Loading...
 

Escophobie: symptômes, causes et traitement

Notre niveau d'activation change généralement lorsque nous nous rendons compte que quelqu'un nous regarde. Mais que se passe-t-il quand cela nous paralyse ? Nous en parlerons dans le prochain article.

Dernière mise à jour : 01 décembre, 2021

La scophobie, également connue sous le nom de scopophobie, est un trouble anxieux caractérisé par une peur pathologique d’être regardé ou vu par les autres. De même, il est également associé à une peur irrationnelle d’attirer l’attention des autres. D’emblée, elle est considérée comme une phobie spécifique, c’est-à-dire qu’elle se manifeste sans s’accompagner d’autres troubles psychopathologiques. Cependant, il se produit souvent à côté d’autres phobies telles que le trac ou la peur de rougir.

La scophobie est également l’ un des symptômes les plus courants de la phobie sociale. Pour cette raison, il est souvent inclus dans les troubles d’anxiété sociale.

Symptomatologie habituelle de la râpe

Le symptôme le plus courant chez les personnes atteintes d’éruption cutanée est le désir d’éviter les situations dans lesquelles elles peuvent se sentir jugées par le regard des autres. Cela peut se produire aussi bien devant de grands groupes de personnes, comme lors d’un spectacle, d’un discours ou d’une présentation, que devant un seul étranger avec qui nous passons dans la rue.

En plus du désir d’évitement, les personnes atteintes de scophobie manifestent généralement un ensemble de symptômes lorsqu’elles sont confrontées à la situation redoutée. Certains des plus courants sont les suivants :

  • Transpiration excessive
  • Maladie.
  • Vertiges
  • Tachycardies
  • Bouche sèche
  • tremblements
  • Hyperventilation
  • Rougir.
  • Difficulté à maintenir un discours cohérent.
  • Dispersion mentale.
  • Sentiment de perte de contrôle ou de panique.

Face à cette symptomatologie accablante, de nombreux sujets atteints de schizophobie finissent par limiter leurs rencontres sociales. Selon la gravité du trouble, ils peuvent cesser d’interagir avec la plupart des gens, y compris les amis et la famille.

Principales causes de la scophobie

La scophobie peut se manifester pour une multitude de raisons. L’un des plus courants est que la personne a été taquinée à un moment donné et que cette situation a créé une expérience traumatisante qui s’est généralisée à d’autres domaines sociaux.

Cependant, ce n’est pas la seule explication. Par exemple, les personnes très timides peuvent souffrir d’éruptions cutanées à un moment donné. De plus, les personnes atteintes d’une maladie, d’une blessure ou d’une déformation visible peuvent développer ce trouble plus facilement car il a tendance à attirer plus l’attention des autres.

Un autre cas concerne les personnes atteintes d’un certain type de trouble psychopathologique. Les personnes atteintes de troubles délirants, de schizophrénie paranoïde ou d’hypervigilance élevée sont également plus susceptibles de développer des éruptions cutanées.

Traitements actuellement disponibles

Actuellement, il existe plusieurs façons de traiter les phobies. Les plus courants sont la thérapie psychologique et les médicaments psychotropes.

Psychothérapie

L’approche classique pour traiter une phobie telle que la scophobie est la thérapie cognitivo-comportementale. Dans cette approche, différentes méthodes peuvent être utilisées :

  • Désensibilisation systématique. Cette façon de faire face aux phobies permet aux sujets une exposition progressive à la situation redoutée. Pour faciliter la performance, des stratégies telles que la restructuration cognitive et des techniques de relaxation efficaces sont proposées.
  • Exposition. Cette technique consiste à s’exposer directement au stimulus phobique pendant un temps suffisant jusqu’à ce que l’anxiété disparaisse. Au début, cela peut sembler plus difficile à gérer, mais c’est très adapté à certaines situations et chez certains individus cela peut être encore plus efficace qu’une désensibilisation systématique.
  • Formation aux compétences sociales. Quelle que soit la manière dont vous traitez la phobie, la formation aux compétences sociales est une stratégie indispensable pour les personnes atteintes de schizophobie. Grâce à eux, les patients apprendront des stratégies de communication pour mieux interagir avec les autres.

Autres psychothérapies pour traiter la scophobie

Bien que la thérapie cognitivo-comportementale ait aidé des millions de patients à travers le monde, il existe un pourcentage important de personnes qui ne répondent pas de manière adéquate à ce type d’approche. Dans ce cas, il existe d’autres thérapies qui peuvent également être très efficaces :

  • Thérapie stratégique brève. Ce type d’intervention est excellent pour les personnes qui ne répondent pas aux traitements classiques. Dans ce cas, les sujets doivent également s’exposer au stimulus phobique, cependant, ils le font selon une stratégie qui échappe à la logique et dans de nombreux cas, la résistance au changement est démêlée.
  • Psychothérapie psychanalytique. S’il existe une méthode traditionnelle de traitement de la détresse psychologique, c’est bien la psychanalyse. Son approche est loin des autres types de psychothérapie, mais elle n’en est pas moins efficace pour un certain profil de personne. Il convient particulièrement à ceux qui souhaitent approfondir l’origine de leurs conflits émotionnels.

Psychopharmaceutiques

Bien qu’il soit recommandé de traiter l’éruption cutanée par la psychothérapie dans un premier temps, la pharmacologie peut parfois aider à réduire les symptômes plus physiques. Parmi les médicaments les plus prescrits figurent les suivants :

  • Benzodiazépines.
  • Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS).
  • Bêta-bloquants adrénergiques.
  • Les IMAO.

Il est également courant de combiner une psychothérapie avec l’un de ces médicaments, en particulier dans les premières étapes du traitement. Au fur et à mesure que la personne améliore ses symptômes et maîtrise mieux la situation, on peut demander au médecin quelles mesures suivre pour réduire voire éliminer le mode de consommation de psychotropes.

Dans tous les cas, il est important de garder à l’esprit que, si vous souffrez de l’un des symptômes décrits dans cet article, il existe des interventions efficaces. Consultez un spécialiste de la santé mentale pour obtenir des conseils et pour apprendre des stratégies d’adaptation efficaces.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
La beauté est un sentiment

Quel est le vrai concept de la beauté ? J'ai le sentiment que Cecilia Giménez apprécia avec sensibilité les dégâts que le temps causa à