Découvrir vos valeurs, c’est donner un sens à votre vie

27 avril 2016 dans Emotions 5 Partagés

Tout au long de la vie, nous devons tous réévaluer nos valeurs pour pouvoir atteindre un sens : savoir ce qui est important pour nous et ce qui ne l’est pas, pour agir en conséquence et nous diriger vers nos vrais objectifs.

Peu importe que ces valeurs soient a priori superficielles, difficiles à atteindre, ou qu’elles impliquent un sacrifice à long terme : elles vous rendent heureux et vous font vous sentir bien.

Mais surgissent forcément plusieurs questions : Que se passe-t-il quand elles ne sont pas claires ? Vous vous êtes peut-être un peu perdu dans votre vie.

C’est pour cela que dans cet article, nous allons voir ensemble des métaphores et des exercices qui aident à retrouver ses vraies valeurs. Découvrir ses valeurs peut donner un sens à sa vie…

La métaphore de la cérémonie hommage

Femme-avec-colombes-pensant-aux-autres

C’est un exercice de réflexion intense et un peu dur mais révélateur et beau à la fois. Alors, faites-le dès que vous vous en sentez capable, en y prêtant le plus d’attention possible.

Voici une métaphore pour ensuite nous permettre de réfléchir :

“Imaginez que l’on organise une cérémonie ou une messe pour vous quand vous ne serez plus là. S’y trouvent les personnes qui sont passées dans votre vie et qui ont compté pour vous.

Elles doivent lire ce que vous étiez dans leur vie, et ce que vous avez représenté pour elles et les autres. Elles lisent à voix haute : « Ma sœur, mon amie, ma mère… une personne caractérisée par… ». Maintenant, pensez à ce que vous aimeriez qu’elles disent de vous, comment vous aimeriez qu’elles se souviennent de vous.

« Mon amie, une personne qui par peur, n’a pas osé lutter pour ce qu’elle ressentait », « ma mère, qui n’a pas pris assez de temps pour moi ». Personne n’aimerait entendre cela. Alors réfléchissez à comment vous aimeriez qu’elles décrivent votre passage sur la terre.

Vous aimeriez qu’elles disent que vous avez été une bonne amie, quelqu’un capable de se surpasser face aux difficultés. Quelqu’un qui a lutté pour ce qu’il voulait et qui a vécu sa vie selon ses convictions.

Réfléchissez et écrivez. Vous avez ici les premières informations importantes, dans les grands traits… de ce qui vous importe, et de vos valeurs. »

Cette métaphore est utilisée dans la Thérapie d’Acceptation et d’Engagement et nous met en connexion avec notre moi le plus intime.

Beaucoup de gens passent pas de graves crises d’identité et existentielles, et ont besoin de mettre en ordre ce qu’ils ressentent et ce qu’ils veulent pour avancer.

Voyons une seconde métaphore qui vous aidera à préciser ce à quoi vous êtes arrivé avec la première.

La métaphore des mauvaises herbes et de la fleur

Peut-être que vous savez quelles sont les valeurs auxquelles vous voulez confier votre vie, pour qu’elle ait un sens et qu’elle représente un voyage agréable. Mais, parfois, c’est comme s’il était impossible de le faire.

Votre esprit vous joue de mauvais tours et les souvenirs, les traumatismes et les déceptions du passé occupent plus de temps et d’espace dans votre esprit que vos réussites et vos motivations.

Nous allons essayer d’éclaircir tout cela pour que vous puissiez avancer plus légèrement, avec du sens, mais en supportant et en acceptant le malheur que tout chemin vital comporte :

Imaginez que vous avez un jardin. Il est plein de roses magnifiques que vous voulez conserver. Il est important pour vous et conserver ces roses tout en faisant pousser d’autres fleurs serait fantastique pour vous.
Cependant, le jardin contient aussi des mauvaises herbes.

Parfois, vous passez beaucoup de temps à enlever les mauvaises herbes, mais elles sont de plus en plus nombreuses et éparpillées. À force de vous préoccuper des mauvaises herbes, qui doivent disparaître, vous avez négligé les roses, alors que c’est ce qui donnait du sens à votre jardin. Et elles ont fané.

Les roses sont fanées et les mauvaises herbes prolifèrent. Avant, elles ne se voyaient presque pas car vous vous consacriez à vos roses, et les mauvaises herbes sont présentes dans tous les jardins, de toute manière. Mais elles étaient si petites face à la majesté et la beauté des grandes roses rouges”.

Réfléchissez à cette métaphore et mettez-la en relation avec ce qui se passe dans votre vie et votre esprit : Quand avez-vous, pour la dernière fois, consacré plus de temps à lutter pour ce que vous voulez vraiment dans votre vie plutôt qu’à éliminer les mauvais sentiments?

Les mauvaises pensées sont comme les mauvaises herbes de votre jardin: plus on met de l’énergie à les éliminer, plus leur présence prend de la place.

Si vous supportez le malheur qu’elles provoquent parfois chez vous, vous aurez beaucoup plus de temps à donner aux roses importantes de votre vie.

Femme-se-trouvant-dans-un-jardin

Vous devez lutter pour ce que vous considérez comme important dans votre vie, sans vous comparer aux autres. Vos roses et vos valeurs ne méritent pas que votre temps soit dédié aux mauvaises herbes.

Dessiner la stratégie et le chemin des valeurs

Il existe un formulaire de buts, d’actions et de barrières (Hayes et al, 1999) qui peut vous aider à organiser vos stratégies pour identifier vos valeurs après avoir réfléchi à ces métaphores, et qui met l’accent sur ce que vous pouvez faire à partir de maintenant pour réussir.

Identifiez les zones précieuses de votre vie (famille, amis, loisirs, formation etc.) et établissez une direction stable pour chacune d’entre elle.

Écrivez les actions que vous êtes disposé à faire pour les atteindre et les barrières (psychologiques et environnementales) qui les rendent difficiles à réaliser.

Si la direction choisie est de réussir un concours, établissez des actions concrètes à long terme pour réussir (études, organisation du temps, programme etc.) et également les barrières qui rendent ce chemin difficile (insécurité, instabilité etc.)

Et n’oubliez pas de vous poser cette question : Si vous n’aviez pas ce problème, que feriez-vous dans la vie pour être heureux ?

Vous vous rendez compte que les problèmes sont supportables quand ils sont compensées par des choses positives. Car « qui a une raison de faire quelque chose pourra en supporter les conditions ».

A découvrir aussi