Le cycle de satisfaction des besoins

14 avril 2017 dans Emotions 150 Partagés

Les besoins s’accompagnent de petites alarmes qui apparaissent chez tout le monde, pour que l’on puisse les satisfaire. Une fois qu’on les satisfait, on se sent complet-ète, comblé-e, calmé-e et on peut passer à la résolution d’autres besoins qui apparaissent petit à petit. Pour notre santé mentale, physique et émotionnelle, il est fondamental de les écouter, de les identifier et de les satisfaire. Sinon, ils se transforment souvent en troubles physiques ou psychologiques.

Ils peuvent être de nombreux types : physiologiques, existentiels, émotionnels… Et ils nous parlent toujours de ce qui est important pour nous. Ce sont nos alarmes d’authenticité. Ils sont intimement liés à notre véritable essence et pour cela même, nous devons être capable de pouvoir les identifier pour les résoudre.

Mais comme nous sommes parfois un peu compliqué-e-s, nous nous chargeons nous-mêmes d’amputer certaines parties de ce cycle de la satisfaction des besoins. Nous nous chargeons de faire la sourde oreille à une alarme, ou de ne la compléter qu’à moitié car nous ne parvenons pas à nous séparer de cet objet qui nous aiderait à la satisfaire…

Les résistances nous empêchent de satisfaire des besoins que nous avons

Il existe de nombreuses manières de ne pas compléter ces demandes, et toutes ont un lien avec les résistances et les peurs qui nous empêchent de faire ce que nous avons vraiment besoin de faire. Nous ne pouvons pas refuser notre nature ni admettre que parfois, il y a des besoins que nous voulons satisfaire mais ce sont les conventions sociales ou éthiques qui nous freinent.

Nous sommes donc des êtres humains complexes. Il existe un instinct animal intense et primaire en nous et que nous ne pouvons pas nier. Et il y a une éthique et une morale sous-jacente à une grande partie de notre culture dont nous ne pouvons que constater. Et c’est dans cet équilibre que nous devons savoir nous gérer, sans nous trahir nous-mêmes. Sachant quand nous devons nous freiner, pour une raison ou pour une autre.

Compliqué ? C’est une manière intéressant de s’écouter soi-même avec toute l’honnêteté possible, et de voir comment nos décisions sont influencées par de nombreuses raisons. Des raisons qui, comme on le disait, peuvent aller d’un instinct purement animal à quelque chose de culturel.

Le cycle de satisfaction des besoins se compose de 7 étapes successives :

1. La sensation

C’est la perception du déséquilibre. Ainsi, notre corps a besoin de restaurer cet équilibre pour pouvoir satisfaire notre organisme. Voici un exemple : quand notre ventre nous sonne car nous avons faim ou quand tout simplement, nous ressentons une sensation étrange qui nous alerte pour que nous lui prêtions attention.

2. La conscience

Lorsque nous prenons conscience de cette sensation, nous identifions notre besoin. Si l’on suit l’exemple précédent, on prend conscience que notre ventre nous a lancé une alerte mais on n’a pas trop faim non plus. « Ah OK, on m’informe que j’ai faim ». Ou un autre exemple, on peut se rendre compte que l’on se sent seul-e et que l’on a besoin d’un contact avec un être aimé…

3. L’énergisation

Une fois que l’on a identifié et pris conscience de son besoin, on peut passer à l’étape suivante. On se met en mouvement. Mon corps se remplit de cette énergie qui mobilise pour faire quelque chose d’important. « Ah, j’ai très faim ! Alors, je peux aller dans la cuisine ». Ou, dans l’exemple précédent, je prends conscience de mon besoin de contact avec quelqu’un d’autre, et à présent je sais quelle personne j’ai envie de voir. Cette énergie mobilisatrice va nous aider à passer le cap suivant.

4. L’action

Lors de cette étape, une fois que nous sommes activé-e-s pour faire l’action, nous nous mettons dans les bonnes dispositions pour la réalité. Nous sommes conscient-e-s de ce que nous avons besoin et nous allons satisfaire ce besoin. Nous nous décidons à appeler notre ami-e car c’est la personne avec laquelle nous avons envie à ce moment précis de parler.

5. Le contact

Dans le contact, nous pouvons enfin satisfaire notre besoin. Si nous avions faim et que nous sommes allé-e-s dans la cuisine pour prendre l’aliment que nous voulions, c’est à moment-là que nous pouvons enfin nous alimenter. C’est aussi à ce moment que nous contactons notre ami-e et que nous avons cette conversation dont nous avions besoin. Nous sommes conscient-e-s que ce contact soulage notre solitude pendant un moment.

6 La réalisation

Lors de cette phrase, nous profitons du contact que nous avons obtenu. Ici, nous profitons et nous savourons l’expérience que nous venons de vivre. J’ai enfin réussi réaliser ce que mon corps me demandait et je me sens pleinement satisfait grâce à cela. C’est un moment de jouissance, de plaisir d’être parvenu-e à ce dont nous avions besoin. Qu’est-ce que ça fait du bien de parler avec toi, mon ami-e !

7. Le retrait

Après cette merveilleuse expérience qui nous a tant nourri, nous nous retirons. Nous avons besoin de nous reposer. On dit au revoir à son ami-e, à ce qui nous a procuré tant de joie et de tranquillité. Ah, que c’est bon ! C’est parfois très compliqué de se séparer de ce qui nous a tant fait du bien. Se séparer de ce qui a comblé ce vide…

Comme vous le voyez, dans chacune des 7 étapes, on peut trouver des problèmes et on peut stopper le cycle sans parvenir à la fin. Pourquoi ? À cause des peurs, de l’anticipation des catastrophes, car on a des croyances enracinées sur « comment devraient être les choses », à cause des questions culturelles et éthiques etc.

L’important est d’être conscient-e de ces besoins que nous avons tou-te-s et ont souvent un lien avec l’amour (ce besoin vital d’établir une relation avec un autre être, dans laquelle nous donnons et nous recevons de la tendresse…), avec la sécurité (le manque de sécurité produit en nous de sensations de peur, d’angoisse, d’anxiété…. qu’il faut écouter) et avec la liberté (le manque de liberté provoque en nous de la colère et le sentiment d’être attaché…).

Ainsi, comme vous pouvez le voir, satisfaire nos besoins n’est pas un caprice mais permet de nous protéger, surtout lorsqu’il s’agit de manque d’amour, de sécurité et de liberté. Alors… ne faites pas la sourde oreille face à ces sensations ! Vous pourrez ainsi commencer et finaliser le cycle complet.

A découvrir aussi