Le faux altruisme : l’embuscade des personnes narcissiques

13 décembre 2017 dans Psychologie 1302 Partagés

Le faux altruisme donne forme à une des hypocrisies les plus blessantes et les plus communes : généralement, on l’associe à ces personnes qui rendent service et aident non pas pour faire le bien, mais pour nourrir leur propre bien-être. Nous sommes sans doute face à la classique embuscade du narcissique, face à ceux qui sont capables de manipuler la personne qu’ils aident jusqu’à la plonger dans un véritable esclavagisme émotionnel.

Aussi curieux cela puisse-t-il paraître, nombreux sont les psychologues qui nous avertissent de quelque chose au sujet duquel il est important de réfléchir. L’altruisme pur et désintéressé n’est pas toujours quelque chose de naturel. Nous ne sommes pas tous connectés par une empathie authentique, même si nous savons que le comportement coopératif en tant que tel nous a permis de survivre comme espèce.

“C’est une grande erreur de se croire plus grand que ce que l’on est, ou de penser que l’on vaut moins que ce que l’on vaut réellement.”

-Goethe-

Le faux altruisme s’est ouvertement fait une place au sein de notre société. Il y a ceux qui manifestent une amabilité extrême, un intérêt et une attention envers nous dans le but ultime d’obtenir quelque chose en échange. C’est ce que font les politiques, certains membres de notre famille mais aussi des directeurs avec leurs employés, car ils savent que l’amabilité et l’intérêt améliorent l’efficacité et le rendement…jusqu’à ce qu’arrive ce jour où l’employé tombe malade ou a une urgence familiale et où l’altruisme de son chef, comme par magie, disparaît.

Il existe, comme nous le voyons, de multiples intérêts cachés derrière ces actes, en apparence, d’empathie solidaire. Plus encore, nous pouvons aussi déployer la plupart de ces conduites inconscientes qui caractérisent finalement la personnalité narcissique, que parfois on ne perçoit même pas.

visage regardant une enfant avec une fleur géante

Le faux altruisme et la société narcissique

Imaginons une mère ou un père de famille consacrant exclusivement leur vie à s’occuper de leurs enfants. Ces derniers sont déjà grands, ils sont émancipés et tentent, difficilement, de marquer une certaine distance par rapport à cette figure parfois intrusive qui, guidée par le besoin d’aider, ne leur laisse ni espace ni liberté. Cette mère ou ce père sont conscients que leur enfant peut tout à fait se débrouiller tout seul ; cependant, ils ont besoin d’être au devant de cette attention continue pour se sentir mieux.

C’est quelque chose de si commun que vous l’avez sûrement déjà observé autour de vous, ou même vécu vous-même. Cependant, la réalité peut être bien plus complexe si on regarde un peu plus loin que notre environnement familial ; une bonne partie de notre société pratique ce faux altruisme nourri par le narcissisme lui-même.

D’un autre côté, la sociologie nous signale que notre monde est de plus en plus narcissique et que la génération du “moi je” ne fait que s’étendre. Cela peut résulter décourageant, mais nos réseaux sociaux, YouTube ou Instagram élèvent ce besoin ultime de clamer un évident “eh, je suis là, regardez-moi, suivez-moi, donnez-moi un “like“, alimentez-moi avec des renforts positifs.

ego facebook

D’un autre côté, nombreuses sont également les stars qui, via leurs réseaux sociaux, nous montrent des actes altruistes, leurs engagements auprès de diverses causes sociales ou leurs collaborations avec diverses organisations, ONG, etc. La plupart du temps, elles essaient uniquement de vendre une image. Elles pratiquent un faux altruisme dans le but de nous convaincre de leur bonté pour que nos filtres ne déforment pas cette image idéale que l’on a d’elles.
Partager

Un cas concret : le cas Bill Gates

Faux altruisme ou empathie solidaire ? Un des cas les plus connus soulevant cette question est celui de Bill Gates. Il fut une époque où ont commencé à sortir divers rapports sur le manque de philanthropie d’une des personnalités les plus reconnues et les plus riches de notre époque. Microsoft gagnait des sommes indécentes d’argent et n’en consacrait qu’une petite partie à des causes sociales. Après s’être marié, Gates et son épouse ont créé la “Fondation Bill et Melinda Gates”, une de celles qui donne le plus d’argent aujourd’hui à diverses zones sociales, de la santé et de l’éducation.

Il n’y a pas de doute sur le fait que peut-être, Gates avait réfléchi au besoin de contribuer à ce type de cause pour le bien de la société et du monde en général. Dans ce cas, nous parlerions alors d’empathie solidaire. Il se peut aussi que ses assesseurs aient considéré que cet engagement éthique était plus nécessaire que celui d’améliorer l’image de l’entreprise.

D’un autre côté, il est également possible que soit arrivé un moment où Gates lui-même a eu besoin de faire cette contribution financière dans le seul but de se sentir bien avec lui-même ; la reconnaissance sociale qu’il pouvait en tirer pourrait être pour lui une grande source de satisfaction. Dans ce dernier cas, nous parlerions de faux altruisme.

oiseau à visage humain

Les 5 clés de faux altruisme

Comme nous avons pu le voir, le plus désirable pour notre société est cette dimension que nous devrions tous pratiquer quotidiennement : l’empathie solidaire. Amin Maalouf, célèbre écrivain franco-libanais et expert en problèmes sociaux, en discrimination et en conflits ethniques nous signale qu’éduquer dans l’empathie dès l’enfance nous aiderait à construire une humanité plus solidaire. Cependant, les dynamiques actuelles nous poussent de plus en plus vers un narcissisme anthropique et blessant.

Le faux altruisme est là, reflétant une pratique supplémentaire de la personnalité narcissique, que l’on doit par conséquent savoir reconnaître. Ses principales caractéristiques seraient les suivantes :

  • Ce type d’altruisme, se traduisant par des actes de bonté fausse ou intéressée, se régit toujours depuis une position de pouvoir. “Je suis supérieur à toi et ma générosité, que tu le veuilles ou non, te soumet à moi.”
  • Parfois, les personnes faussement altruistes apportent une forme d’aide presque compulsive dans le but de soigner leur “idéal du moi”.
  • Souvent, avec leur altruisme, elles essaient de nous faire comprendre que nous ne pourrions pas vivre sans elles, ni solutionner nos problèmes.
  • Ainsi, on ne peut pas oublier que ce sont de grandes manipulatrices ; elles font du chantage et manipulent la personne qu’elles aident jusqu’à la mettre dans de véritables embuscades émotionnelles.

Pour conclure, même si nous sommes tous importants, uniques et exceptionnels, n’oublions jamais notre engagement auprès des autres, notre sens de la coopération et la grande valeur que peut supposer le fait de pratiquer une véritable empathie solidaire, sans obscurs intérêts cachés.

A découvrir aussi