvé votre point d’inflexion au moment où vous sembliez le plus perdu et c’est une raison plus que suffisante pour sourire : vous vous êtes libéré d’un passé qui vous entravait et, maintenant, vous savez comment défaire les nouveaux nœuds qui se présentent à vous.

Des erreurs qui deviennent des cailloux au bord de la route

Certains des plus gros coups qui secouent votre vie sont ces nids de poule résultant des erreurs qui naissent de vos décisions : il y a des situations qui vous obligent à choisir entre plusieurs options qui comptent beaucoup pour vous, vous mettant « entre le marteau et l’enclume ». Chacune des options vous mène sur une voie ou une autre, et il est probable que celle que vous prenez soit la mauvaise.

Les erreurs personnelles deviennent des petits cailloux chargés de sens, un sens qu’il est bon pour vous de comprendre afin qu’elles ne réapparaissent plus plus tard, sur des chemins futurs. Les pierres vous mettent au défi de trébucher et de tomber encore et encore, jusqu’à ce que vous vous forciez à vous relever pour continuer : cela impliquera un grand effort qui vous marquera.

« La maturité ne se reflète pas dans la prise de bonnes décisions, mais dans le fait de vivre avec celles déjà prises, même lorsqu’elles ne sont pas bonnes. »

-Anonyme-

femme au parapluie rouge

Grandir, c’est aussi considérer les erreurs comme des opportunités d’apprentissage et comme des outils pour vivre pleinement sa vie. C’est vrai qu’échouer fait mal, parfois énormément, mais ne pas avoir essayé quelque chose est encore bien pire. Essayer, échouer et réessayer fait partie de votre découverte intérieure.

Grandir, c’est se débarrasser de qui vous a fait pleurer

S’il est vrai que ce qui vous a fait pleurer a pu être le déclencheur de votre action, il est également possible que ce ne soit pas le cas et que le dommage provienne de quelque chose ou de quelqu’un d’extérieur. Parfois, par exemple, vous avez pu vous retrouver dans une relation toxique dont vous avez eu du mal à sortir et qui vous a émotionnellement déstabilisé.

Ou, au contraire, vous êtes peut-être dans une de ces périodes où il vous est difficile de couper les fils qui vous lient à d’autres personnes que vous aimez et qui vous ont donné le meilleur de ce qu’elles sont : pour une raison quelconque, vous avez besoin d’assimiler les adieux et arrêter de pleurer pour ce qui était et n’est plus.

Femme avec des papillons dans les cheveux mature

Elvira Sastre dit qu’une vie sans courage est un retour infini : grandir, c’est être courageux à chaque pas, surtout les plus durs, pour ne jamais manquer de force face aux échecs. Ainsi, il n’y aura que des chemins à parcourir et des souvenirs, comme des petits bagages de votre essence qui se sont accumulés avec le temps.

« Si vous donnez le nom d’expériences à vos difficultés et vous rappelez que chaque expérience vous aide à mûrir, vous deviendrez vigoureux et heureux, peu importe à quel point les circonstances semblent défavorables »

-Henri Miller-

Cela pourrait vous intéresser ...
L’adversité ne nous rend pas toujours plus résilients
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’adversité ne nous rend pas toujours plus résilients

L'adversité ne nous rend pas toujours plus résilients. Parce que la résilience ne vient pas automatiquement, il faut savoir comment la développer.