Est-ce vraiment une erreur de trop faire confiance aux autres ?

24 juillet 2019
Parfois, on peut être trop sûr de soi, c'est vrai. Cependant, la confiance n'est pas toujours une erreur. La faute repose sur ceux qui nous font croire à des mirages, à ceux qui mentent et manipulent expressément. La confiance est un bien précieux que certains osent souiller.

Parfois, les gens nous accusent d’être trop confiants. Cependant, pouvons-nous être sanctionnés et étiquetés comme « naïfs » pour avoir placé notre confiance en quelqu’un ? Absolument pas, dans aucun cas. Parce qu’offrir sa confiance et s’attendre à ce qu’elle soit respectée n’est pas une erreur. La faute est à celui qui ment, à celui qui joue avec le cœur des autres et déforme les aspects essentiels du respect.

Lao-Tse a dit que ceux qui n’ont pas assez confiance ne sont pas dignes de confiance eux-mêmes. D’une manière ou d’une autre, que nous le voulions ou non, les gens sont « obligés » de faire confiance aux autres pour vivre ensemble. Sinon, nous vivrions dans des environnements caractérisés par une angoisse permanente. Sinon, personne n’oserait, par exemple, prendre le volant d’une voiture, monter à bord d’un moyen de transport public ou laisser les enfants dans les écoles sous la responsabilité du personnel du centre.

Notre culture et notre civilisation fondent une grande partie de leur essence et de leur dynamique sociales sur le principe de la confiance. Nous le tenons pour acquis au quotidien pour pouvoir vivre ensemble, pour réduire la sensation de peur et d’incertitude dans nos relations. Après tout, la confiance est cet acte de foi que nous pratiquons quotidiennement les yeux fermés, mais avec un cœur réceptif.

C’est pourquoi cela peut parfois faire très mal quand quelqu’un nous accuse d’être trop confiants après une mauvaise expérience. Quand on nous dit quelque chose comme cela, la souffrance de notre propre déception est aggravée par le doute de savoir si nous avons peut-être péché par excès de naïveté dans ce cas… Aurions-nous dû faire preuve d’une certaine malice et être plus prudents ?

« Il faut faire confiance aux gens. Sinon, la vie n’est plus possible ».

-Anton Tchekhov-

femme préoccupée de faire trop confiance aux autres

Faire confiance, le pouvoir des émotions

On pourrait dire que le mot  » confiance  » est l’un des plus beaux mots qui existent. Ce terme ne définit pas seulement notre capacité à créer des liens basés sur la sécurité et la pleine affection chez les autres. Il y a dans ce terme un principe qui nous pousse à l’action, à une action dans laquelle il n’y a pas de peur, à laquelle nous osons nous référer sans malaise ni méfiance.

Il y a un fait qui doit attirer notre attention. Comme nous le fait remarquer le psychologue Joe Bavonese, du Relationship Institute de Royal Oak, au Michigan, les gens sont devenus beaucoup plus méfiants au cours des dix dernières années.

Cela s’explique notamment par les progrès des nouvelles technologies. Grâce à elles, nous avons accès à une grande quantité d’informations et cela nous donne aussi la chance de rencontrer beaucoup plus de gens. Cependant, aucune de ces dimensions n’est fiable à 100%.

De même, il semble que vivre dans un présent si enraciné dans l’incertitude (économique, sociale, politique, etc.) affecte aussi nos relations. Nous sommes peut-être un peu plus prudents, un peu plus exigeants. Néanmoins, il y en a encore beaucoup qui qualifient certains de trop sûrs d’eux. Mais… qui sont ces gens qui fondent parfois une confiance excessive dans les autres ?

