Le danger de dire à un-e adolescent-e que tout peut lui réussir

· 14 janvier 2017

Nombreux sont les parents qui disent à leurs enfants adolescent-e-s qu’iels seront capables de réaliser tout ce qu’iels veulent. Tous les parents devraient encourager leurs enfants à se laisser guider par ce qui leur plaît et à ne pas se sentir limité-e-s par la vision que peut leur renvoyer la société des capacités dont iels disposent. Or, ce genre d’attitude si positive et apparemment motivante peut présenter certains inconvénients pour le moins inattendus.

Tout d’abord, rien ne nous assure qu’il est possible d’atteindre absolument tous les buts que l’on se fixe, ou du moins si cela est possible, ce qui est sûr, c’est que le chemin des sacrifices à parcourir est si long que l’adolescent-e devrait aussi avoir conscience de ce qui l’attend. Peut-être alimente-iel le rêve de devenir un-e grand-e sportif-ve car iel aimerait gagner autant d’argent et être aussi connu-e que le sont les sportif-ve-s de haut niveau, mais peut-être également n’est-iel pas vraiment attiré-e par le sport ni même par la vie de sacrifices que cela exige.

Il est important de considérer que la chance et le hasard jouent aussi un rôle très important : notre corps est relativement fragile, et si on lui en demande trop, les lésions ne tarderont pas à apparaître. Lorsque l’adolescent-e opte pour un chemin, iel doit bien avoir conscience de ce que cela implique.

De plus, la recherche montre que lorsqu’on se fixe des objectifs hautement ambitieux, ces derniers peuvent en arriver à être nuisibles pour nous. C’est par exemple ce qui mène à un comportement peu éthique tel que le dopage dans le but d’atteindre ces objectifs ambitieux ou ce qui nous fait que l’on a l’impression de s’enfoncer  dans l’échec si on ne les atteint pas.

Il est dangeureux pour un adolescent-e de se lancer dans un projet sans savoir où iel va

Dire aux adolescent-e-s qu’iels peuvent tout faire sans s’assurer qu’iels ont bien conscience de ce dans quoi iels s’engagent, cela peut s’avérer dangereux ; en effet, les encourager à se fixer des objectifs élevés sans pour autant leur donner d’informations ni leur fournir d’aide quant à la façon d’atteindre ces objectifs, cela peut donner lieu à de grandes frustrations auxquelles iels ne sont peut-être pas préparé-e-s, ou tout simplement auxquelles iels ne désirent pas être confronté-e-s.

madre-hablando-con-su-hija-adolescente

D’un autre côté, il est très difficile pour les adolescent-e-s de savoir pour elleux-mêmes si leurs efforts sont suffisants. D’autre part, iels peuvent aussi en arriver à penser que le fait de vouloir atteindre quelque chose est déjà suffisant en soi, ou bien à considérer que les facilités dont iels disposent dans un domaine particulier les accompagneront toujours naturellement.

Il est important d’avoir conscience du fait que les grandes réussites seront difficiles à atteindre, voire même de les aider à accepter que la chance joue un rôle clé dans la vie (pour le bien comme pour le mal), ainsi que leur expliquer comment procéder afin de leur permettre de pouvoir avancer dans leur quête vers les objectifs qu’iels se sont fixés. Erica Reischer, auteure du livre What Great Parents Do: 75 simple strategies for raising fantastic kids, propose de s’appuyer sur ce qu’elle appelle « les trois P ».

Les trois P

Plutôt que de dire à l’adolescent-e qu’iel est capable de tout faire, Erica Reisher propose de lui inculquer les trois P : pratique, patience et persévérance.

Pratique : les efforts sont fondamentaux dans le développement de la maîtrise et de l’atteinte de l’excellence.

Patience : la maîtrise et les grandes réussites mettent du temps à s’établir et à s’atteindre.

Persévérance : il est tout à fait probable que des obstacles se présentent, et les contretemps sont communs à toute entreprise.

Selon Erica Reisher, il faut bien faire comprendre aux enfants que le succès se définit par les efforts et les progrès sur le long terme, pas par la comparaison avec les autres.

Avant d’être un-e adolescent-e, c’est un-e enfant

On raconte qu’une fois, Thomas Edison a été surpris pas un collègue sur son lieu de travail en train de passer en revue les bilans de milliers d’expériences échouées. Edison dit alors à son ami : « J’ai tout essayé, mais mes tentatives ont échoué. Je viens de trouver dix mille manières de faire échouer mes expériences. » Il s’agit là d’un grand optimisme ainsi que d’une importante capacité à apprendre de leurs erreurs.

Quand votre enfant se montre impuissant et pessimiste et qu’iel dit qu’iel n’est pas capable de faire quelque chose, plutôt que de lui montrer comment faire afin qu’iel se rende compte qu’iel est tout aussi capable d’y arriver que n’importe qui d’autre, racontez-lui cette histoire. Ensuite, dîtes-lui que tout défi requiert du temps et des efforts, et que plus on consacre de temps et d’efforts au but que l’on vise, plus on optimisera nos chances de l’atteindre.

nin%cc%83a-pequen%cc%83a-mirando-por-la-ventana

Votre enfant ne pourra aller très loin que s’iel est capable de faire face aux défis qui jour après jour se présenteront sur son chemin et s’iel est capable de sentir qu’iel avance. Votre enfant n’a pas besoin de réponses, mais d’opportunités pour apprendre et pour faire face à ses frustrations.

Or, au-delà d’atteindre le but final, ce dont ont besoin les enfants c’est de se divertir en faisant ce qu’iels font. Iels peuvent devenir footballeur-se-s, mais avant, iels doivent jouer de nombreux matchs avec leurs ami-e-s et tout simplement profiter de cela. L’exigence qui fait partie intégrante de la vie des professionnel-le-s de haut niveau doit s’instaurer de façon très progressive à l’adolescence.

Avant d’être adolescent-e, l’enfant doit se divertir, et avant que l’exigence et la frustration n’apparaissent, l’enfant peut rêver d’être ce qu’iel veut. Iel peut même changer chaque jour de rêve et profiter de ce que la vie lui propose. Il s’agit là d’une étape de découvertes et pour lui-elle ; c’est une façon comme une autre d’explorer le monde avec son imagination ainsi que ses propres expériences. Iel pense que plus iel le fera et plus iel en saura, mieux iel pourra savoir quand le bon moment sera venu.