Enfants d’une mère déprimée

· 30 septembre 2018

Les êtres humains sommes dans une large mesure le fruit de notre environnement. Les personnes qui s’occupent de nous pendant nos premières années sont d’une importance décisive dans ce que nous serons, elles laissent une marque indélébile. Il y a donc certains traits qui différencient les enfants d’une mère déprimée des autres.

Certaines études ont montré que le cerveau des enfants de mères atteintes de troubles mentaux diffère de celui des autres. L’amygdale est plus grande, bien que la cause neurophysiologique n’est pas encore connue. L’ampleur de ses conséquences n’est pas non plus connue. Il a seulement été démontré qu’il s’agit d’un état qui apparaît chez les enfants souffrant de privation affective. L’incidence d’une mère déprimée est si grande qu’elle laisse même des traces physiques.

« La dépression est une prison où vous êtes à la fois le prisonnier et le cruel geôlier. »

Dorthy Rowe

La mère déprimée et son environnement

Même si ce n’est pas habituel, certaines mères peuvent connaître une période de dépression après la naissance de leur bébé. C’est ce qu’on appelle la dépression post-partum. Elle est en partie due aux changements hormonaux associés à la maternité. Mais il s’agit aussi d’une sorte de mise à jour du lien que chaque mère avait avec ses parents à sa naissance. Si ce n’était pas positif, la tristesse tend à s’intensifier.

mère déprimée et dépression post-partum

La dépression post-partum se dissipe habituellement dans un laps de temps relativement court. Cependant, lorsqu’il y a d’autres problèmes associés, la tristesse peut s’étendre et s’approfondir. Ainsi, le phénomène des mères déprimées à la suite du processus d’éducation des enfants se produit. D’autres mères étaient déjà déprimées avant la gestation, et cette condition s’intensifie avec l’accouchement.

Bien sûr, la dépression maternelle n’apparaît pas seulement au moment d’avoir un enfant. Cette condition peut survenir à n’importe quel moment de la vie. Cependant, l’impact le plus important sur le bien-être d’un enfant se produit à des moments critiques, comme les premières années de la vie ou l’adolescence.

Le rôle de l’enfant dans la dépression

Parfois, la mère déprimée donne à ses enfants le rôle d’un « baume ». Cela signifie qu’elle leur donne un rôle dans leurs problèmes : celui d’être un réconfort à leur tristesse. Les enfants deviennent une oasis de bien-être au milieu de l’aridité du monde affectif de la mère.

mère déprimée et rôle de l'enfant

Cela peut en effet être bénéfique pour la mère déprimée. Cependant, les conséquences pour l’enfant peuvent être négatives à long terme. Inconsciemment, l’enfant apprend à jouer un rôle qui ne lui appartient pas. Il apprend à « être pour elle-même » et non pas « pour lui-même ». En d’autres termes, il intériorise les besoins de sa mère et renonce au processus d’individuation.

D’autres fois, la mère déprimée ne perçoit pas son enfant comme un réconfort, mais comme un fardeau. C’est particulièrement vrai pour les grossesses qui n’ont pas été activement souhaitées. Ces femmes peuvent essayer de minimiser leur présence dans la vie des enfants et de limiter leurs expressions d’affection. Elles évitent le bébé. Elles essaient d’ignorer leurs besoins. Cela engendre chez le petit un sentiment d’étrangeté et une grande difficulté à donner un sens à sa propre existence.

La mère déprimée et les adolescents

L’adolescence est une autre de ces étapes sensibles, où la présence d’une mère déprimée peut avoir un grand impact. Il est courant que la dépression de l’adulte rivalise avec celle de l’enfant, ce qui entraîne une accumulation de culpabilité mutuelle. Les résultats de cette interaction peuvent devenir imprévisibles.

Certains adolescents transforment le lien avec leur mère déprimée en champ de bataille. Il n’y a pas de place pour les trêves de toutes sortes. S’ensuit généralement une succession de blessures des deux. Il est fréquent que dans ces scénarios dramatiques, tout culmine avec des distances exagérées et insurmontables pendant de nombreuses années.

Il y a aussi le cas des enfants qui, en raison de l’insécurité ou d’une dépendance excessive, finissent par accepter d’être blâmés par la mère déprimée. Ils décident alors de réparer la douleur insondable qu’ils perçoivent en elle. La dépendance devient ainsi symbiose et se perpétue dans le temps. Le cordon ombilical reste en place, même jusqu’à la mort.

 

Une mère déprimée peut ne pas être disponible psychologiquement pour répondre pleinement aux besoins émotionnels et parfois physiques de ses enfants. Ainsi, l’une des meilleures choses qu’ils peuvent faire pour eux-mêmes et leurs enfants est de traiter leur dépression de façon professionnelle. Sinon, non seulement il leur sera plus difficile d’avoir des enfants, mais ils risquent aussi de causer des dommages à long terme aux jeunes enfants.