Emily Dickinson, biographie d'une femme mystérieuse

18 octobre, 2020
La vie d'Emily Dickinson, l'une des plus grandes poétesses américaines de l'histoire, est entourée de nombreux mystères. Ce qui est sûr, c'est que son oeuvre a rompu des modèles. Elle était aussi une femme très singulière et cela a contribué à la naissance de nombreuses légendes.

Emily Dickinson est considérée comme l’une des plus grandes poétesses de tous les temps, bien qu’elle n’ait publié, de son vivant, que six poèmes sans grand succès. C’était une femme très mystérieuse, au point qu’on ne comprend pas de nombreux aspects de sa vie. Cela donne lieu tout type d’hypothèses.

L’un de ces mystères est lié aux quelques 300 poèmes d’amour qu’elle a écrits avec passion pour quelqu’un. L’identité du destinataire n’est pas claire. Elle n’a jamais été vue en couple et Emily Dickinson est décédée célibataire et très probablement vierge.

“Si je lis un livre et que je sens que tout mon corps est si froid qu’aucun feu ne peut me réchauffer, je sais que c’est de la poésie.”

-Emily Dickinson-

On ne sait pas non plus si certaines de ses habitudes étaient de simples excentricités ou s’elle était prisonnière d’un problème émotionnel ou mental plus grave. Ce qui est certain, c’est qu’elle était une poétesse extraordinaire. On la compare actuellement aux plus grands poètes comme Edgar Allan Poe ou encore Walt Whitman.

Un livre ouvert dans la nature.

Emily Dickinson, une enfance heureuse

Emily Dickinson voit le jour dans une famille aisée, en Nouvelle-AngleterreSa famille était de tradition protestante et puritaine, ce qui a fortement influencé la vie et l’oeuvre de la poétesse. Elle ne s’est néanmoins jamais complètement définie. Parfois, elle semblait être classique et mystique et parfois, une païenne.

Emily est née le 10 décembre 1830, à Amherst, au Massachussets (États-Unis). Son père, tout comme d’autres membres de sa famille, occupait un poste important au gouvernement.

C’est précisément sa famille qui a été l’une des premières à promouvoir l’ouverture d’un centre éducatif pour filles. À l’époque, les filles étaient rarement instruites.

La future poétesse reçoit sa première formation dans cette école. C’est là qu’elle s’est aventurée dans le monde des sciences. En outre, sa tante lui donne des cours de piano. Elle reçoit également d’autres cours privés de jardinerie et d’horticulture, des métiers qu’elle a aimés jusqu’à la fin de ses jours. Elle adore également l’astronomie.

Une jeune particulière

Après son instruction de base, Emily Dickinson s’en va étudier dans un séminaire pour jeunes. Elle y reçoit une formation académique mais l’objectif réel était de former des missionnaires religieux.

On lui propose de se consacrer à cette activité, mais après mûre réflexion, elle décide de refuser. Pour cette raison, elle sort de ce centre en tant que “non convertie”.

En réalité, elle sort du séminaire pour des raisons de santé. On sait depuis son plus jeune âge, qu’elle est passionnée de poésie et qu’elle adorait inventer des histoires pour s’amuser avec ses camarades. Après le séminaire, elle retourne chez son père et y restera pour toujours.

Deux hommes ont éveillé un intérêt important chez elle. Le premier fut Benjamin Franklin Newton, un homme intelligent et attentif. Il entre dans sa vie pour lui recommander des lectures et flatter son intelligence. Néanmoins, cet éventuel prétendant souffrait de tuberculose. On l’a peut-être éloigné pour cette raison. Peu de temps après, il meurt, ce qui fait beaucoup de mal à Emily.

Le deuxième homme fut Charles Wasdworth, un pasteur et un pianiste de renom. Cet homme était marié et on dit qu’on l’a éloigné d’elle pour qu’il ne “cède pas à la tentation”. Cette information n’est néanmoins pas vérifiée. Emily l’admirait profondément.

Emily Dickinson, une grande poétesse.

Excentricités et ingéniosité

Nombre de ses biographes ont émis l’hypothèse que ses poèmes d’amour étaient dédiés à ces hommes. Néanmoins, il existe une version plus plausible selon laquelle l’objet de son affection était Susan Gilbert, amie d’enfance et épouse de son frère. Cela expliquerait la raison pour laquelle il existe tant de mystères autour de cette affection.

Emily Dickinson refusait non seulement de publier son oeuvre mais y compris de la partager avec ses proches. C’est pourquoi, de son vivant, seuls six des mille-huit-cents poèmes ont été diffusés.

Elle passe les quinze dernières années de sa vie enfermée, d’abord chez elle et ensuite, exclusivement dans sa chambre. En outre, elle prend également l’habitude de ne s’habiller qu’en blanc.

Elle ne sortait alors que dans son jardin adoré. Le reste du temps, elle le passait dans sa retraite volontaire. Elle meurt d’un problème rénal le 15 mai 1886.

C’est sa sœur cadette et fidèle admiratrice, Vinnie, qui trouve les 40 volumes de poésie, reliés à la main qu’Emily cachait. C’est Vinnie qui diffusa au monde cette merveilleuse oeuvre.

Chávez, F. E. (2007). El silencio de Dickinson. Lectora: revista de dones i textualitat, (13), 61-68.