La confiance affective (ou émotionnelle) et la confiance cognitive

Lorsque nous créons des liens de confiance, nous le faisons à travers deux dimensions très concrètes :

  • En premier lieu, il y a la confiance affective, qui se nourrit principalement sur le plan émotionnel : c’est quand nous sentons que cette ou ces personnes sont dignes de confiance parce que notre cœur nous le dit. Parce que nous nous sentons bien à leurs côtés. Ou encore parce que les émotions qu’ils nous font sentir sont pour nous d’une grande valeur
  • La confiance cognitive : dans ce cas, les jugements, les pensées et les croyances s’ajoutent à la dimension émotionnelle. Ainsi, nous procédons à une série d’évaluations qui nous convaincront d’une manière peut-être plus pratique et objective des raisons pour lesquelles ces personnes sont dignes de confiance

Comme l’explique une étude réalisée par Jennifer Dunn, de l’Université de Californie, lorsque nous sommes trop confiants, nous nous laissons peut-être porter trop loin par le plan émotionnel. Nos jugements ne s’adaptent pas toujours à la réalité, et nous nous limitons, peut-être, à écouter nos émotions sans parfois être capables de voir ou d’apprécier d’autres signes plus concrets.

feuille avec un trou en forme de coeur où passe la lumière du soleil

Faire confiance aux autres ne sera jamais une erreur, mais quand est-ce le cas ?

Faire confiance aux autres ne sera jamais une erreur de notre part. Nous ne pouvons pas oublier que notre cerveau est un organe purement social destiné à se connecter, à établir des relations et à garantir ainsi notre survie. La confiance est un principe de base chez l’être humain et, par conséquent, l’expérience d’une tromperie, d’une trahison ou d’un mensonge est souvent vécue comme quelque chose de traumatique.

En gardant cela à l’esprit, nous devons tout de même nous poser une question. Dans quelles situations pourrions-nous être tout de même qualifiés de trop confiants ? En voici quelques exemples.

Quand on ne tient pas compte des expériences passées

Quelqu’un peut nous décevoir une ou même deux fois. Maintenant, si après plusieurs déceptions, doléances, mauvais moments et amertumes, nous continuons à lui faire confiance, l’erreur est la nôtre.

L’expérience est toujours le meilleur conseiller. Par conséquent, personne ne peut se reprocher d’avoir fait une seule fois une erreur. Vivre, c’est aussi tomber, c’est aussi trébucher et laisser son cœur entre de mauvaises mains. Maintenant, après ces situations, nous devons faire un bon acte d’introspection et obtenir un apprentissage utile. Il n’est bon pour personne de trébucher encore et encore sur la même pierre.

Quand nous oublions que dans les relations, nous devons être exigeants

Être trop sûr de soi, c’est parfois s’exposer à des préjudices inutiles. Il n’est jamais superflu d’appliquer un degré d’excellence en matière relationnelle et d’oser être de fins gourmets dans le choix de nos amis et de nos partenaires amoureux.

Il faut donc se rappeler quels sont les trois principes indiscutables de la confiance. Ceux que personne ne devrait violer :

  • La confiance, c’est savoir que nous sommes dignes de recevoir du soutien et de l’aide quand nous en avons besoin ou quand nous en faisons la demande
  • La confiance, c’est pouvoir partager des confidences sans être jugé ou trahi
  • Enfin, la confiance, c’est de savoir que la personne en qui nous avons confiance ne nous fera aucun mal

En conclusion, nous devons tous pouvoir faire confiance à quelqu’un. Sans ce soutien quotidien, la vie devient dure et perd de son élan… Essayons donc d’être de bons fournisseurs de cette dimension avec les autres, mais aussi d’être prudents dans le choix des poches où placer ce bien précieux.

 

  • Dunn, J. R., & Schweitzer, M. E. (2005). Feeling and believing: The influence of emotion on trust. Journal of Personality and Social Psychology88(5), 736–748. https://doi.org/10.1037/0022-3514.88.5.736
  • Rempel, J. K., Holmes, J. G., & Zanna, M. P. (1985). Trust in Close Relationships. Journal of Personality and Social Psychology49(1), 95–112. https://doi.org/10.1037/0022-3514.49.1.95