Dites ce qui vous dérange quand ça vous dérange, pas quand il est trop tard

Le moment le plus approprié pour indiquer que quelque chose vous dérange, vous submerge et vous blesse, c'est maintenant.
Dites ce qui vous dérange quand ça vous dérange, pas quand il est trop tard

Dernière mise à jour : 18 juillet, 2022

Ce n’est qu’à ce moment-là que vous pourrez le dire avec vos meilleurs mots et avec assurance, avant que ce qui vous dérange ne vous submerge et que vous finissiez par faire une attaque dont vous ne voulez pas au fond.

Il y a ceux qui pensent qu’utiliser une bonne affirmation de soi est quelque chose de dur ou même d’égoïste. Or, s’affirmer sans attaquer les autres est l’attitude la plus efficace pour défendre nos droits personnels et affectifs, tout en sachant respecter, oui, qui nous avons en face de nous.

Cela me dérange que vous envahissiez mes espaces personnels, que vous me violiez, que vous me fassiez sentir petit alors que mon cœur et ma volonté sont grands. Ça m’énerve et je me défends donc vous savez où sont mes limites et cette clôture à ne pas franchir si vous m’appréciez vraiment.

Un aspect à prendre en compte et que des articles comme celui paru dans le journal “The Guardian” reflètent généralement sur nous, est la nécessité de développer l’affirmation de soi déjà dans les contextes scolaires et universitaires. Un enfant, un étudiant ou un adulte qui s’affirme est une personne plus libre, plus respectueuse et plus heureuse.

Dites ce qui vous dérange.

Dire ce qui me dérange : une question de dignité personnelle

Quelque chose de curieux qui se produit généralement dans notre belle langue est que commencer une phrase par le pronom personnel “je” donne généralement l’image, parfois, d’une certaine arrogance. Pourtant, en anglais, personne ne s’étonne d’entendre des phrases comme “I feel (I feel)”, “I Belie (I Belie)”, “I Need (I Need)…”

Bien que nous n’utilisions pas très souvent la première personne, il est bon de garder à l’esprit nos droits chaque fois que nous interagissons avec quelqu’un. C’est une question de dignité, et la dignité doit toujours être au-dessus de la peur, du souci de ne pas être aimé ou de la peur de ne pas être ce que les autres attendent.

Agir avec assurance fait partie d’une bonne estime de soi, c’est la capacité retentissante mais respectueuse de savoir se réaffirmer dans ces contextes sociaux complexes dans lesquels nous vivons aujourd’hui. Il est également clair que nous ne pouvons pas agir de manière agressive en revendiquant nos droits comme si nous étions dans une jungle. L’essentiel est dans l’équilibre, dans le respect, dans le savoir faire…

femme avec un masque de fleur bleue

Le besoin de bien paraître avec tout le monde

Il n’y a pas de plus grande source de stress et de souffrance personnelle que le besoin de plaire à tout le monde et de s’adapter à ce que les autres attendent de nous. Ce n’est pas une pratique saine : l’épuisement personnel que nous pouvons atteindre est sans doute énorme.

Derrière ce type de réclamation, il y a sans doute un besoin constant d’approbation. Cela signifie également suivre l’idée fausse selon laquelle “ce que les autres pensent de moi est plus important que mon opinion sur moi-même”.

La première règle de l’estime de soi nous dit qu’avant d’être accepté par les autres, nous devons nous accepter. Cela implique d’être courageux pour défaire plusieurs nœuds :

  • Le nœud qui vous lie aux personnes qui n’acceptent pas votre façon de ressentir et de voir les choses.
  • Le courage de couper le fil qui vous ancre au besoin d’approbation et de complaisance. Osez penser par vous-même et acceptez que les autres n’aient pas à partager votre vision du monde, votre façon d’appréhender le bonheur.
  • Osez aussi briser le nœud de la passivité et de la peur de ce qu’ils diront.
femme avec un hibou qui tient le ruban de sa robe rompant le fil de ce qui la dérange

Comment exprimer nos sentiments avec assurance

Si nous avalons une nuisance après l’autre, nous finirons par tomber malades à cause de notre propre poison. Ainsi, si nous choisissons de réagir au dernier moment déjà alimenté par la colère et la frustration, les autres nous regarderont avec perplexité en découvrant tout ce que nous avions silencieusement permis.

L’affirmation de soi est la boussole de l’estime de soi, c’est la voix qui nous donne de la dignité et qui défend nos droits, il est donc vital de développer des stratégies adéquates pour pouvoir l’intégrer dans notre comportement :

Voici quelques directives de base :

  • Introduisez dans votre langage habituel des verbes comme “je veux”, “j’aime ça”, “je sens”. Prenez conscience de l’émotion ou du sentiment qu’il produit en vous chaque fois que vous les utilisez.
  • Si vous rencontrez une situation confuse, ne l’ignorez pas. Si quelque chose vous dérange, vous inquiète ou vous inquiète, essayez de le clarifier “sur le moment”.
  • Reconnaître le positif chez les autres : offrez un renforcement aux comportements qui vous enrichissent et que vous considérez comme positifs ou, comme dirait Kant, qui représentent une « action universelle ».
  • Lorsque vous vivez une situation qui vous remplit de colère ou de rage, respirez profondément, respirez et traduisez chaque sensation en mots, en utilisant de manière appropriée des phrases telles que “je suis contrarié parce que…”, “je me sens offensé parce que…”
  • Ne faites pas un usage excessif des reproches, encore moins des ironies ou du mépris. Parlez de vos droits et de vos besoins, écoutez les autres et n’ayez pas peur de vous défendre. Respectez-vous, comme les autres. Soyez intelligent, soyez digne.

L’affirmation de soi est l’arme de l’intelligence et de la protection personnelle, utilisée à bon escient, c’est la meilleure énergie qui nourrira notre estime de soi.

fille avec des papillons dans les mains

Cela pourrait vous intéresser ...

Les blessures de l’âme et le mal de tête
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les blessures de l’âme et le mal de tête

Qu'est-ce qui se cache derrière le mal de tête ? Le stress, l'anxiété, une mauvaise alimentation et ces blessures de l'âme que l'on somatise.