Les fils invisibles qui maintiennent nos comportements (les bénéfices secondaires)

· 1 novembre 2015

Les bénéfices secondaires sont toutes ces conséquences qui accompagnent les situations où nous nous sentons mal. De plus, ils ont paradoxalement quelque chose de positif pour la personne qui les obtient.

Ce « quelque chose de positif » peut devenir quelque chose de très dangereux, car il s’agit d’un renforçateur qui va nous inciter à essayer de revenir dans la situation désagréable.

Par exemple, une maladie peut générer une réaction de soins, d’attention et de preuves d’affection face à la personne malade.

Pourquoi vais-je faire en sorte de trouver les moyens de guérir si en échange d’une douleur plus ou moins acceptable je reçois un paquet de choses positives?

Comment découvrir les bénéfices secondaires?

Les bénéfices secondaires peuvent être très subtils et cachés, de sorte que la personne qui les reçoit n’est même pas consciente de ce qu’ils lui apportent vraiment.

La personne qui a un mal-être dû à un trouble, une maladie ou des émotions débordantes, est souvent une personne malheureuse qui se plaint de sa situation.

Toutefois, elle reconnaît que sa situation pourrait être pire, car malgré la souffrance, sa situation lui donne certains privilèges, comme le fait d’être proche des gens qu’elle aime, rester sans travail, obtenir des changements des personnes qui sont proches d’elle, etc.

Comment les bénéfices secondaires affectent les relations?

Les bénéfices secondaires sont un avantage pour la personne en souffrance qui les reçoit, mais ils usent beaucoup ceux qui vivent avec, parce qu’ils souffrent comme si le mal-être était le leur.

Les membres de la famille, le couple, les amis proches ou les personnes aimées, sont ceux qui souffrent des pires conséquences, car ils peuvent en venir à croire que cela dépend de leur comportement, que la personne malade se récupère de son mauvais état ou non.

Cette charge finit par devenir une dépendance pour les deux personnes, car, la personne souffrant du processus dépendra de ceux qui en prendront soin et ceux ci seront constamment suspendus à la personne malade.

Le chantage affectif

Par conséquent, dans cette dépendance qui est générée entre la personne malade et les personnes qui lui fournissent des bénéfices secondaires, il est facile de se laisser emporter par le chantage affectif.

Autrement dit, la personne malade peut finir par reprocher, exiger ou faire retomber sa charge sur la personne qui en prend soin au cours de sa maladie ou de son état de santé, en essayant d’obtenir ce qu’elle attend.

Par exemple, certains personnes sont débordées par un état émotionnel d’énervement, de colère, ou de rage.

Celles-ci ont tendance à reprocher aux autres leur réaction et leur mal-être. De plus, elles attendent que l’autre personne change, demande des excuses ou reconnaisse son erreur, tout en restant énervées, colériques, etc.

Elles maintiennent leur position comme un moyen de pression, en espérant se sentir mieux seulement lorsque l’autre personne montrera un changement dans la direction qu’elles attendent.

Ainsi, de cette façon, la personne qui se sentira coupable aura tendance à céder, pour éviter un conflit ou le mal-être de la personne affectée émotionnellement.

La résistance aux changements

Les personnes qui obtiennent certains bénéfices secondaires résistent au changement thérapeutique, car malgré le mal-être, la récompense qu’elles obtiennent est plus grande.

Cependant, s’agissant d’un processus inconscient, tant pour les bénéfices que pour la résistance, lorsque la personne prend conscience de cela, elle travaille souvent plus profondément dans son changement d’attitude, et donc pour l’amélioration de sa santé, physique et psychologique.